L’interview de Noémie, en Corée du Sud

DSCN1786

Noémie, étudiante, 21 ans, originaire du Sud-Ouest de la France, est partie effectuer un échange universitaire à Busan, en Corée du Sud (pays dont elle est passionnée depuis de nombreuses années).

 

 

 

coree_du_sud_carte

Où est-ce ?

Vous n’avez malheureusement pas trouvé où a été prise cette photo… Je vous l’accorde, ce n’était pas facile du tout ! Elle a été prise en Corée du Sud (Asie).

Il s’agit de la plage Gwangalli à Busan, en Corée du Sud. Cette plage est très connue et très bondée l’été !

 

 

Découvrez son interview

Présentez-vous

Présentez-vous

Je m’appelle Noémie, j’ai 21 ans mais déjà 22 en Corée du Sud car ici on ne compte pas l’âge de la même façon qu’en France. Je suis originaire du Sud-Ouest de la France mais j’ai fait ma licence LEA (Langues étrangères appliquées) à l’Université Lyon 3. Je suis actuellement en dernière année de licence et je suis célibataire.

Vous et les blogs/sites

Voici l’adresse de mon blog : http://annyeong-korea.over-blog.com

Avant de m’expatrier, j’avais beaucoup d’inquiétudes et personne pour y répondre car on trouve peu de blogs concernant la vie en Corée du Sud sur internet, alors j’ai pensé qu’en faire un pourrait aider les futurs expatriés qui tomberaient dessus à s’acclimater plus vite ou tout du moins à se sentir moins seuls et angoissés. Je voulais aussi que ma famille puisse à travers ce blog comprendre mon choix de m’expatrier en Corée du sud et comprendre mon amour pour ce pays. Quand à moi cela me permet de me souvenir de ce que je vois et apprends chaque jour. Je pense aussi qu’écrire ce que j’ai sur le cœur, mes doutes, mes joies et mes découvertes me permet de mettre de l’ordre dans mes idées et de savoir où j’en suis.

Où vivez-vous actuellement ?

J’habite à Busan, deuxième ville de Corée du Sud depuis le mois d’Août 2013. Je suis ici en tant qu’étudiante en échange universitaire jusqu’à Juillet 2014, mais après cela je compte bien enchaîner avec un master toujours en Corée du Sud. C’est la première fois que je vis à l’étranger et c’était un rêve de longue date.

Où viviez vous en France

En France je partageais mon temps entre Lyon pour les cours, et la région toulousaine chez ma mère pendant les vacances scolaires.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Pour être honnête, je suis tombée amoureuse de la Corée du Sud lorsque j’étais au lycée. Dès la classe de seconde partir vivre en Corée est devenu mon rêve, mon objectif à atteindre et ma plus grande motivation pour travailler sérieusement. J’ai patienté pendant 5 ans (3 ans de lycée et 2 ans de licence) avant d’enfin pouvoir réaliser ce rêve.

Corée du Sud

Corée du Sud

Votre vie à l’étranger

Qu’est ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plait moins ?

Même si tout n’est évidemment pas tout rose, j’adore ma vie en Corée du Sud et je ne partirais pour rien au monde. Je me sens ici chez moi maintenant. La chose la plus difficile à vivre n’est pas en rapport avec le pays ou les habitants, c’est la solitude. Je me suis expatriée seule et au départ la barrière de la langue m’empêchait de nouer de réelles amitiés. Maintenant que mon coréen s’est amélioré, je commence à me sentir plus à l’aise au milieu des coréens et ce sentiment de solitude disparaît peu à peu. Mais à cause de cela j’ai traversé des moments très difficiles.

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

J’aurais beaucoup de choses à dire dans cette question mais pour ne pas faire trop long je vais seulement parler des choses principales. Par exemple en Corée du sud, on peut manger au restaurant pour seulement 2 ou 3 euros. Le pays est très sûr et les habitants acceuillants. Le moins bien, je dirais que comme il n’y a pas énormément d’étrangers en Corée, les coréens ne sont pas hostiles mais ils sont quand même un peu effrayé à l’idée de se retrouver en face de nous, et par conséquent il faut fournir beaucoup d’efforts pour réussir à s’en rapprocher.

