L’interview de Anne-Laure et Geoffrey, en tour du monde

13128534505_5de1451563_z

Anne-Laure et Geoffrey ont décidé de partir faire un tour du monde ensemble, seulement 5 minutes après s’être rencontrés !

 

 

 

 

 

Découvrez leur interview

Carte d’identité

Prénom : Anne-Laure / Geoffrey
Age : 30 / 26
Profession : Voyageurs, nomades, photographe (Geoffrey)
Situation personnelle : En couple depuis 1 an et demi, sans enfant
Pays et ville d’origine : France – Poitiers (Anne-Laure) et Benet (Geoffrey)
Partenaires du tour du monde : Luna Sandals, Squalo
Date de départ : 7 octobre 2013
Durée du tour du monde : Durée indéterminée
Congés : Fin de contrat CDD
Blog : http://www.travelandroll.com/?lang=fr

 

Présentez-vous

Qui êtes-vous ?

ELLE : 30 ans, master II en commerce international. Enfance dans la Vienne, à Poitiers. A un peu bourlinguer, Australie (Sydney), Etats-Unis (Portland), Tunisie, Singapour, quelques pays d’Europe et a fait toute l’Espagne et Portugal en van. Aime : voyager, échanger, découvertes culturelles, sports aquatiques (surf, kite-surf, plongée), randonnées, équitation, snowboard, cuisiner, écrire, lire, la nourriture bio et équitable, ses potes, musique (reggae, dub, jazz manouche, world music, musique africaine, drum&bass, blues), concerts, festivals (écologie, musiques), ciné. indépendant, ses chats, animaux, faire du théâtre, rigoler, aimer, partager, sa famille, son mec.

LUI : 26 ans, bachelor en web development, enfance en Vendée, à Benet. Vécu 3 ans en Angleterre, tour d’Europe en stop et Couchsurfing pendant 6 mois. Aime : Voyager, échanger, découvertes culturelles, musique (métal, rock, reggae, dub, blues, jazz, musique africaine), course à pied, photographie, rugby, snowboard, sports aquatiques (surf, kite-surf, plongée), randonnées, la nourriture bio et équitable, ses potes, festivals (écologie, musique), guitare, animaux et particulièrement les singes, rigoler, aimer, partager, sa nana.

EUX : Aiment : les mêmes choses décrites ci-dessus. Nous nous engageons dans des asso. militant contre la déforestation et la survie des singes. Et en ce moment au Mexique nous sommes bénévoles pour une asso. qui milite pour la survie des bébés tortues. N’aiment pas : Monsanto, la mal bouffe, la violence envers les êtres humains et les animaux, les aigris, le racisme, les guerres, les armes à feu, les OGM, la télévision, la publicité, la déforestation.

13120015023_b78c5bd16a_z

Dans le désert du Death Valley National Park – USA

Pourquoi avoir décidé de faire un tour du monde ?

Déjà jeune fille je rêvais de voyages, de grands espaces et de liberté. Je rêvais de parcourir le monde avec mon “chevalier”. Mais il y a toujours un énorme fossé entre le rêve et la réalité. Et puis un soir de janvier 2013 il entre dans ce bar. Grand, cheveux longs, chapeau vissé sur la tête, sourire aux lèvres, yeux pétillants, regard qui en dit long. S’assois à mes côtés, bonnes ondes : musique, voyages, art, écologie. Je lui explique ma vie en 2 mots. Cette vie dans laquelle je ne me sens pas bien. Envie de voyages et d’aventures. Il revient d’un tour d’Europe. Je rêve de partir pour découvrir le monde. Il va repartir pour faire le tour du monde, me propose de partir avec lui. OUI, comme ça, sans réfléchir. 1 mois de complicité, 1 soir de concert, 1 page à deux s’ouvre. J’ai quitté une très bonne entreprise mais je ne me voyais pas dans cette vie. Travail, routine quotidienne, cette réalité ne nous convenait pas. Besoins d’aventures, de rencontres, de croquer la vie, de voir ce qu’il y a de l’autre côté de l’océan. Malgré nos familles, les chats, nos amis, les rencontres etc. notre vie était un peu fade et sans odeur, comme s’il nous manquait quelque chose. Tant que nous sommes tous les deux nous sommes heureux mais l’envie d’explorer cette merveilleuse planète était là. Incompris, soumis à cette société. Peut-être y aura t-il un endroit sur terre où nous nous sentirons chez nous, peut être y aura t-il un moment où nous ferons vraiment ce qui nous plait. On décide de vivre au jour le jour, sans se poser trop de questions, prendre le “train” ensemble pour un je ne sais où.

