DSC_0041 (2)

Léa, 20 ans, a décidé de réaliser sa troisième et dernière année d’études à Constance, en Allemagne.

 

 

 

 

allemagne

Où est-ce ?

Ce photo a été prise sur le port de Constance.

Constance est une ville d’Allemagne, située dans le sud du pays. Son centre historique est enclavé sur la rive méridionale du lac de Constance (ou Bodensee).

 

 

Découvrez son interview

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Léa et je suis étudiante en Langues Etrangères Appliquées aux Affaires et au Commerce. Après deux ans de licence à l’université d’Angers, j’ai décidé de réaliser ma troisième et dernière année à l’université de Constance, au sud de l’Allemagne. Je me suis installée le 1er octobre et je quitterai le sol allemand le 31 juillet 2014. Soit environ dix mois d’aventure avec le programme Erasmus.
J’aime voyager, mais j’aime également faire des photos. J’ai donc décidé de mélanger ces deux loisirs en créant mon blog.

DSC_0067

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Quitter ma vie « d’avant » a été relativement simple dans le sens où étant étudiante, je n’avais pas de maison à mon nom, pas de travail ni d’engagement particulier. J’ai juste rendu mon petit appartement Angevin et j’ai laissé ma petite voiture chez mes parents.
En revanche, quitter mes proches a été un peu plus compliqué. J’ai mis du temps à réaliser que je ne partais pas juste en vacances pendant une ou deux semaines.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

Lorsque l’on étudie les langues étrangères, il faut partir à l’étranger pour mettre en pratique ses connaissances et progresser. Mes difficultés en allemand ne pouvaient pas se régler en France, simplement en lisant un livre. Erasmus s’est présenté à moi comme une évidence et c’est tout naturellement que je me suis lancée dans les démarches.
J’ai aussi le goût de l’aventure et des découvertes. Je rêvais depuis quelques années de vivre à l’étranger, de découvrir une nouvelle culture et une manière de vivre différente.
Mon Erasmus se déroule du 1er octobre 2013 à fin juillet 2014. Avec des vacances qui s’étendent de mi-février à mi-avril. C’est une première expérience pour ma part, puisque je n’ai jamais voyagé seule jusqu’à ce jour.

Comment s’est passé votre départ ?

Je n’ai pas vraiment réalisé que je partais vivre à l’étranger. J’ai effectué un stage de douze semaines entre mai et juillet, puis j’ai profité de mes proches avant de partir. Quand on me demandait si j’étais prête pour mon départ, je répondais « non ». Je vivais chaque moment présent sans me soucier de l’avenir. Je pense aujourd’hui que c’était une bonne manière de faire… étant de nature angoissée, je n’ai pas vécue cette période « pré-aventure » de manière compliquée.
J’avais réuni tous mes papiers importants dans une pochette. Je les ai vérifié un nombre incalculable de fois, imprimant certaines feuilles en plusieurs exemplaires. J’ai aussi passé l’étape de la valise… malgré les housses de rangement sous vide, j’ai du faire du tri dans mes affaires et sélectionner les choses vitales et le options. Après vingt minutes de bataille, nous avons réussi à la fermer.
Le matin de mon départ, je me suis rendue à la gare avec ma mère. J’ai failli le louper puisque je ne trouvais pas le bon numéro de wagon. J’ai du changé rapidement de train à Strasbourg et à Offenburg… alors un conseil, préparez vous physiquement si, comme moi, vous voyagez avec 35 kilos de bagages !

