L’interview de Sylvie, aux Emirats Arabes Unis

SONY DSC

Sylvie, 42 ans, s’est installée en famille à Dubai après avoir vécu 3 ans et demi à Singapour. Toute la famille saisit les opportunités professionnelles de son mari.

 

 

 

 

emirats-arabes-unisOù est-ce ?

Il s’agit de la Creek of Dubai.

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Sylvie
Age : 42 ans
Situation personnelle : Mariée, 3 enfants
Situation professionnelle : Responsable de formation professionnelle, en pause professionnelle
Pays et ville d’origine : France, quelque part du côté de Grenoble
Pays et ville d’accueil : Emirats Arabes Unis, Dubai
Partenaires d’expatriation : toute la famille qui a saisi une opportunité professionnelle de mon mari pour partir voir si l’herbe était plus verte ailleurs.
Blog : Mots d’ici et d’ailleurs (http://motsdicidailleurs.com/)

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Sylvie et suis française. Depuis le début de notre vie commune et de nos vies professionnelles, mon mari et moi avons toujours bougé, d’abord en France puis à l’étranger. Fille d’expatriés j’étais, expatriée je suis aujourd’hui ou plus précisément femme d’expat’. Je suis en réalité chef d’entreprise d’une petite société composée de 4 membres, le Mâle et 3 rejetons de 13, 11 et 4 ans. En d’autres termes, j’ai mis ma carrière professionnelle entre parenthèses et profite de ce temps pour me consacrer à ma famille, à mon blog et à divers travaux d’écriture.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

http://motsdicidailleurs.com/
J’ai commencé à écrire un blog (Beginners in Asia) dès le début de ma première expatriation à Singapour en 2010. Mots d’ici et d’ailleurs est la continuation à Dubai de ce blog.
Son objectif premier est de donner des nouvelles à mes proches mais c’est surtout un mélange de chroniques plus personnelles, de journal de bord et de partage de mes expériences et découvertes du pays dans lequel je vis.
Bloguer m’a permis de prendre confiance en mon écriture et cette gymnastique intellectuelle me permet de mieux appréhender Dubai et sa culture.

Où vivez-vous actuellement ?

Nous habitons à Dubai dans Les Emirats Arabes Unis depuis août 2013 et devrions y rester encore quelques années. Nous avons auparavant vécu 3 ans et demi à Singapour. Ce sont les opportunités professionnelles proposées à mon mari ainsi que l’envie de partir qui nous travaillait depuis longtemps qui nous ont poussés à quitter la France.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

Notre expatriation vient d’un profond désir de changement et de découverte de nouvelles cultures. Nous étions également à la recherche d’une meilleure qualité de vie, pour que notre vie de famille soit plus agréable que celle que nous pouvions avoir en région parisienne, jonglant en permanence et toujours dans l’urgence entre métro, nounou et boulot. Mes parents étaient expatriés, je suis née à l’étranger et j’ai dû hériter du gène de la bougeotte. Je suis d’ailleurs très contente de cette hérédité et puis, dans notre cas, le ciel bleu au dessus de nos têtes au lieu du crachin parisien, c’est vraiment la cerise sur le gâteau !

Comment s’est passé votre départ ?