Où et comment viviez-vous avant votre tour du monde ?

En France, dans un petit appartement pour mettre un maximum d’argent de côté (à Niort, Deux-Sèvres). Nous avons vécu 7 mois ensemble puis nous sommes partis. Pendant les 7 mois nous avons travaillé chacun de notre côté et avons fait des “concessions” sur certaines dépenses.

Quel est l’adresse de votre blog ?

www.travelandroll.com

Pour être connecté avec les gens, leur faire découvrir nos aventures.Geoffrey est photographe et j’aime écrire alors on s’est lancé. Geo ayant un bachelor en développement web il s’occupe de toute la partie blogging. Il est très au courant de ce qui se passe sur la blogosphère. J’aime car cela me permet de me lancer dans l’écriture et de partager avec les gens qui nous aiment nos photos, nos humeurs, nos états d’âmes, les aventures du moment.

Et puis nous souhaitons nous engager et faire de l’humanitaire en Amérique latine. Pour une association qui lutte contre la deforestation et la survie des singes. Avoir ce blog permet également de partager cela et peut être d’avoir une page de crowfounding.

Enfants de Sayulita - Mexique

Enfants de Sayulita – Mexique

Votre tour du monde

Comment s’est passé votre départ ?

Lui serein comme toujours, moi avec mes doutes comme d’habitude. Toute cette organisation me faisait un peu tourner la tête et je ne savais pas par quoi commencer. Je me suis posée des questions, peut être trop comme toujours. Peur de prendre de mauvaises décisions et de me tromper complètement. Je ne réalisais pas, ne voulais pas réaliser que je partais pour un temps indéterminé, ne verrai plus ma famille (et mes grands-parents âgés), mes chats, pendant un très long moment. Mais Geo. était là, me regardait et j’ai tout oublié, je savais pourquoi je souhaitais partir.  “Ça va aller” alors oui ça va aller et oui ça a été.

Qu’avez-vous ressenti lors des quelques jours qui ont précédé votre départ ?

J’étais assez nerveuse et triste et ne réalisais pas que nous allions partir pour un très long moment.Geoffrey était hyper excité et tellement content de partir découvrir un autre continent. Mais pour nous deux c’était un mélange d’émotions très intenses et fortes. Nous nous rendions compte que notre destin nous attendait quelque part. Être deux aide beaucoup car il y en a toujours un pour soutenir et réconforter l’autre.

Mais on ne savait à quoi s’attendre car rien n’était organisé. Tout ce que nous savions c’est que la vie ferait bien les choses et nous étions positifs. Les choses arrivent comme elles doivent arriver, sans rien prévoir.

En haut des chutes de Yosemite avec le “Half Dome” derrière. Yosemite National Park - USA

En haut des chutes de Yosemite avec le “Half Dome” derrière. Yosemite National Park – USA

Comment se sont passées vos premières semaines en tour du monde ?

Dès notre arrivée à Montréal nous avons participé à une marche contre Monsanto. Histoire de bien commencer notre voyage 🙂 On a commencé à découvrir la ville et puis organiser ce qui pourrait se passer le lendemain. On avait une amie à Québec que nous avons rejointe comme au bout d’une semaine et puis nous avons rencontré un français avec qui nous avons passé quelques jours à découvrir Québec et sa région. Et puis Geoffrey un jour me dit : “Ça te dit de traverser tout le Canada en stop jusqu’à Vancouver ?”. “Euh et si je te rejoignais directement a Vancouver ?”. Et finalement 2 semaines après nous étions sur le bord de la route à la sortie de Montreal avec notre panneau pour Ottawa ! On a traversé tout le Canada en stop, d’est en ouest et en hiver :). Expérience UNIQUE.

10864379204_bfe93d19f1_z

Incroyable journée de stop sur la partie la plus difficile du Canada, la traversé du lac supérieur entre Sault st Marie et Thunder Bay. Rendue formidable grâce à notre premier camionneur.

Quelles sont vos craintes/inquiétudes pour ce tour du monde?

