L’interview de Pascaline, en Angleterre


DSC_0320

Pascaline nous raconte sa vie de freelance expatriée en Angleterre.

 

 

 

 

 

angleterreOù est-ce ?

Il s’agit d’un bâtiment à Londres, en Angleterre, qui change de peinture tous les mois.

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Pascaline

Age : 26 ans
Situation personnelle : célibataire

Situation professionnelle : Guide interprète et assistante dans une petite galerie d’art.
Pays et ville d’origine : France, Charleville – Mézières
Pays et ville d’accueil : Angleterre, London
Date de début d’expatriation : Novembre 2012
Blog : http://1001travel-ideas.com/

Présentez-vous ?

Alors, je suis française d’origine Haïtienne. Je suis guide interprète freelance je suis très intéressée par l’écriture de voyage et la traduction de contenu culturel pour les musées. De mon temps libre ? Je voyage. Cela peut être un voyage dans mon quartier, un weekend avec des amis ou un voyage à l’étranger de plusieurs semaines ou plusieurs mois.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

http://1001travel-ideas.com/
Au départ j’avais commencé ce blog pour pouvoir exposer et expliquer les tours que je propose en Angleterre, en Europe et aux USA. Puis j’ai voulu faire partager ma passion du voyage et parler de ma vie à Londres. 1 an plus tard je me suis intéressée à la carrière de « Travel writer » et j’ai décidé d’utiliser mon blog pour m’entraîner et j’ai commencé à écrire des articles un peu plus longs.

Où vivez-vous actuellement ?

J’habite à Londres depuis Octobre 2012. En revenant de mon stage de fin d’études aux USA je devais me mettre à la recherche d’un travail lorsque mon meilleur ami m’a proposé de venir à Londres. N’ayant pas encore trouve de job en France, l’Idée m’a plus et j’ai commencé à chercher un job depuis Los Angeles. Par chance après quelques coup de fils une entreprise m’a répondu et c’est comme ça que 3 semaines après la fin de mon mémoire j’étais en route pour Londres.

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Avant de partir je voyageais beaucoup car j’avais choisi d’étudier l’histoire de l’Art et le tourisme. Dans ces filières il y a un stage obligatoire de 2 à 6 mois à effectuer chaque année et c’est ce qui m’a donné l’envie de m’expatrier. En tant qu’étudiante mes possessions se résumaient à 4 valises, le tout tenant dans ma petite Clio. Je faisais un peu de sport et je voyais ma famille à chaque vacances, toutes les 6 semaines.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Je me suis expatriée car cela paraissait comme une nouvelle aventure : mon séjour de 6 mois aux Etats-Unis touchait à sa fin, je n’avais pas envie de rentrer en France, de devoir trouver un travail qui correspondait à mon Master Tourisme – Management de projets touristiques et de gestion de projets. J’avais envie de prolonger mon aventure, mon niveau d’anglais était passe de correct à très bon et j’avais envie de partir dans un pays où je pourrais continuer de parler anglais sans partir à l’autre bout du monde.

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Mon départ s’est fait très brusquement d’une semaine à l’autre. Je suis partie sans être prête car l’entreprise qui allait m’embauche m’a appelé un lundi matin pour me dire que je commençais mon training le samedi et que mon 1er tour serait le lundi suivant. Je suis donc partie en coup de vent fin octobre avec des vêtements d’automne, mon pc portable et 1800£ que m’avait apporté la vente de ma chère petite Clio. J’avais une énorme valise et mon sac à dos 50L, j’ai pris le bus pour Londres au départ de Lille. Surexcitée.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Les premières semaines furent difficiles car c’est très compliqué de trouver un 1er logement à Londres. Il vous faut des références de votre employeur, ouvrir un compte en banque, obtenir un numéro d’identification national. Je devais faire toutes ses démarches toute seule (alors que jusqu’à lors j’avais toujours eu mes parents derrière moi car j’étais étudiante) et cette fois ci je devais me débrouiller toute seule, en commençant un travail, sans un centime en poche.

La langue ne m’a pas posé de problème puisque je revenais tout juste des Etats-Unis mais le problème a été le travail. La réalité de mon job était complètement différente de ce que l’on m’avait annoncé ! J’ai commencé à travailler comme freelance alors que l’on m’avait proposé un poste d’employé. Le tourisme étant saisonnier je n’avais que très peu de moyens et j’ai dû trouver une autre source de revenus, j’ai fait beaucoup de babysitting et j’ai contacté une entreprise française qui m’a proposé de faire des tours de Londres et d’Angleterre pour des français. J’ai passé des semaines à faire des recherches mais dès que j’ai commencé à faire les tours en français m’a situation financière s’est vraiment amélioré.

Je me sentais très seule en arrivant car mes amies londoniennes traversaient elles aussi de très mauvaises passes professionnelles, je n’avais pas d’argent et j’attendais que mon ami rentre des USA. Dès qu’il est arrivé les choses se sont améliorées car il s’est installé chez moi, nous sommes beaucoup sortis avec ses amis et petit à petit je me suis fait un vrai cercle d’amis.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plaît moins ?