Lorsque nous avons quitté la France, nous avons vendu notre maison. Nous savions que, quel que puisse être l’avenir, nous ne reviendrions pas à cet endroit dans lequel nous ne nous étions installés que par obligation professionnelle. Il ne nous semblait pas cohérent de conserver cette attache qui deviendrait fatalement une charge financière. A l’exception de quelques affaires, toutes nos affaires sont parties dans un container. Ce fut également le cas lorsque nous avons quitté Singapour pour Dubai. Même si le déménagement est bien organisé, cela génère néanmoins un certain stress pour moi qui ai, à chaque fois, géré concrètement l’organisation du déménagement, mon mari étant déjà en poste dans notre pays d’accueil. Je peux affirmer en toute objectivité que je suis imbattable sur la réalisation de l’inventaire (objet par objet !) d’assurance du contenu du container et suis la reine du scanner, mon outil indispensable pour sauvegarder virtuellement les documents importants.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Mon mari a pris son poste à Dubai presque 6 mois avant que le reste de la famille ne le suive. Pendant cet intervalle, j’y suis allée une fois pour chercher un logement. Ce fut un peu la course mais il était important que je participe à la recherche de notre futur nid, étant celle qui allait y passer le plus de temps. La situation a également permis que mon mari prépare notre arrivée, réceptionne notre container et, lorsque nous sommes arrivés en août, nous avons emménagé dans une maison meublée avec nos propres affaires ce qui permet de se sentir plus rapidement chez soi. Le plus dur dans cette installation fut d’arriver en plein été (35-45C) et de donc devoir être cloîtrés, les enfants et moi, à l’intérieur, bloqués par l’écrasante chaleur avec comme seules perspectives se promener dans les centres commerciaux climatisés ou la plage seulement entre 17h et 18h, avant que la nuit ne nous chasse du sable chaud ! Pour le reste et les aspects pratiques, internet, les forums d’expatriés et l’appui des connaissances déjà sur place nous ont permis de prendre rapidement nos marques dans cette grande ville moderne.

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Vivre à l’étranger, c’est être en dehors de sa zone de confort et découvrir de nouvelles choses plutôt que de me contenter de sa petite routine : nouvelle culture, nouvelles personnes, nouvelles habitudes… J’aime ça ! Nous avons également une bien meilleure qualité de vie, une vie que nous n’aurions jamais pu avoir en France. C’est une chance mais que nous avons saisie au prix d’un sacrifice que nous avons choisi et accepté : être loin de nos familles et amis, être absent pendant les moments importants qu’ils soient graves ou heureux, ne pas arriver à voir tous ceux que l’on aimerait voir lorsque l’on rentre quelques semaines en France.

Fort traditionnel dans le Sultanat d'Oman

Fort traditionnel dans le Sultanat d’Oman

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

  • La mentalité des locaux

Les Emiratis sont fiers à juste titre de leurs pays, de leurs dirigeants et toujours à la recherche de la perfection, du truc en plus (la tour la plus haute du monde, le plus grand feu d’artifice jamais tiré etc…) qui permettra au monde de s’émerveiller en regardant Dubai. Je trouve que c’est une force cette confiance en soi !

  • Le climat

Le ciel est bleu 95% du temps et en dehors de l’été, le climat est idyllique avec des températures douces (voire même un peu fraîches en janvier) et la plage est à 2 pas. La sensation de vivre en vacances n’est jamais bien loin de nos esprits. En revanche, l’été est une véritable épreuve thermique et la vie est nettement moins fun en juillet ou en août !

  • Le logement

Il existe tout un système d’agents immobiliers dont il est difficile de se passer. Le marché de l’immobilier est assez tendu et cher et il a fallu choisir en 3 jours un logement. Après le choix, vient le moment de payer et la note est salée car ici, on paye 1 an de loyers d’avance !

  • La nourriture

A part le chocolat à pâtisser de bonne qualité, je crois qu’il ne nous manque rien car des enseignes françaises sont présentes sur le territoire et on peut même trouver des produits à base de porc, comme le saucisson qui sont vendus aux non-musulmans par certains supermarchés. Nous avons donc toute latitude pour faire de la bonne cuisine française mais nous en profitons aussi pour découvrir avec délice la cuisine moyen-orientale et sommes des pros de la dégustation du hoummous et des shawarmas. En complément, beaucoup d’influences se mélangent ici et nous avons la chance de pouvoir manger italien, japonais, indien ou iranien en changeant simplement de quartier ou de restaurant.

  • La scolarisation

Il existe de nombreuses écoles internationales mais nous avons fait le choix du cursus français pour nos enfants. Les 2 grandes écoles françaises sont le lycée George Pompidou et l’AFLEC dont les programmes sont reconnus par l’Education Nationale Française. Les vacances sont similaires, aux exceptions des jours fériés, à la France et la journée de travail des enfants est environ 8h00-15h30 avec une 30 min de pause pour le déjeuner. Nos enfants, sans être bilingues, ont un bon niveau d’anglais qui est entretenu par un enseignement plus soutenu de cette langue dans les établissements. Je fais aussi le choix de choisir des activités extra-scolaires qui ne se déroulent qu’en anglais et le fait par exemple que ma fille fasse désormais du théâtre dans la langue de Shakespeare a considérablement développé ses aptitudes à l’oral !

