L’interview de Sherline, aux Etats-Unis

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Sherline, 30 ans, s’est expatriée aux Etats-Unis avec son mari et leurs deux garçons pour suivre son mari Olivier dans ses nouvelles aventures professionnelles.

 

 

 

 

norvegeOù est-ce ?

Il s’agit d’une vue sur New-York City, aux Etats-Unis.

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Sherline
Age : 30 ans
Situation personnelle : Mariée et deux enfants
Situation professionnelle : Juriste spécialisée en collectivité territoriale et politique publique, sans emploi actuellement
Pays et ville d’origine : France – Conflans Sainte Honorine (78000)
Pays et ville d’accueil : New Jersey – Jersey City
Motif de l’expatriation : Accompagner mon conjoint dans sa nouvelle aventure pro
Type et durée du visa : Visa de type E / 5 ans
Partenaire d’expatriation : Oliver mon mari ainsi que mes deux garçons (Bouss’ : 3 ans et Gribouille : 1 an)
Blog : http://parentheseinus.blogspot.com/

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Sherline et je suis née en Guyane Française que j’ai quitté afin de poursuivre mes études de droit en France Métropolitaine.

En France, nous vivions à Conflans- Sainte-Honorine (78) où nous étions propriétaire. Nous avons deux très beaux garçons de 3 ans et 1 an.

Je suis actuellement sans emploi dans la mesure où nous venons d’arriver et que c’est grâce à Olivier que nous réalisons cette aventure. Mon cursus purement français (droit) est clairement un handicap. Je ne me fais aucune illusion, mes chances de retrouver une activité professionnelle dans le secteur des marchés publics sont quasi-nulles. Il va donc falloir faire des concessions, changer de parcours pro ; voir même réfléchir à une possible formation dans un autre domaine. Cette éventualité ne m’effraie pas.

Pour le moment j’occupe mon temps libre à ne rien faire ou du moins rien de bien enrichissant. En effet, et depuis notre arrivée le climat n’est pas très favorable aux balades et aux découvertes. De toutes les façons, un où jour ou l’autre, le temps va se radoucir afin que mes enfants et moi puissions découvrir au moins notre ville/ quartier.

Quel est l’adresse de votre blog ?

Mon -notre- blog s’appelle : « Ouverture d’une parenthèse » (http://parentheseinus.blogspot.com). J’ai fait le choix de m’investir dans la rédaction de ce blog afin de partager cette aventure avec la famille et les amis. C’est une bonne manière de donner des nouvelles à tout le monde et pis on n’est pas forcément en contact avec toute la famille mais cela n’empêche pas qu’elle puisse de temps en temps s’intéresser à notre aventure.

Je l’ai également fait afin d’apporter une aide aux personnes qui pourraient suivre le même projet que nous car des heures, j’en ai passé sur le net à la recherche d’informations : et ma première source d’informations était les blogs et les bloggeuses qui répondaient avec beaucoup de réactivité à mes messages.

En fait le blog c’est « fun », on s’y prend vite, on y pense tout le temps, chaque moment peut donner lieu à un article : il faut donc faire un choix.

C’est aussi très surprenant de savoir qu’une partie de notre quotidien peut être partagée aussi facilement et sans aucune frontière (sauf celle de la langue bien sûr), il y’ a aussi les différents messages de soutien et d’encouragement qui ne viennent pas que de la famille et des amis.

Je dois aussi avouer que si c’est un plaisir c’est un peu une contrainte car forcément la famille attend que j’actualise assez régulièrement le blog. Or trouver un sujet intéressant n’est pas toujours facile, d’autant que j’essaie de trouver un juste milieu entre le blog et notre vie privée.

Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons à une traversée de NYC dans le New Jersey – plus précisément à Jersey City.

C’est grâce au boulot d’Olivier que nous sommes là et pour une durée de 5 ans. Pourquoi ? Parce que nous pensons que c’est une durée réaliste pour que l’expérience soit bénéfique pour tout le monde. L’avenir nous dira si nous avions eu raison ou pas.

C’est la première fois que je vis à l’étranger si on considère que quitter la Guyane Française pour la France Métropolitaine n’est pas une aventure également 😉

interv2

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

En France, je travaillais au sein d’une collectivité, nous avions acquis un appartement, des voitures bref nous avions une vie bien  « rangée ».

