L’interview de Isabelle, aux Etats-Unis

IMG_7783

Isabelle et sa famille vivent à Kansas City après avoir vécu 3 ans dans la baie de San Francisco. Elle nous raconte leur expérience au cœur des Etats-Unis.

 

 

 

 

etats-unisOù est-ce ?

Il s’agit du mur du parking de la bibliothèque publique de Kansas City, aux Etats-Unis. La bibliothèque est juste à côté et est dans une ancienne banque.

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom: Isabelle
Situation personnelle : Mariée, 4 enfants
Pays et ville d’origine : Grenoble, FRANCE
Pays et ville d’accueil : Kansas City, Etats-Unis
Motif de l’expatriation : Le travail de mon mari

Bloghttp://www.fromside2side.com/

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Isabelle, je suis mariée et j’ai 4 enfants âgés de 7 à 17 ans : 3 filles et un petit gars.
Nous sommes français, venions du quart sud-est de la France (Grenoble) et nous vivons actuellement dans la banlieue de Kansas City côté Kansas.
Cela fait 5 ans que nous habitons aux US, 2 ans et demi au Kansas ; nous étions arrivés en novembre 2008 dans la Baie de San Francisco.
C’est le travail de mon mari qui nous a amené ici. En contrat d’expatriation au départ, puis après avoir obtenu la Green Card, il a eu une proposition pour venir travailler à Kansas City.
Nous sommes donc là pour une durée indéterminée.
Mes enfants à l’école, je reste très occupée par l’activité que je monte et par tout le reste (course, enfants, sports, copines ..)
Je tiens un blog depuis juillet 2012 : www.fromside2side.com
J’avais besoin de partager un peu notre vie ici et puis, j’y ai pris goût : j’aime écrire et partager nos voyages et notre quotidien. D’autre part, j’aime beaucoup la photo, alors, je m’en donne à cœur joie.
Nous avons habité plusieurs fois à l’étranger :
J’ai terminé mes études de pharmacie par un stage de 6 mois à Bâles en Suisse. Puis, je me suis mariées et mon mari a eu un poste de CSNE à Casablanca au Maroc : nous y sommes restés 16 mois. Par la suite, après la naissance de nos deux premières filles, nous sommes partis 3 ans et demi à Taiwan, à Taipei. C’était une expérience très intéressante. Nous sommes revenus en 2003 et c’est après 5 ans de vie à Grenoble, que nous sommes repartis aux US. Ma 3ème est née à Taipei et le petit dernier à Grenoble.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

En France, nous vivions dans la Banlieue de Grenoble. Nos enfants allaient (pour les plus grandes à l’école internationale de Grenoble). Nous sommes partis car, une opportunité est apparue. Nous avions vraiment envie de retenter l’aventure. Nous étions ouverts à toute opportunité.

IMG_7786

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Ce qui me plait, c’est que c’est l’aventure tous les jours. Tout m’étonne. J’ai l’impression de vivre des choses incroyables tout le temps ou presque. Mais ce n’est pas toujours rose : il faut gérer l’éloignement avec la famille, la culpabilité qui en résulte.

D’autre part, j’ai souvent l’impression d’être en décalage partout : cette expérience d’expatriation m’a changée, j’ai essayé de prendre les bons côtés de mon pays, mais à la fois, j’ai perdu un peu de mon identité. Je ne serai jamais totalement américaine. Donc, c’est un peu cette sentation de ne plus trouver ma place qui est le plus difficile à gérer.
Sinon à Kansas City, il n’y a pas d’école française et donc, on ne voit pas tout le monde tout le temps : je passe beaucoup de temps seule : je n’ai pas beaucoup d’interaction dans la semaine. Alors, on organise parfois un déjeuner entre copines et on essaye de s’occuper le week end en essayant de se voir un peu plus.

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Ce qui est mieux : certaines facilités : une maison très grandes, la gentillesse des gens, leur bonne humeur permanente.
Ce qui est moins bien : avoir à se démener seule pour comprendre parfois des situations de la vie courante. Avoir cette sensation, d’être reconnue comme étrangère dès que j’ouvre la bouche.

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

  • Le climat

Le climat est très rude à Kansas City.