  • La santé

Pas de sécurité sociale évidemment, assurance privée donc on croise les doigts pour que les enfants n’aient pas besoin de soins dentaires trop compliqués ou de lunettes à renouveler trop souvent !

  • La conduite

Le permis de conduire pour les conducteurs européens doit être simplement converti après un examen de la vue et le règlement du coût afférent. La procédure est très rapide. On roule à droite ce qui est un atout pour les Français mais la conduite est ici assez « sportive » et il vaut mieux être très vigilant pour éviter les changements de file intempestifs ou les arrêts impromptus sur le bord de l’autoroute !

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Le logement, les écoles et la santé sont des postes de dépense important. Comparativement, les voitures et évidemment l’essence sont moins chers qu’en France ce qui n’est pas négligeable car avoir une voiture ici est une nécessité, les distances étant assez importantes, la circulation supportable et le parking en général possible. La nourriture est un peu moins chère qu’en France mais ce n’est pas non plus totalement négligeable. Les produits importés comme le fromage ou l’alcool sont quant à eux beaucoup plus chers !

Est-il facile de partir en weekend ?

Nous essayons dans la mesure du possible de visiter les autres Emirats comme Abu Dhabi ou Sharjah ou partons lorsque nous disposons d’un peu plus de temps au Sultanat d’Oman qui regorge de trésors, tous des lieux accessibles en voiture. Dubai base une partie de son économie sur le tourisme et il y a donc de nombreuses attractions mais certaines sont assez onéreuses et nous essayons donc de trouver d’autres occupations : aller à la plage, faire des pique-niques dans les parcs, visiter les musées de Dubai ou Sharjah, voir des courses de chameaux, faire un tour à la marina etc, Je suis à l’affût de toutes les activités sympathiques pour parvenir à traîner (au sens propre) le reste de la famille hors de la maison et de l’attraction des écrans en tous genres ! En général, mes trouvailles, les bons plans comme les ratages parfois, se retrouvent sur mon blog, histoire de faire partager les bons plans ou de me moquer de moi-même.

Décrivez votre cadre de vie

Le ciel bleu, le soleil, les bougainvillées, la mer turquoise, le sable blanc et la silhouette de Burj Khalifa au loin… J’arrête ou je continue la torture ? Je précise quand même que le vert manque un peu et que le sable ne s’arrête pas à la plage mais se retrouve partout avec la poussière !

La côte de Dubai vue depuis Palm Jumeirah et avec la silhouette de Burj El Arab

La côte de Dubai vue depuis Palm Jumeirah et avec la silhouette de Burj El Arab

Racontez-nous une journée typique ?

Les enfants partent à 7h00 pour l’école. Selon les jours, je vais assister à mon cours d’arabe, prépare un billet pour mon blog, administre le quotidien et gère la vie de la maisonnée. A partir de 14h30, le plus jeune de mes enfants rentre de l’école puis à 16h30, les 2 plus grands arrivent et je commence à jouer les taxis pour les emmener à leurs activités extra-scolaires. C’est donc en général un peu tendu en fin d’après-midi entre aller chercher l’un à la piscine, le bain du petit ou la préparation du dîner mais je me considère comme chanceuse d’avoir ce temps libre à offrir à mes enfants. Cela aurait été tout bonnement impossible en France en dehors du samedi ou du mercredi. En semaine, tout le monde essaie de se coucher tôt car le réveil sonne aux aurores.

Le week-end est en général plus cool avec une récurrence de balades sur la plage et une vraie assiduité à agrandir notre cercle social en sortant avec des amis ou en recevant à la maison.