Bouss’ avait ses copains, nous avions nos amis avec qui j’appréciais passer du temps, notre famille que nous prenions plaisir à voir.
En gros, nous avions une vie de famille avec nos sorties, notre boulanger, notre charcutier, nos habitudes du week-end.

Pour quelles raisons vous êtes-vous expatrié ?

C’était une très belle opportunité qui s’offrait à Olivier. C’est également un choix pour les enfants -et moi- afin qu’ils soient bilingues et qu’ils découvrent une autre culture « ouverture d’esprit ». Et puis, nous ne sommes pas loin de NYC. Et ça, ca aide dans la prise de décision.

Comment s’est passé votre départ ?

Je n’ai jamais trouvé le temps aussi court d’autant que le déménagement s’est passé en fin d’année (noël, cadeau, …) !

L’entreprise d’Olivier nous offrait deux alternatives soit nous prenions tous nos meubles soit elle mettait à notre disposition une enveloppe financière nous permettant de racheter des biens une fois arrivés aux Etats-Unis.

Après avoir pesé le pour et le contre, nous avons décidé de tout emmener en deux envois : un envoi rapide par les airs donc afin de permettre aux enfants de retrouver rapidement leurs jouets, TV, quelques affaires de cuisine,… et un envoi maritime plus long (1mois !!!!!!) pour le reste.

L’envoi rapide a pris une semaine à compter de notre arrivée. L’envoi maritime a pris un mois et croyez moi l’attente est très longue. Je pense qu’elle est d’autant plus que cela fait partie intégrante de l’intégration : se sentir chez soi, pouvoir aménager sa nouvelle vie, ne plus être en mode camping.

L’appartement vide en France c’est vraiment une émotion parce que l’on se rend compte que là c’est pour de bon et – bien qu’il soit toujours possible de faire machine arrière – que nous laissons une vie pour une aventure.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Cela ne fait qu’un mois que nous sommes arrivés et le climat (tempête de neige, froid, ..) ne rend pas les prises de contact facile mais je ne désespère pas…

L’appartement était réservé avant notre arrivée car Olivier était venu passer une semaine dite « de reconnaissance » afin de visiter les quartiers, l’école et rencontrer ses futurs collègues. Cela étant, nous l’avions sélectionné sur internet et n’avions aucune idée de ce qu’il pouvait être réellement. Au final plus de satisfaction que de déception.

L’anglais est mon grand point faible car j’ai un niveau très bas, mais j’arrive à me faire comprendre et la gentillesse des américains – du moins ce que j’ai rencontré – m’aide beaucoup. Ils sont très encourageant et savent être tolérant (j’espère ne pas changer d’avis avec le temps).

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plaît moins ?

Il est difficile au bout d’un moins de réponde à cette question néanmoins la gentillesse des américains (vendeurs, coursiers, serveurs, …) est remarquable. Je ne parle pas anglais et à chaque fois ils ont fait preuve d’une grande patiente lorsque je cherchais à m’exprimer.

Forcément ce qui me plait le moins c’est sans doute la perte de mon autonomie, on revient encore à l’anglais que je ne maîtrise pas. Je demande assez souvent à Olivier de faire les choses à ma place et ça ce n’est pas facile à vivre au quotidien. Mais bon quand il est au travail, faut bien que les choses avancent.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

La boulange est moins bien et je le regrette, j’aimerais retrouver mes repères gastronomiques : pain, fromage, …

neige

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’accueil ?

  • La mentalité des gens

Je ne sais pas car en plus d’être fraîchement arrivée, le temps ne me permet pas de sortir, mais il me semble très sympa.

  • Le climat

Pour le moment le climat est glacial (tempête de neige, température extrêmement négative,…).

  • Le logement

Lors du voyage de repérage d’Olivier dans le New Jersey, il a eu la chance de rencontrer un agent immobilier ayant le sens du service. Nous avions sélectionné des appartements et des quartiers depuis la France via internet (Craiglist, Trulia, NYTimes Etstates, …) mais lors des visites Olivier s’est rendu compte que rien mais absolument rien ne nous correspondait. Et puis, il est difficile de bloquer un appartement pendant plusieurs mois en l’occurrence 1 mois et demi.