L’été est chaud, parfois très chaud : il y a 3 mois difficile : juin, juillet et août : les températures oscillent entre 35 et 40°C et il y a assez souvent des orages terribles avec des risques de tornades et souvent de la grêle. Il faut se tenir au courant des conditions. Il m’est arrivé d’avoir à rebrousser chemin et de renoncer à des sorties à cause de cela.

L’automne est une très belle saison, le temps est plus calme, les arbres prennent de très belles couleurs mais les nuits deviennent rapidement assez froides. On a des écarts de températures très importants d’un jour à l’autre : il peut faire 0°C le matin, 29°C dans la journée et le lendemain plafonner à 10°C. Il y a aussi ce genre d’écarts au printemps. (le record quand même : un jour à 29°C le 4 mai et le lendemain, il neigeait 1 cm … ).

L’hiver est rude aussi. Les nuits sont très fraîches, les températures peuvent descendre à -15°C facilement. Il y a aussi des tempêtes de neige terribles, pluies verglaçantes. La ville est alors paralysée, les enfants n’ont pas école : ce sont les snow days. Alors, on apprécie le printemps quand les fleurs apparaissent aux arbres et que les températures sont plus clémentes.
Et comme ces jours-ci, nous pouvons aussi avoir des journées très ventées : quand le Jet stream est à notre niveau.

  • Le Kauffman Center theater, un batiment fini en 2011 : un monstre de technologie : 360 millions de $ et pas un sous public fédéral : c'est une fondation

    Le Kauffman Center theater, un batiment fini en 2011 : un monstre de technologie : 360 millions de $ et pas un sous public fédéral : c’est une fondation

    La nourriture

Et bien, les Etats-Unis ne sont pas réputés pour leur bonne bouffe, mais nous arrivons à trouver un peu de tout. Il faut savoir s’adapter mais surtout éviter la mauvaise nourriture. Il faut éviter tout ce qui est prossess. J’aime les donnuts mais je n’en achète jamais : on fait très attention à la maison. Je n’aime pas du tout leurs gâteaux .. trop gras et surtout toujours trop sucrés. Je trouve que la nourriture américaine achetée manque de goût : ils noient cela sous le sucre et la graisse.

Il ne me manque pas grand chose : peut-être juste un bon magret de canard de temps en temps, un bon reblochon pour faire une tartiflette, un bon petit salé aussi .. à part cela tout est OK… mais on s’y fait : faut juste pas y penser .. j’ai connu pire.

  • La scolarité

Mes 4 enfants sont scolarisés dans le système américain. Le système est des plus compliqués en High school mais on commence à maitriser.

L’école commence à 5 ans en élémentaire avec le niveau Kindergarten (pré cp). L’apprentissage de la lecture et des maths n’a rien à voir avec nos habitudes, de par la langue et de par leur système d’unité.

En élémentaire, ils vont à l’école du lundi au vendredi de 8h à 3h. Ils mangent tous les jours à l’école. Ils partent le matin avec leur lunch box car ce n’est pas toujours très bon et équilibré à l’école.

Mes deux ainées sont en High school, niveau lycée. Mon ainée est en dernière année et ira à l’université l’an prochain. Le système est radicalement différent de celui de la France et nous venons de passer deux ans à découvrir en même temps qu’elle, tout cela. Mes deux ainées sont en section International Baccalaureat.
Elles vont à l’école de 7h30 (souvent avant) à 2h40 mais restent souvent après pour du sport. La seconde fait de la musique : elle joue du cor et fait partie à la fois de l’orchestre de l’école et à la fois de la marching band : fanfare de l’équipe de football américain. C’est un engagement très sérieux. Le niveau demandé est très haut : il y a un entraînement tous les jours et cela fait partie intégrante de sa scolarité.
Mon aînée fait du sport à haut niveau : course à pied ; l’entraînement a lieu tous les jours aussi : 8 km de course, puis ensuite, étirement … Je trouve l’école américaine très bien de ce côté là .. mais il y aurait énormément à dire …

Mes enfants sont bien sur bilingues et le plus dur maintenant est de garder le français et de leur enseigner. On a une règle à la maison, on ne mélange pas les deux langues. Si les enfants mettent un mot en anglais dans une phrase, on réfléchi ensemble pour trouver le mot qui convient : c’est une gymnastique familiale et cela finie par nous faire rire tous ensemble mais c’est de plus en plus dur … et les adultes comme les enfants commencent à avoir de sérieuses difficultés de ce côté là …

  • Les vacances

Mon mari est chanceux car il a 4 semaines de vacances et avec ses jours de récupération quand il voyage le week-end, il arrive à prendre 5 semaines.