Quel est le climat ?

Le climat est assez similaire à la France, si ce n’est que les étés sont beaucoup plus humides. Il y a aussi quelques typhons qui peuvent être impressionnants.

Au niveau du logement ?

Je suis logée au dortoir de mon université, ce qui est pour moi la solution la moins chère. Pour louer dans le privé en Corée, il faut souvent avancer une caution d’un montant très important et  ce n’est pas évident de trouver un logement en ne parlant pas la langue ou en n’ayant pas d’amis coréens.

Au niveau de la nourriture ?

La cuisine coréenne est réputée saine, c’est relativement vrai. Ici les fruits et légumes coûtent plus cher qu’en France. Il y a quelques yahourts et un peu de fromage mais rien de comparable avec la France. Il n’est pas évident de trouver du bon pain mais c’est faisable. Ce qui peut déranger le plus les français est je pense le fait que beaucoup de plats coréens sont très épicés.

Au niveau des vacances ?

Il y a deux périodes de vacances par an pour les étudiants universitaires : De fin Juin à début Septembre et de fin Décembre à début Mars.

Au niveau de la santé ?

En Corée les docteurs n’ont pas de cabinets, il faut directement aller à l’hôpital que ce soit pour quelque chose de grave ou pour un simple rhume.

Au niveau de la conduite ?

Je n’ai encore jamais eu besoin de conduire en Corée mais je sais que passer son permis en Corée revient à environ 400 euros et qu’il est beaucoup plus facile à obtenir qu’en France, il suffit de voir comment les coréens conduisent. C’est la chose qui m’a le plus surprise à mon arrivée en Corée, traverser la route est un péril de tous les instants et même sur les trottoirs on se fait klaxonner par les scooter. De plus cela ne fait pas longtemps que la ceinture de sécurité est obligatoire à l’arrière des véhicules et aucun coréen ne s’attache. J’ai même emprunté des taxis où il n’y avait pas de ceintures du tout.

Y’a-t-il de la censure ?

La Corée n’est pas sortie de la guerre et surtout de la dictature depuis très longtemps, c’est pourquoi je pense que la censure est encore un peu présente, plus qu’en France en tout cas. Mais dans l’ensemble, les choses semblent aller dans le bon sens.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

La Corée est un pays très différent de la France c’est pourquoi la façon de penser des locaux est aussi très différente de celle des français. Je n’en ai pas souffert dans le sens où passionnée par la Corée j’avais déjà suffisamment de connaissances sur le pays avant d’arriver pour comprendre certains comportements différents. Par exemple, je pense que la plupart des étrangers en Corée ont du remarquer combien être en retard (en cours ou pour aller voir des amis) ou tout simplement ne pas venir à un rendez-vous ne pose pas problème en Corée. Pour moi c’est très impoli mais les coréens ne semblent pas mal le prendre du tout.

Avez-vous des «habitudes» ? Prises des habitudes locales ? Ou au contraire gardé des habitudes françaises ?

En France, impossible pour moi de fermer l’oeil la journée. Mais avec le rythme infernal que m’impose mon université, j’ai commencé à vivre « à la coréenne » c’est à dire à m’endormir n’importe où, n’importe quand pour récupérer le sommeil de la nuit.
J’ai aussi pris l’habitude qui risque de me poser quelques problèmes si un jour je rentre en France, de dire ouvertement à quelqu’un qu’il n’est pas très beau aujourd’hui, ou qu’il a pris du poids. C’est quelque chose de banal en Corée (un pays très porté sur l’apparence physique) qui me choquait au départ mais je m’y suis un peu trop faite maintenant.

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

La Corée est un tout petit pays qui mise beaucoup sur le tourisme. Comme les restaurants et les « gest house » ne sont pas chers du tout, c’est très pratique pour voyager. Si vous aimez la nature, la Corée est un pays de montagne qui offre beaucoup de possibilités pour les randonneurs. Si vous préférez le shopping, Séoul deviendra vite votre paradis. Mais il y a aussi beaucoup d’activités culturelles et même des villages traditionnels à découvrir.