Les critères ont donc été modifiés et notre agent immobilier s’est chargé de nous trouver notre Home Sweet Home. C’est donc depuis la France que nous avons signé le bail – ce qui est très rare – via internet toujours et signature électronique. Tous les documents nécessaires à la constitution du dossier ont été transmis de la même façon.

A notre arrivée, nous avions notre appartement même si quelques petites formalités restaient à finaliser.

  • La nourriture

L’école n’est pas obligatoire avant 5 ans si bien que beaucoup d’enfants sont inscrits dans des « daycares » que l’on traduit par crèche mais cela n’a rien à voir. Il s’agit de structures offrant pratiquement les mêmes activités que la maternelle aux enfants avec un emploi du temps, des sorties, …

Mon ainé est lui inscrit dans une école privé française reconnue par le Ministère de l’Education Nationale Français, pour la simple et bonne raison que je ne souhaitais pas le chambouler de ce point de vue. Il commence les cours à 8h30 et je le récupère après le repas du midi soit à 12h30, il passe l’après-midi avec moi et son frère mais c’est un choix financier de notre part.

Le niveau et l’enseignement est vraiment extraordinaire sans doute du fait qu’ils ne sont que 10 dans la classe pour 2 adultes. La relation avec les enfants et les parents est plus apaisée, plus de disponibilité, …

Le seul « hic » vient du fait qu’il s’agisse d’une école française et que donc l’anglais n’est pas la première langue. Sauf qu’aujourd’hui et après 2 mois je me rends compte que mon fils a très envie de parler l’anglais, se pose donc le choix du système scolaire américain ce qui indéniablement sous-entends une immersion totale pour lui… Et forcément, la question du niveau et du programme scolaire américain en cas de retour en France : la réflexion est donc en cours.

Pour conclure avec ce sujet, je dirais que le choix d’une école américaine ou française se fait en fonction du caractère de son enfant et de son portefeuille aussi. Il s’avère que mon fils – bien que n’aimant pas aller à l’école – prend énormément de plaisir à apprendre de nouvelles choses et aime à son âge s’enrichir. Et pis ne pas se focaliser sur la mauvaise traduction de « daycares » en « crèche » car elle est mauvaise. Et ces établissements sont ma foi pas mauvais : nous espérons d’ailleurs pouvoir y inscrire mon second.

  • Les vacances

Etant pour le moment femme au foyer je dispose de 365 jours par an, mais bon soyons honnête je ne peux les prendre qu’en fonction des vacances scolaires de Bouss’ et éventuellement de celles d’Olivier.

  • La santé

A priori nous avons une très bonne prise en charge mais j’avoue ne rien comprendre pour le moment. Ce que je sais en revanche c’est que cela coûte extrêmement cher et que notre mutuelle n’est pas acceptée partout notamment au centre pédiatrique qui se situe à deux minutes à pied de notre domicile.

  • La conduite

J’ai la chance dans l’Etat du New Jersey, il ne faut repasser « que » le code mais bon ce n’est pas non plus gagner car je ne parle pas anglais alors je vais apprendre pour apprendre et retenir de manière intelligente le bouquin.

  • Y’a-t-il de la censure ?

Je ne crois pas … J’avoue que le contraire me surprendrais énormément.

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

La vie coûte chère et si on n’a pas les moyens financiers, il faut arrêter de placer les Etats-Unis sur un piédestal. Par exemple la connexion internet coûte pratiquement 100 dollars par mois contre 30 € en France, la santé coûte (système de santé remarquable en France : une amie m’expliquait que son accouchement lui avait coûté 50 000,00 dollars !!!!), l’éducation des enfants (gratuite en France), la garderie majoritairement privée donc là aussi un coût. Ce n’est que le début, je ne connais pas vraiment les dépenses réelles : j’espère ne pas avoir trop de surprise.

La nourriture ne coûte pas cher et même en mangeant exclusivement « organic » on ne s’en sort pas trop mal.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

S’il faut dire quelque chose, je dirais les poubelles ! Je trouve les rues de ma ville très sales notamment parce que les poubelles sont déposées sur les trottoirs dans les « trash bag » et il arrive bien souvent que les sacs se déchirent laissant se déverser tout le contenu par terre

Avez-vous des «habitudes» ?

