L’interview de Guilhem, en Roumanie

IMGP1725

Guilhem, 26 ans, vit en Roumanie depuis plus de 3 ans. Il nous raconte son expatriation à Bucarest.

 

 

 

 

 

roumanieOù est-ce ?

Il s’agit de l’Athéneum roumain.

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Guilhem
Age : 26 ans
Situation professionnelle : Ingénieur
Pays et ville d’origine : France
Pays et ville d’accueil : Roumanie, Bucarest
Date de début d’expatriation : 2011
Blog : www.voyage-roumanie.net

Présentez-vous ?

Guilhem, jeune français expatrié. Je suis ingénieur dans une entreprise du secteur automobile. Au quotidien, je manage une équipe d’une dizaine de personnes sur différents projets en relation avec la France. En parallèle, je suis en train de développer un projet pour faire partager ma passion de la Roumanie et des voyages. J’ai lance mon agence de voyage spécialisée sur la Roumanie.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

vous pouvez trouver plus d’informations sur le pays ainsi que les voyages que je propose à l’adresse suivante : www.voyage-roumanie.net

Où vivez-vous actuellement ?

J’habite en Roumanie depuis un peu plus de 3 ans. Je devais effectuer un stage de fin d’études pour mon école d’ingénieur pendant 6 mois. Par hasard, j’ai reçu une offre en Roumanie à Bucarest. Apres quelques hésitations, j’ai accepté cette offre.

Ma première expatriation a été pendant l’année scolaire 2009-2010. Je suis parti dans le cadre du programme européen Eramus étudier à Modéne en Italie. Pendant 10 mois, j’ai apprécié ma vie en Italie, un pays méditerranéen comme la région d’où je suis originaire en France (Montpellier).

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

J’ai passé ma jeunesse en France tout en découvrant l’Europe chaque été avec mes parents en voyage itinérant.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Pendant mes études j’ai eu l’occasion de vivre dans plusieurs pays ce qui m’a finalement amené à partir en Roumanie.

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Quand je suis parti en Roumanie, je devais rester initialement 6 mois donc j’ai pris seulement 2 valises avec surtout des vêtements. Par la suite, j’ai fait envoyer une malle avec plus d’affaires quand j’ai su que j’allais rester plus longtemps.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Les premières semaines sur place ont été plutôt faciles. L’entreprise m’a trouvé un logement, offert des cours de langue. J’ai facilement trouvé des amis dans l’entreprise.

Qu’est ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Ma vie dans le petit Paris (surnom de Bucarest) est très confortable : la ville est sure, les appartements peu cher, les activités culturelles sont nombreuses (théâtres, cinémas, festivals, concerts, opéras).

Les inconvénients sont l’administration roumaine qui est complexe et tatillonne alors que la corruption est très présente.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

La ville de Bucarest est sûre, le sentiment de liberté est plus grand, la vie nocturne est très active.

Le civisme sur la route, les gens sont très indisciplinés dans le trafic, surtout à Bucarest.

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

  • Le climat

Le climat est de type continental à Bucarest : des hivers froids (avec de la neige) et des étés chauds (on a facilement 40 degrés l’été en ville).

  • Caravanserail de Bucarest

    Caravanserail de Bucarest

    Le logement

Il est facile de trouver un logement à Bucarest. Quelques visites suffisent pour trouver un appartement et les démarches sont simples (contrat, frais immobiliers équivalent à ½ loyer et garantie équivalente à 1 loyer).

  • La nourriture

La nourriture roumaine est assez peu variées (beaucoup de chou, pommes de terre, porc, poulet) mais j’apprécie certaines spécialités : sarmalé (feuilles de choux farcies avec de la viande hachée) et salade de icré (pâté aux œufs de poissons).

Le fromage français me manque donc j’en ramène à chaque fois que je reviens en France.

  • Les vacances

Le code du travail roumain donne un minimum de 21 jours de congés par an. Dans l’entreprise où je travaille, je peux cumuler les heures supplémentaires pour les transformer en jours de congés.

  • La santé

Le système de santé n’est pas très bon. Globalement, le système public est compliqué, peu réactif et corrompu. J’ai la chance d’avoir un abonnement dans un réseau privé de santé qui est plus sûr et plus moderne mais cela ne me couvre pas en cas d’hospitalisation.

  • La conduite

Pour la conduite, j’ai gardé mon permis français (on roule à gauche comme dans la majeure partie de l’Europe). La conduite en générale est plutôt folklorique et il faut être très attentif aux autres véhicules.

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Le carburant coûte cher dans le pays par rapport au salaire moyen.

Les bières dans les bars ne sont pas chères en général.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

La place de l’église orthodoxe est très importante depuis la chute du communisme.

Est-il facile de partir en weekend ?

La mer et la montagne sont proches (2h de route minimum). La Roumanie et les pays limitrophes sont des pays intéressants avec une nature préservée.

Votre adaptation

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

La communauté française est importante à Bucarest. Je côtoie tous les jours des français pendant mon travail ou mon temps libre.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Je parle principalement le français et le roumain. J’ai appris le roumain au fil du temps après avoir pris quelques cours théoriques au début. Mon niveau dans cette langue s’améliore en continu vu que je suis amené à parler roumain au bureau et à la maison.

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez-vous dans votre pays d’origine ?

3 à 4 fois par an

Avez-vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

J’ai des contacts réguliers par téléphone avec ma famille en France.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Je ne sais pas combien de temps je vais encore habiter dans ce pays, cela dépendra sûrement des opportunités professionnelles et de ma future vie de famille.

Le palais du parlement

Le palais du parlement

Conclusion

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Je n’ai pas de conseils particuliers pour les futurs expatriés. Je pense qu’il y est assez facile de s’adapter à la vie à Bucarest.
Par contre, voici mes conseils si vous voulez venir en Roumanie pour visiter le pays. La meilleure période est de juin à septembre.

Les principales régions du pays à visiter sont la Transylvanie (les villes de Brasov, Sibiu et Sighisoara, les églises fortifiées et la légende de Dracula), la Bucovine (pour ses églises peintes, la montagne et la vie traditionnelle rurale), les Maramures (pour les églises en bois, les beaux paysages et le train a vapeur de la Mocanita) et le delta du Danube (pour la faune et la pèche sportive).

Pour un séjour à Bucarest, je vous conseille d’aller visiter le musée du village pour voir les différents styles architecturaux de Roumanie ou le palais du parlement afin d’affronter le gigantisme du bâtiment. Pour boire un verre, vous pouvez aller au bar Energiea. Pour manger, vous pouvez découvrir une cuisine roumaine moderne au Lacrimi si Sfiniti ou une cuisine plus internationale au Shift Pub.

Retrouvez Guilhem sur son blog

Le blog de Guilhem : http://www.voyage-roumanie.net/

voyage-roumanie

Remerciements

Merci à Guilhem d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie en Roumanie !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Guilhem sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Il se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.