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Les premières semaines ont été surprenantes. A vrai dire, je m’attendais à « déprimer » les premiers jours, à vouloir rentrer chez moi mais en fait, non. J’ai retrouvé une camarade de ma promo (arrivée la veille) à Constance. Nous avons visité la ville ensemble, ce qui nous a permis de prendre petit à petit nos repères.
Constance est une ville de 80 000 habitants, ce qui est nettement moins impressionnant que des grandes villes comme Cologne ou Berlin. Il est donc plus facile de se repérer et de s’intégrer par la suite.
Concernant mon logement, je vis dans une résidence universitaire. Je loue un petit appartement de 20 mètres carrés pour 330 euros par mois. J’ai refusé de vivre en colocation, bien que ce mode de vie soit très répandu en Allemagne. Grâce au programme Erasmus (et à l’organisation de mon université allemande), j’ai pu obtenir cet appartement très facilement, juste en remplissant un formulaire et en versant une caution de 500 euros.
Quand à ma relation avec les « locaux », je dirais que ma tutrice a été d’une grande aide. J’ai fait une demande de tutorat auprès de mon université en juillet et j’ai reçu un e-mail quelques semaines plus tard. Ma tutrice s’est chargée de récupérer mes clefs d’appartement et de me guider les premiers jours à Constance. Je la vois de temps à autres en soirée ou à l’université. Sinon, mon vocabulaire s’améliore de jour en jour… les courses au supermarché m’ont permis de découvrir tout un tas de nouveaux mots. Comme quoi, la meilleure manière d’apprendre n’est pas uniquement théorique.

La statue Imperia : une courtisane qui tient dans ses mains le roi et le pape

La statue Imperia : une courtisane qui tient dans ses mains le roi et le pape

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ?

Ce qui me plait, c’est la vie à l’allemande. Les choses droites, bien organisées. L’administration qui est efficace, et non paresseuse. Les paysages qu’offre Constance sont magnifiques et me changent de ma campagne. Enfin, ceci n’est pas uniquement applicable à l’Allemagne, mais je fais des rencontres chaque jour grâce à Erasmus. Je n’ai jamais autant croisé de nouvelles têtes en si peu de temps.

Qu’est-ce qui vous dérange dans le pays où vous vivez actuellement ?

Le froid ! Il fait à peine 1°C en ce moment et les températures chutent à -20°c quelques fois en janvier. Pour une frileuse comme moi, ce n’est pas facile ! La deuxième chose, c’est le langage. En France, on apprend le « Hochdeutsch », un allemand soutenu. En Allemagne, on parle un dialecte en fonction de chaque région. J’ai beaucoup de mal à
comprendre des commerçants ou des gens qui tentent de me faire la conversation. Ca me bloque énormément. Enfin, le système de bus. Les bus sont bondés chaque matin parce qu’ils y a beaucoup d’étudiants. Du coup, il faut se lever un peu plus tôt pour espérer arriver à l’heure en cours.

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

  • Comment est la nourriture et quelles sont les spécialités culinaires locales ?

Personnellement, je cuisine à la « française », donc je ne suis pas une spécialiste des plats allemands. En revanche, je sais qu’ils adorent les escalopes viennoises (Schnitzel), les pâtes bien lourdes (Spätzle), et la bière. Ils consomment pas mal de porc et de poulet mais peu de bœuf, qui rejette trop de co2 (côté écolo)

  • Comment se passe la scolarisation (horaire, cours, activités diverses) ?

En général, les enfants et adolescents commencent les cours à 7h/8h et finissent à 13 heures. Le reste de l’après-midi est consacré à des activités sportives ou des loisirs. Il y a beaucoup de mères au foyer en Allemagne, dans ce cas, les enfants sont gardés par leurs parents l’après-midi. Pour les autres enfants, ils se débrouillent. Ça me choque toujours autant de voir des enfants de 7/8 ans prendre le bus seuls et se balader en ville. Il y a des jeunes filles qui font les magasins, qui se prennent pour des ados et traînent jusqu’à 22 heures en ville. Mais ce phénomène n’est peut être qu’à Constance…
Quant à l’université, mon statut d’étudiante Erasmus me permet de choisir mes cours et de créer mon propre emploi du temps. Je n’ai que 10 heures de cours par semaine, que je comble par une activité sportive.

  • Y a-t-il de la censure ou des sujets tabous ?

Pas de censure, du moins, pas à ce que je sache. Quant aux sujets tabous, certains n’osent pas évoquer la guerre. Mais j’ai pu aborder ce sujet librement avec de jeunes allemands de mon âge, sans aucun tabou.

Qu’y a-t-il à visiter près de là où vous habitez ?