Pour le moment nous avons gardé nos habitudes, la cuisine est l’exemple le plus parlant mais je vais prendre un plaisir à adopter les habitudes locales : c’est aussi ça l’expatriation à mon sens.

Est-il facile de partir en weekend ?

Avec deux enfants, nous ne pouvons pas partir sur un coup de tête en se levant un samedi matin et en se disant si on partait à Philadelphie (par exemple) mais avec de l’organisation on a énormément de possibilité : je vous rappelle qu’il y’a 50 Etats que l’on peut visiter et ça c’est top ! De toutes les façons et sans voir aussi grand : il y’a tellement de chose à voir à New York que je ne sais même pas si nous aurons assez de temps

Décrivez votre cadre de vie ?

Pour le moment le quotidien se met en place : école, courses et puis ma foi c’est tout.

Pouvez-vous nous raconter une anecdote ?

Une petite alors : lors de notre emménagement, les « movers » nous ont fait comprendre qu’ils remontaient tous les meubles sauf les meubles d’origines Suédoise ! Heureusement que nous n’en n’avions pas beaucoup !

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ? De travail puis une journée de weekend ?

Mes journées ne font pas rêver vous savez !

Le matin, je prépare les enfants avec l’aide d’Olivier afin de déposer Bouss’ à l’école, puis un petit tour au parc (lorsque le temps le permet) afin que Gribouille puisse s’amuser à courir après les écureuils. On rentre à la maison, un petit dodo pour lui et généralement, je prends connaissance de mes mails. Un petit peu de rangement, repas pour Gribouille et c’est l’heure d’aller récupérer Bouss’.

Retour à la maison en passant par le parc, sieste, goûter enfin sortie.

Nos weekends sont mis à contribution afin d’améliorer notre quotidien en achetant ce qui nous manque. Maintenant que nous avons nos affaires et que le temps semble d’arranger, nous espérons pouvoir faire des sorties et découvrir notre entourage.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Pour le moment ce n’est pas facile. Bien évidemment, j’ai pris mes repères mais c’est tout ! Mes journées sont largement rythmées par mes enfants…

Avez-vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

J’ai l’impression que cela ne va pas être facile d’autant que je ne travaille pas. On verra donc avec le temps et mes longues heures au parc 😉

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Oui du fait du travail d’Olivier notamment et de l’école de Bouss’.

Vous êtes-vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Pour le moment, je ne me plains pas trop.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Pas vraiment mais au bout d’un mois, je sens quelques petits progrès. Je cherche actuellement des cours qui correspondent à mon emploi du temps de maman, mais j’attends que les marques soient posées.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez-vous dans votre pays d’origine ?

Nous ne sommes pas encore rentrés mais nous espérons le faire au moins une fois par an. Idéalement à noël.

Avez-vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Skype bien évidemment comme beaucoup d’expat et oui la famille et les amis manquent d’autant plus que cela ne fait que deux mois que nous sommes là.

Avez-vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Oui parce qu’on se sent toujours bien chez soi.

Conclusion

Avez-vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

On en reparle dans quelques mois hein ?!

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Ne pas oublier de prendre soin de celui qui suit car les premiers mois peuvent être très difficile (pas d’amis, pas de travail, s’occuper des enfants et de la maison, …). Cette phase n’est pas la plus sympa.

Il ne faut pas hésiter à accepter les sorties entre collègues, ne serait-ce que pour boire un café ou se rendre au playground : le rangement attendra !

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Dans 5 ans se posera la question du retour en France, alors j’espère que cette aventure aura été fabuleuse et n’avoir aucun regret. Pour répondre à la question, je nous vois épanouie tous les 4 et super contents de cette parenthèse.

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

Epanouie dans mon travail, fière de mes enfants, et profitant à nouveau de la vie avec Olivier.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Retrouvez Sherline sur son blog

Le blog de Sherline : http://parentheseinus.blogspot.com/

parentheseinus

Remerciements

Merci à Sherline d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous son début de vie aux Etats-Unis !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Sherline sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.