Pour les enfants, ils commencent l’année le 13 août.
Les premiers jours de vacances sont à la fin novembre pour Thanksgiving et là, ils ont 2 jours. Ensuite, il y a entre 10 jours et 2 semaines de congés à Noël, une semaine en mars et grandes vacances le 27 mai (l’an dernier c’était le 23 mai)… et en hiver, il n’est pas rare, d’avoir des jours de snow day quand les conditions extérieures sont trop difficiles pour se déplacer : grosses chutes de neige, pluies verglaçantes … etc …
Voilà, alors l’année est complètement déséquilibrée.

  • La santé

En gros : des soins extrêmement chers et pas toujours entièrement couverts par les assurances.

  • La conduite

Aux Etats-Unis, on conduit à droite… mais j’ai du repasser le permis en arrivant en Californie et aller l’échanger au Kansas … Les lois sont différentes d’un état à l’autre. La conduite en Californie était plus nerveuse qu’au Kansas : ici, c’est tranquille … et il y a peu de circulation et beaucoup de place. .. et on peut téléphoner au volant ce qui n’est pas ce qu’il y a de mieux …

Kansas City Missouri vu du confluent du Kansas et du Missouri (les rivières) : à cet endroit en juin 1804, Lewis and Clark firent une étape dans leur long voyge de Saint-Louis Missouri et les côtes de l'Oregon

Kansas City Missouri vu du confluent du Kansas et du Missouri (les rivières) : à cet endroit en juin 1804, Lewis and Clark firent une étape dans leur long voyge de Saint-Louis Missouri et les côtes de l’Oregon

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Je m’y suis habituée. Ce qui me gène le plus : peut-être : le fait que la religion prend un peu trop le pas sur l’enseignement des sciences. Maintenant, on commence à être habitués : il est vrai que l’arrivée de Californie au Kansas a été marqué par un gros choc culturel. On s’y est fait.

Il y a aussi le fait que à force d’être surbookés à faire énormément de choses, les gens sont très superficiels. Il faut le savoir et ne pas s’offusquer de leur manque de profondeur et de leur légèreté en matière d’amitié.

Avez-vous des «habitudes» ?

Nous avons pris l’habitude d’aller écouter de la musique dans les bars et autres BBQ de la ville. Nous adorons cette ambiance musicale.

Nous avons gardé nos habitudes de manger à table et nous avons gardé nos habitudes d’horaires : nous mangeons vers 7h alors que les américains mangent plutôt vers 5h30.

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

Il y a pas mal de choses à visiter dans la ville qui est très intéressante. Partir est plus compliqué car la moindre destination intéressante est à plus d’une journée de route (Chicago, Denver, Dallas). Quand nous habitions dans la baie de San Francisco, nous pouvions profiter du moindre long week-end pour partir explorer les alentours à 2 voire 3h de route. Plus difficile ici.

Décrivez votre cadre de vie ?

J’habite dans une maison dans une rue d’un village situé à 10 miles de la ville de Kansas City. J’habite dans le Kansas alors que la ville de Kansas City est au Missouri (la State Line est à 10 miles). Il y a aussi Kansas City au Kansas, c’est une autre ville, mais c’est une vaste friche industrielle.

Kansa City est une jolie ville avec beaucoup de beaux musées, des quartiers magnifiques avec des maisons très différentes de style. J’aime beaucoup cette ville.
Là où j’habite on vit un peu en dehors de la ville : c’est une bourgade de banlieue assez ancienne. Les écoles font l’identité de la ville.

La première banque dévalisée par Jesse James, le fameux bandits : c'est à Liberty au Missouri : un petit village non loin de la maison de famille de ce bandit de grand chemin

La première banque dévalisée par Jesse James, le fameux bandits : c’est à Liberty au Missouri : un petit village non loin de la maison de famille de ce bandit de grand chemin

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Mon intégration n’est pas évidente et je me sentirais toujours une étrangère ici. Mais il est vrai que nous sommes plus dans la vie américaine : il y a très peu de français et tous nos enfants vont dans les écoles américaines alors c’est plus difficile de se retrouver car nous sommes tous un peu dispersés.