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

85% de la population de Dubai est étrangère et donc 4 personnes sur 5 sont de potentiels expatriés. Par conséquent, tout le monde se trouve dans une situation relativement similaire, loin de son port d’attache et il est donc assez facile de rencontrer des gens qu’ils soient français ou d’autres nationalités. Il faut néanmoins se créer les occasions pour découvrir de nouvelles personnes : école des enfants, lieu de travail, activités extérieures etc… et surtout ne pas hésiter à proposer de se revoir. Même si cela semble anodin, cela demande une certaine énergie dans les premiers mois ! De plus, il existe des associations d’accueil comme Dubai Accueil ou des forums comme FrancoDubai qui permettent de croiser d’autres personnes dans le cercle francophone. C’est un premier levier intéressant pour faire rapidement connaissance avec des gens ayant les mêmes problématiques que soi, i.e « je viens d’arriver, je pense mourir par excès de sudation dans les prochaines semaines et je n’ai pas d’amis ».

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Les Emiratis ne représentant que 15% de la population, la probabilité est donc faible de se faire des amis dans cette société mais sait-on jamais !

Vous êtes vous facilement adapté à votre nouveau pays ?

L’adaptation est un processus lent et ma courte expérience de l’expatriation me laisse croire qu’il faut entre 6 et 12 mois pour se sentir chez soi et passer au-delà des petites difficultés du quotidien. Il nous reste encore un peu de chemin mais je crois que la clé de l’adaptation est la compréhension du pays dans lequel nous vivons. En cela, mon blog est un outil égoïste de développement personnel car j’y traite de différents sujets, notamment culturels pour lesquels j’essaie de donner l’information juste. Je dois donc me renseigner et pour cela plonger un peu dans la culture locale. C’est un outil puissant pour mieux appréhender le pays et la ville dans laquelle je suis.

Connaissez-vous la langue du pays ?

L’arabe est la langue officielle mais la langue partagée par tous est l’anglais ce qui rend la communication aisée. Tous les panneaux sont traduits comme la majorité des sites officiels. Je suis néanmoins des cours d’arabe car j’avais envie de mettre un pied plus avant dans la culture. Je suis désormais capable de déchiffrer (je n’ai pas dit comprendre !) la majorité des indications et même de saisir des bribes de conversation. J’en suis très fière même si cela demande un travail certain car la langue n’est pas facile et se décline en divers dialectes qui n’ont pas tous le même vocabulaire.

Burj Khalifa, la plus haute tour du monde

Burj Khalifa, la plus haute tour du monde

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Nous rentrons tous les étés en France et comme nous sommes des ESDF (Expatriés Sans Domicile Fixe), nous squattons et envahissons les chambres d’amis ou les maisons secondaires de nos familles et connaissances !

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Il est probable que nous reviendrons en France, peut-être pour la scolarité de nos enfants, peut-être par raison professionnelle mais cette étape dont nous ne connaissons pas l’échéance fait partie de l’éventail du possible depuis notre premier départ.

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

L’expatriation nous a tous changés. Notre ouverture d’esprit en sort grandie car être confrontés à la différence en permanence permet de la dépasser par la compréhension. C’est une grande chance pour nous et pour nos enfants de rencontrer des mentalités et des cultures parfois à l’opposé des nôtres, c’est une application concrète des concepts de tolérance et de respect de l’autre. A l’inverse, cela permet aussi également de souligner certains points forts de la France comme la gratuité de l’école ou l’accès aux soins pour tous.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Venez, la vie est agréable ici mais partez avec un projet solide car si Dubai fut un temps un endroit rêvé pour trouver un job en un temps record, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Par ailleurs, le coût de la vie est assez cher ici avec 3 grands postes de dépenses : le logement (très cher), les frais de scolarité et la santé. Ces éléments étant pris en compte, si l’expatriation vous tente, n’hésitez pas : tout le confort matériel possible avec médecins, supermarchés et écoles, une culture à découvrir sous un climat agréable (enfin…presque tout le temps), la plage à portée de tong et même des chameaux de temps en temps… De quoi trouver son bonheur non ?

La Marina de Dubai

La Marina de Dubai

Retrouvez Sylvie sur son blog

Le blog de Sylvie : http://motsdicidailleurs.com/

motsdicietdailleurs

Un an plus tard

Sylvie et sa famille sont-ils toujours aux Émirats ? Découvrez-le vite dans sa nouvelle interview !

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Sylvie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie à Dubai !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Sylvie sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • expatriation avec enfant de 10 emirat arabes unis