Geoffrey n’a aucune crainte ni inquiétude. De mon côté c’est le manque de ma famille et mes chats qui est le plus dur. Le fait de ne pas avoir de date de retour peut me préoccuper parfois mais Geoffrey me rassure beaucoup et puis je me dis qu’il y a toujours la possibilité de revenir.

Aucune difficulté majeure. En ce moment nous sommes “coincés” à Guadalajara car nous nous sommes fait volés des affaires mais nous avons résolu l’affaire et tout va bien. On va repartir à Sayulita, notre petit paradis pour surfer quelques jours et organiser un peu la suite avant de reprendre la route.

Quelles sont vos objectifs/attentes ?

Concernant les attentes la réponse est simple : pas d’attente. On n’attend rien pour ne jamais être déçus et puis on vit au jour le jour. On saisit les opportunités qui s’offrent à nous en fonction des rencontres etc. Concernant les objectifs je dirais que l’objectif principal est de profiter et de faire au maximum ce qui nous plaît. On écoute nos coeurs et on suit ce qu’ils nous disent de faire. Pour l’instant on se débrouille plutôt bien 🙂

Nous souhaitons vraiment faire de l’humanitaire et nous engager auprès d’associations afin de militer contre la déforestation et la survie des singes. En ce moment nous sommes bénévoles pour une association qui s’occupe des bébés tortues. Nous avons vécu l’autre nuit la ponte des oeufs d’une tortue c’était un moment unique.

Et nous souhaiterions également un jour vivre de nos aventures, à travers les photos de Geo. et mes écrits.

”Los caballeros” - Des hommes au village de Teuchitlán à côté des ruines de Guachimontones

”Los caballeros” – Des hommes au village de Teuchitlán à côté des ruines de Guachimontones

Comment s’est passé votre retour ?

Nous sommes encore sur la route mais une chose est sure : on ne pense pas au retour, si retour il y a.

Les caractéristiques de votre tour du monde

  • L’idée

Geoffrey a vécu 3 ans en Angleterre et à son retour en France il a pris son sac a dos et a fait un tour d’Europe en stop et Couchsurfing. En revenant en France 6 mois après il a voulu découvrir plus de pays. Il voulait rester en France 3 mois avant de repartir. Et il m’a rencontré à son retour.

De mon côté c’est un rêve de petite fille. J’avais pas mal bourlinguer avant et vécu dans mon camion en Espagne et au Portugal pendant plus d’un an. Je rêvais de parcourir le monde mais avec mon compagnon.

Nous nous sommes rencontrés en janvier 2013, au bout de 5 minutes de conversation il me propose de partir avec lui et j’ai dit oui! On a “préparé” le voyage pendant 7 mois et le 7 octobre 2013 nous étions dans un avion pour Montréal.

  • L’itinéraire

Nous souhaitons découvrir le plus possible et l’idée et de faire toutes les Amériques, traverser le Pacifique en bateau pour rejoindre la Nouvelle-Zélande. Ensuite faire donc NZ, Australie, Asie du sud est, Asie centrale, Asie de l’ouest, moyen et proche orient, Afrique. L’itinéraire n’a pas changé, mais tout peut arriver. Pour l’instant ce n’est que le début de cette longue aventure.

Nous avons pris un billet Paris-Montreal ensuite nous avons traversé tout le Canada d’est en ouest pendant 3 mois, puis nous avons traversé les Etats-Unis de l’ouest du nord au sud pendant 3 mois et nous voici au Mexique depuis 5 mois.

  • Les bagages

Un sac à dos 48L pour Geoffrey et un sac à dos de 55L + 20L daypack transformable a roulettes pour moi. Pour l’instant je ne l’ai jamais utilisé en sac à dos, j’utilise que les roulettes car elles s’adaptent sur tous les terrains. Le moins on en a le mieux c’est forcément. Nos deux sacs font 15 kilos chacun.