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Pour les gens du pays, : oui, nous avons fait très facilement connaissance avec nos voisins mais les amitiés ne vont pas très loin. Alors, on s’y fait : de grands sourrires et comme cela tout va bien … On a des amis américains et c’est toujours agréable de les rencontrer.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Oui, heureusement, car les relations sont tout de suite plus simples …

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui et non .. on croit qu’on arrive dans le même genre de pays que la France, mais les mentalités, le système scolaire, les pratiques, les habitudes de vie, n’ont rien à voir.

Connaissez-vous la langue du pays ?

je suis arrivée avec un niveau d’anglais moyen, je l’ai amélioré avec des cours au début, puis en écoutant la radio. J’ai augmenté mon niveau. C’est naturel maintenant. Je parle sans problème, je comprends à peu près tout.. Mais il m’arrive quand même de ne pas tout comprendre.

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

une fois par an, voire une fois tous les deux ans … nous ne sommes pas rentrés depuis juillet 2012.
Et là je regarde les tarifs pour rentrer et c’est tout simplement hors de prix et comme c’est nous qui payons ça risque d’être chaud ..

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

Oui skype une fois par semaine avec mes parents… et pour les amis, c’est quelques mails par ans et facebook …  les parents viennent une fois par an…

Bien sur que notre entourage nous manque .. on a appris à faire sans .. je ne sais pas .. c’est un peu dur d’en parler comme cela …

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Aucune idée … je crois que à la fois j’en ai très envie, à la fois, ce serait vraiment dur de revenir …

La maison de Amélia Earhart la célèbre aviatrice à Atchinson, Kansas

La maison de Amélia Earhart la célèbre aviatrice à Atchinson, Kansas

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

J’ai changé, c’est indéniable : sur différents points : par rapport à ma mentalité de française. Je vois les choses avec beaucoup plus d’optimisme, j’ai moins peur du ridicule et j’engage la conversation avec n’importe qui : je deviens américaine.
Ensuite, j’ai évolué par rapport à mes amis, ma famille : j’ai d’autres perspectives. Personnellement, j’ai eu à faire face à beaucoup de changements. Je sais maintenant comment gérer. J’ai eu aussi à affronter de grands moments de solitude que je n’aurais jamais pu supporter quelques années avant : on grandit beaucoup, on prends sur soi et au final on s’en sort …

Votre vision des choses et de la vie a-t-elle évolué ?

Oui : pour moi, c’est vis la vie que tu aimes, mais aussi trouve dans ton quotidien de quoi alimenter cela : j’aurais 100 fois aimé rester dans la Baie de San Francisco : mais je sais aussi que j’ai appris beaucoup en venant ici et au final je ne le regrette pas.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Ne pas croire que l’ailleurs est mieux : le choc culturel est dur partout. Il faut savoir accepter la différence et venir avec des yeux indulgents sur son pays d’accueil.
En tant que femme accompagnateur de son conjoint : il faut se trouver un guide qui permette de s’épanouir en dehors et de se dire que toutes ces années passées à le suivre n’ont pas été veines : car quand on change d’endroit tous les 3 ans, il faut beaucoup d’énergie pour reconstruire son environnement à chaque fois, refaire des amitiés, installer son petit monde dans sa zone de confort. Il en faut pour les enfants mais aussi pour soi même : sinon, on se rends compte, qu’on perd à chaque fois deux ans : un an d’adaptation, un an de préparation pour le départ. Il ne faut pas s’oublier .. voilà …

Comment préparez-vous votre retraite ?

Plus d’attache avec la France, IL FAUT COMPOSER ET COTISER par soi même..

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Retourner en Californie .. c’est pas compliqué …

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Je n’en sais rien … ou alors dans mon petit coin des Alpes …

Retrouvez Isabelle sur son blog

Le blog de Isabelle : http://www.fromside2side.com/

fromside2side

Remerciements

Merci à Isabelle d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie au Kansas !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Isabelle sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.