Décrivez votre cadre de vie ?

Je vis dans la deuxième plus grande ville du pays qui se situe tout au Sud. A quelques arrêts de métro de mon Université qui est elle-même située sur une montagne se trouve la mer. On peut donc le week-end s’offrir une journée de randonnée ou bien une journée à la plage. Busan est très bien desservie en transports en communs (plus même que Paris), et même si l’architecture des villes en Corée est très anarchique je prends plaisir à me promener dans les rues ne serait-ce que pour faire du lèche-vitrine ou m’arrêter aux stands de nourriture sur les trottoirs.

Racontez-nous une anecdote

En venant à Busan et pour peu que vous soyez grande à la peau blanche et aux yeux bleus, vous allez avoir l’impression (qui n’en n’est pas une) que tout le monde vous fixe du regard en permanence jusqu’à même se retourner sur votre passage que ce soit dans la rue, dans le métro, les magasins ou les cafés. Au début c’est amusant mais ça peut finir par devenir pesant. Ce n’est pas trop le cas à Séoul où il y a beaucoup plus d’étrangers.

Racontez-nous une journée typique

En semaine, je me lève à 7h30 puis je me prépare avant d’aller à l’épicerie où j’achète mon petit-déjeuner, le plus souvent un yahourt et une gaufre ou autre gâteau dans le genre. En Corée on peut généralement manger directement dans les épiceries car il y a des tables et micro-ondes prévus à cet effet. Ensuite je vais en cours à partir de 9h, les cours ne commencent jamais plus tôt. Je finis au plus tard à 18h. En général comme j’ai des heures de libre j’en profite pour rencontrer des amis sur le campus.

Le week-end, je me réserve en général le matin pour dormir et l’après-midi je sors découvrir la ville seule ou accompagnée.

Corée du Sud

Corée du Sud

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Les coréens sont très curieux envers les étrangers mais en même temps un peu effrayés. Le problème aussi étant que l’anglais n’est pas leur fort. C’est pourquoi au départ comme mon coréen était hésitant c’était un peu difficile. Mais les coréens avaient la volonté de m’intégrer c’est pourquoi je n’ai pas eu de trop grandes difficultés.

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Etant donné que je suis à l’université, les étudiants sont plus à même de parler anglais et sont plus ouverts d’esprit que leurs aînés c’est pourquoi je rencontre facilement des coréens. S’en faire des amis est une autre histoire, notamment à cause de la barrière de la langue… Mais maintenant ça va, je commence à voir quelles sont les personnes avec lesquelles je m’entends le mieux et avec qui j’ai envie de sortir souvent.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Non et je dois dire que parfois ça me manque… Parler en coréen tout le temps est un peu fatiguant, mais en même temps c’est la raison pour laquelle je suis venue donc je ne m’en plains pas.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Je pense pouvoir répondre oui à cette question dans le sens où depuis que je suis arrivée je n’ai jamais pensé un instant que j’étais mieux en France ou qu’il me tardait de rentrer. Au contraire!

Connaissez-vous la langue du pays ?

En France j’ai appris le coréen pendant 2 ans à raison de 3h par semaine donc je n’étais tout de même pas absolument sans bagages en arrivant, mais je dois dire qu’en trois mois avec 20h de cours de coréen par semaine mon niveau s’est rapidement amélioré. Je parle suffisamment bien pour discuter avec mes amis de sujets du quotidien et je comprends suffisamment bien pour suivre mes cours tous dispensés en coréen.

Votre lien avec la France

Face à quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Honnêtement, aucun. Peut-être est-ce dû au fait que je ne suis en Corée que depuis 3 mois, je dois encore être dans la phase « Tout est mieux ici »… Mais j’espère que cette phase ne me passera pas!

A quelle fréquence rentrez vous en France ?