Une promenade au port, non loin de la statue Imperia (une prostituée qui tient dans chaque main le roi et le pape… si si !). La vieille ville, les petites rues commerçantes… toutes ces petites choses qui font la beauté de Constance.
Il faut savoir que Constance est une des villes les mieux conservées d’Allemagne. Etant située près de la frontière suisse, les habitants ont décidé de laisser les lumières allumées la nuit, comme le faisaient les suisses, afin de ne pas être bombardés par les Alliés. Résultat, Constance abrite le plus vieux théâtre d’Allemagne et offre des paysages à couper le souffle. Je vous conseille de prendre le ferry pour vous rendre à Meersburg ou Friedrichshafen, vous verrez de plus près les montagnes bordant le lac.
En été, et pour les amateurs de fleurs, je vous conseille l’île de Mainau, très fleurie et magnifique selon les habitants. Pour les gourmands, vous pouvez vous rendre à la chocolaterie de Kreuzlingen, en Suisse, pour acheter du très bon chocolat à tout petit prix (sans frais de transport, taxes et emballage…) et bonne nouvelle, c’est ouvert toute l’année !

DSC_0045 (2)

Quel(s) lien(s) gardez-vous avec votre pays d’origine et votre vie là-bas ?

Je lis les actualités sur Google, qui se charge de trier les articles et offre un panel assez large de journaux français. Je regarde quelques émissions françaises en replay sur internet (mais les ¾ sont bloquées à cause des droits d’auteur ou de situation géographique).
Je garde le contact avec Skype et les réseaux sociaux. Ils sont devenus indispensables à ma vie et à mon moral !
Quant à l’université, je communique par e-mail avec ma responsable Erasmus.

Quels liens comptez-vous entretenir avec votre pays d’origine et votre pays d’expatriation ?

Je pense qu’à mon retour, je serais un peu perdue. Pour le moment, je ne pense pas avoir pris des habitudes allemandes mais je commence à voir certaines choses de manière différente. L’université est pour moi le plus grand changement, c’est une éducation plus détendue mais très enrichissante donc je pense que cela va vraiment me manquer en France. (Non pas que l’université soit nulle, mais la méthode d’enseignement est moins captivante).
Les rencontres que j’ai pu faire ici me manqueront probablement, mais encore une fois, il est difficile de s’imaginer ce que cela donnera, alors que je ne vis en Allemagne que depuis deux mois et demi.
Je pourrais répondre à cette question dans quelques mois, sans doute.

La ville de Constance, en Allemagne

La ville de Constance, en Allemagne

 

Tenez-vous un blog à propos de votre expatriation ?

J’ai créé mon blog en mai dernier, dans le but d’informer les étudiants qui souhaiteraient partir à l’étranger, et plus précisément en Allemagne. En commençant les démarches, je me suis rendue compte que je manquais de témoignages concrets, ou de réponses explicites. L’idée de créer un blog m’est venue directement à l’esprit et je me suis dit « pourquoi ne pas aider les autres en expliquant pas à pas mes démarches et mes découvertes ».
Ce blog me permet aussi de tenir mes proches au courant. Je ne peux malheureusement pas skyper avec tout le monde, ni même raconter mes journées. En lisant ce blog, ils savent ce que je fais et je pense que ça les rassure ou les étonne.
J’aime aussi faire partager mes découvertes aux amateurs de voyages, comme moi.
Vous pouvez consulter mon blog ici : www.konstanzadventure.wordpress.com.

Qu’avez-vous à ajouter pour conclure ?

Je pense que s’expatrier nous permet de changer de temps pendant un certains temps, de prendre du recul sur certaines choses de la vie. Si vous en avez l’occasion, partez. C’est une expérience unique, faite de découvertes et de rencontres magnifiques.
J’espère revenir avec de la maturité et de l’autonomie en plus après cette aventure.

DSC_0049 (3)

Retrouvez Léa sur son blog

Le blog de Léa : http://www.konstanzadventure.wordpress.com.

konstanzadventure

Un an plus tard

Que devient Léa ? Habite-t-elle toujours en Allemagne ? Elle nous dit tout ici !

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Léa d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous son expérience Erasmus en Allemagne !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Léa sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • vivre a constance