La vie à Londres est trépidante, il y règne une atmosphère et une énergie incroyable, les gens viennent des 4 coins du monde, parlent des tas de langues. J’aime le choix énorme des activités culturelles que l’on peut avoir, les concerts que l’on peut y voir et les opportunités de carrières.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est-ce qui est mieux, qu’est-ce qui est moins bien ?

L’Angleterre est un pays qui a une économie beaucoup plus libérale que la France et il est vraiment plus simple de trouver un travail, vous pouvez trouver un petit boulot en 2 jours, mais c’est très difficile de trouver quelque chose qui vous plaise ou qui soit dans votre branche. Le problème est que comparé à la France il n’y a pas de sécurité de l’emploi des tas de mes ami(e)s ont perdu(e)s leurs jobs du jour au lendemain ce qui n’arriverait jamais en France.

La météo. Revenant de Californie j’ai eu du mal à m’habituer au climat assez pluvieux et gris de l’Angleterre en hiver !

La mentalité british. C’est très facile de se faire des amis à Londres mais c’est très difficile de devenir amis avec des locaux qui ont déjà leurs cercles d’amis et ont donc tendance à rester entre eux. Je ne juge pas, c’est juste normal car plus votre cercle d’amis est grand plus il est difficile de garder des liens intimes avec ces nouveaux amis.

Le système de santé. La NHS a le mérite d’éxister mais franchement le service laisse vraiment à désirer. La moitié des employés qui travaillent dans les centres de la NHS sont débordés, très grognons et vous donnent juste envie de courir dans l’autre sens. Ils ne sont pas très efficaces mais bon, éventuellement vous finirez par voir votre docteur.

Eglise St Paul

Eglise St Paul

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

L’Angleterre c’est de très beaux paysages, un passe très riche, de beaux monuments, des pubs accueillants où vous trouverez toujours des gens en train de boire une pinte à 10h du matin en discutant de leur journée. Une scène artistique dynamique, des jeunes qui s’habillent très très classe ou avec un goût douteux et des villes industrielles.

  • La mentalité des locaux

Anglaise. Très  « comme il faut » et déluré à la fois.

  • Le climat

Tempéré avec une météo plus que changeante ce qui fait que chaque journée ensoleillée devient un événement !

  • Le logement

Trouver un logement à Londres est un parcours du combattant car il y a 10 personnes interessées pour chaque appartement mais cela peut se passer très vite ! Tout dépend si vous passez par une agence ou par des particuliers. Lorsque vous faites une visite et que l’appartement vous plait il faut tout avoir sur vous : lettre de votre employeur, 3 derniers bulletins de salaire, vos 6 derniers relevés bancaires et de quoi payer la caution.

  • La nourriture

J’adore le petit déjeuner. Je suis fan de l’English breakfast : Œufs, saucisses, bacon, bans et toasts. J’aime beaucoup les crumpets et les scones et la qualité de leurs viandes.

J’ai absolument horreur de tout ce qui a une consistance gélatineuse : Truffe ou gelly, qui bougent toutes seules.

Les plats du sud-ouest avec des bonnes herbes me manquent mais à chaque fois que je rentre en France je sais qu’un weekend de fromage et petits plats m’attend.

  • Les vacances

Je suis freelance donc je n’ai pas d’horaires ou de calendrier à respecter, étant dans le tourisme, j’ai tendance à prendre 2 mois de vacances en hiver pendant la saison creuse en janvier/février.

  • La santé

Le système de santé est gratuit ce qui est très bien, le seul problème est le temps d’attente (plusieurs heures à chaque fois) pour voir un GP. En arrivant en Angleterre, il faut vous inscrire à la NHS, allé faire un check complet après quoi on vous attribue en médecin traitant. Apres quoi cela fonctionne plutôt bien. En cas d’urgence le plus simple est toujours d’aller à l’hôpital ou la consultation et les soins est gratuit.

  • La conduite

En Angleterre on roule à gauche (comme dans tous les pays du Commonwealth). Les règles sont les mêmes qu’en France, seules quelques panneaux sont légèrement différents. Je trouve la conduite à gauche assez perturbante surtout lorsqu’il s’agit des ronds-points mais c’est juste une question d’habitude.

  • Ce qui coûte cher / ce qui ne coûte pas très cher

J’habite à Londres et tout y est cher qu’il s’agisse des transports (116£ par mois), les sorties, le cinéma, la nourriture, tout. Le logement y est très cher mais c’est le cas de toutes les capitales du monde… Il est très compliqué d’obtenir un crédit pour acheter une maison a moins d’avoir des moyens suffisamment important pour pouvoir impressionner votre banque. Comme en France la moyenne d’âge du premier achat immobilier continue de reculer.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Rien si ce n’est la politesse excessive des gens, les anglais ne disent jamais vraiment ce qu’ils pensent par peur d’être impoli. Les gens s’excusent pour rien, je finis par dire pardon quand quelqu’un me rentre dedans !