Si tout ce passe comme je le désire, c’est à dire si l’année prochaine je peux encore poursuivre mes études en Corée, j’ai l’intention de rentrer une fois par an à l’occasion des vacances d’été (histoire d’échapper au sauna géant)

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

Je parle tous les jours avec ma mère sur Skype malgré le décallage horaire de 8h. On discute en général vers 23h en Corée et 15h en France donc. Je Skype avec mes amis français environ une fois par semaine, et nous échangeons souvent des messages sur Facebook et Twitter.

Avez vous prévu de revenir vivre en France un jour ?

A l’heure d’aujourd’hui je n’ai pas l’intention de revenir vivre en France. Ma vie je la vois ici, en Corée. C’est ici que je me sens chez moi et que j’ai bien l’intention de m’y installer pour de bon. Depuis toujours j’ai rêvé d’une autre vie que celle de mon entourage, j’ai la phobie de la vie « plan-plan » que beaucoup de mes connaissances vivent… J’entends par là choisir l’université la plus proche de chez ses parents, rencontrer un garçon de son petit village où tout le reste de sa famille habite déjà et s’y installer ensemble pour fonder une famille sans rien n’avoir jamais connu d’autre que ce coin de campagne… Je ne dis pas que ce n’est pas bien au contraire, la sécurité a du bon aussi, mais ce n’est juste pas pour moi. Vivre en Corée n’est pas facile, et j’aime la sensation de devoir me dépasser chaque jour et me battre pour faire ma place. C’est peut-être ce que j’aime le plus ici, avoir l’impression de relever un défi quotidien.

Et pour finir…

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Pour une fille de la campagne du fin fond de la France comme moi, arriver dans une ville plus grande que Paris avec des gens aussi différents des français devait forcément me changer un peu. J’ai toujours été timide, mais en Corée étant absolument seule j’ai du apprendre à tout faire par moi-même et ce malgré la barrière de la langue. Alors maintenant il m’arrive souvent de penser « Si tu arrives à faire ça toute seule en Corée, quand tu vas retourner en France tout va te paraître si facile ». J’ai toujours été le genre de fille très sensible, peureuse et avec un gros manque de confiance en moi. Mais en me rendant compte de ce que je pouvais faire par moi-même j’ai pris confiance en moi et je suis devenue plus forte.  J’ai aussi découvert que mon pire ennemi était la solitude, et j’ai aussi appris à la combattre. Je suis devenue très sociable.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Renseignez-vous bien sur le pays dans lequel vous allez vivre avant de partir, et si c’est possible apprenez au moins les bases de la langue. Cependant, inutile d’angoisser car quand on veut, on peut. Et donc si vous voulez réussir votre expatriation, vous trouverez toujours le moyen de le faire.

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Dans 5 ans j’aurais terminé mes études, j’espère que d’ici là j’aurais trouvé un travail qui me permette de rester en Corée. Je serais en couple avec un coréen et pas loin du mariage car les coréens se marient jeunes. C’est ma situation rêvée.

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

Je serais mariée avec un coréen et j’aurais des enfants métisses en Corée, à Séoul, Busan ou ailleurs peu importe. Comme les coréennes, j’aurais certainement dû abandonner mon travail pour les élever mais comme l’école est chère en Corée je devrais sûrement au moins travailler à mi-temps. Et nous vivrons dans un appartement modeste, peut-être même avec les beaux-parents, qui sait ! Cela arrive souvent ici.

Comment préparez vous votre retraite ?

Honnêtement je ne me suis pas encore penchée sur la question…

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Chez moi, en Corée !

Où aimeriez-vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Toujours en Corée, à moins que le besoin de France ne devienne trop irrépressible mais je ne pense pas. Après une expatriation de longue durée, ce doit être tout aussi difficile de se refaire à la France que de s’adapter à un nouveau pays.

Retrouvez Noémie sur son blog

Le blog de Noémie : http://annyeong-korea.over-blog.com/.

annyeongkorea

Remerciements

Merci à Noémie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa passion pour la Corée !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Noémie sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.