Avez-vous des habitudes ?

Le pub après le boulot, des expressions bien anglaises et de temps en temps un Sunday Roast au pub vers 14h le dimanche.

Est-il facile de partir en weekend ?

Oui, au départ vous pouvez prendre le train ou l’avion et être arrivé à votre destination en moins de 3 heures.

Décrivez votre cadre de vie

J’ai habité en colloque jusqu’à présent mais pour la première fois j’ai choisi d’habiter toute seule dans un studio dans un quartier londonien que j’aime beaucoup Highbury and Islington. C’est beaucoup trop cher pour ce que c’est et je compte ré-emménager en collocation dès que possible !

Racontez nous une anecdote

Vivre à Londres c’est la garantie de toujours avoir quelque chose de marrant à raconter à vos amis le soir car il se passe toujours quelque chose !

Racontez-nous une journée typique

Cela dépend de mes tours ! S’il s’agit d’un tour de Londres je me levé a 7.30. Prend mon petit déjeuner tranquillement, puis relis mon script de visite, télécharge la liste de mes touristes, prends l’accessoire adapte au thème de la visite (baguette magique, une lanterne ou une copie du chapeau de Sherlock Holmes, etc.) selon le tour que je fais. Je prends le métro et arrive à 9. 50 au point de rendez-vous car mes tours commencent toujours a 10H Le tour dure généralement 2 ou 3h. A la fin du tour je prends le temps de discuter avec eux, parfois par boire un verre et rentre chez moi. J’en profite généralement pour aller voir une expo, passe 1h à la gym et vais voir mes amis ou mon amoureux.

S’il s’agit d’un tour à Paris avec des américains je me lève a 4.45am, je prends mon petit déjeuner, vérifie que ma ligne de métro fonctionne, je rencontre mes touristes à St Pancras international, j’explique la journée et je prends l’Eurostar de 7.01. Une fois à Paris je passe la journée à les guider dans Paris sauf durant ma pause déjeuner 40 minutes et leurs temps libre. Ma journée se termine au retour à Londres vers 8.45pm. Je rentre généralement tout de suite mais s’il fait beau je fais un détour par le parc, et passe le reste de la soirée à papoter avec mes amis au pub en bas de chez moi avant de rentrer vers 22.30

Portabello antique

Portabello antique

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui car la France et l’Angleterre ont beaucoup de choses en commun.

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Je me suis fait des amis rapidement mais pas de locaux ! Je me suis fait des amis au bout d’un mois mais aucun n’est anglais !

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Pas vraiment, l’une de mes meilleures amies est française mais c’est la seule française que je connaisse. J’essaye d’éviter les français pour ne pas vivre comme en France à l’étranger.

Vous êtes-vous facilement adapté ?

Oui comme un poisson dans l’eau !

Connaissez-vous la langue du pays ?

La difficulté a été de bien parler et de perdre l’accent français ! Almost there !

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Le coté administratif de la France et la lenteur des choses, avant de partir cela me faisait grincer des dents mais maintenant ça me fait rire.

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

J’essaye de rentrer voir mes parents 3,4 fois par an, presque tous les 3 mois.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Je suis passée à Skype après quelques mois à recevoir des factures de téléphone absolument exorbitantes. J’essaye de parler à mes amis par Facebook et à ma famille par mail ou par Skype.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Surement le jour où j’aurai une petite famille avec des petits bouts qui auront besoin d’être scolarisé ! Je trouve que c’est tellement plus simple d’élever des enfants en France, mais on verra.

brick lane

Conclusion

Avez-vous grandit ou évolué depuis votre départ ?

J’ai beaucoup grandit depuis mon départ, j’ai enfin appris à ne compter que sur moi, a gérer mes problèmes. Je suis devenue beaucoup plus débrouillarde qu’avant et j’ai vraiment appris à relativiser grâce aux rencontres que j’ai faites.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Préparez bien votre départ, cela peut vous épargner la moitié des galères si vous avez fait des recherches !!  Une fois sur place, ne cherchez pas avoir le même mode de vie que dans votre pays d’origine vous ! Le maitre mot est flexibilité et adaptation.

Comment vous voyez-vous dans le futur ?

Auto entrepreneuse, qui peut travailler n’importe où dans le monde sans avoir à m’inquiéter de mon salaire. J’aimerai continuer à voyager.

Dans quel coin du monde rêvez-vous de vivre ?

J’aimerai partir à l’autre bout du monde pour quelques années mais je sais que je voudrais m’installer en Europe le jour où je me poserai.

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Oulala, c’est beaucoup trop loin pour que je m’intéresse à la question ! On verra le moment venu, mais de préférence en bord de mer ou à la montagne.

Retrouvez Pascaline sur son blog

Le blog de Pascaline : http://1001travel-ideas.com/

1001travel-ideas

Remerciements

Merci à Pascaline d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie en Angleterre !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Pascaline sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • lovelovemedo gleeden