Sachant que pour le Canada et les Etats-Unis nous avions des affaires d’hiver et nous avons tout envoyé en France avant de partir pour le Mexique. Nous avons acheté quelques affaires de camping et habits d’été aux Etats-Unis et un peu au Mexique. Nous sommes sponsorisés par Luna Sandals qui nous a offert des sandales et par Squalo qui nous a offert des habits et habits de surf. Personnellement j’ai beaucoup trop d’affaires mais pour l’instant ça me va.
Si vous souhaitez le detail : http://www.travelandroll.com/category/carnet-anne-laure/?lang=fr

  • Les moyens de transports

Nous avons pris l’avion pour traverser l’Atlantique puis depuis Montréal nous avons traversé tout le Canada d’est en ouest en stop. A Winnipeg nous avons eu l’opportunité de conduire une voiture jusqu’a Victoria, sur l’île de Vancouver. La livraison de voiture est une industrie importante en Amérique du Nord et HitTheRoad.ca offre le pilotage.

HitTheRoad.ca organise la livraison de voitures d’un point A a un point B. On peut voyager gratuitement ! Dans notre cas c’était une famille de Winnipeg qui partait s’installer a Victoria et qui ne pouvait se permettre de faire envoyer leur véhicule par transporteur. C’était parfait pour nous et l’entreprise paie pour les frais d’essence !

Puis depuis Vancouver nous avons traversé tout l’ouest Etats-Unis en en stop. En Californie nous avons loué un van pendant 10 jours pour faire quelques grands parcs nationaux (Death Valley, Zion, Giant Sequoia, Yosemite, Big Sur).

A San Francisco nous avons acheté un billet d’avion pour aller jusqu’à la ville de Mexico. Depuis 5 mois au Mexique nous faisons tout en stop.

Pourquoi le stop? Écologique, économique, permet de faire des rencontres, magique.

Sur la route la plus pittoresque du Canada entre Jasper et Banff avec la voiture qui nous a fait traverser la moitié du pays gratuitement

Sur la route la plus pittoresque du Canada entre Jasper et Banff avec la voiture qui nous a fait traverser la moitié du pays gratuitement

  • Les logements

Nous ne faisons que du couchsurfing car nous souhaitons être proche des locaux et c’est le meilleur moyen pour découvrir une culture, des endroits insolites, faire des rencontres extraordinaires et en plus c’est rassurant d’être avec des personnes qui peuvent nous aider. Il n’y a pas de mot pour décrire a quel point c’est fantastique.

Nous avons également fait du “j’irai dormir chez vous” deux fois, magique.

Nous souhaitons faire tout la côte ouest du Mexique en stop et dormir en tente.

Rencontre avec des membres du personnel de Couchsurfing à San Francisco

Rencontre avec des membres du personnel de Couchsurfing à San Francisco

  • Le budget

Nous avons mis le maximum d’argent de côté sans se poser de question. Nous n’avons pas de budget par jour ou par mois. Nous ne dépensons rien en transport (à part pour des petits bus parfois dans des villes) et rien en logement. Nous essayons de vivre en dépensant le moins possible (par exemple ici au Mexique nous vivons avec une moyenne de 5 euros par jour pour deux).

  • La santé
  • Pendant un an assurance auprès de la MACIF puis après auprès de la CFE.
  • Pas de médicament (nous sommes contre l’industrie pharmaceutique).
  • Pas de vaccin non plus car nous sommes contres le fait de se faire injecter des substances étrangères dans le corps.
  • Contre les piqûres de moustiques fabrication “maison” car de toute façon ils résistent de plus en plus aux insecticides et ceux-ci sont vraiment très mauvais : huile essentielle de géranium, huile essentielle de citronella, vinaigre blanc, alcool 70 degrés, huile essentielle d’amande douce, huile essentielle de tea tree
  • Petite trousse à pharmacie avec pansements, petite lotion antiseptique, bandages et huiles essentielles

Vos impressions

Qu’est-ce qui vous a plu dans votre tour du monde ou jusque là ? Qu’est-ce qui vous a moins plu ?

Tout nous plait, les rencontres, les gens, les paysages, les émotions, les moments magiques à deux. Enormément d’instants formidables, de sourires, de regards, de hugs, de joie. Beaucoup d’aventures, d’échanges, de rires, de certitudes, de doutes, de découvertes, d’amour. Le fait de constamment expérimenter des choses nouvelles.

Il n’y absolument rien de négatif et nous essayons de trouver du positif dans chaque situation.
Nous ne sommes pas en vacances (même si nous ne travaillons pas) et voyager demande quand même de l’énergie, de la patience.

Rencontre émouvante de jeunes aventuriers à la rue que nous avons pris en stop le long de la côte de Big Sur.

Rencontre émouvante de jeunes aventuriers à la rue que nous avons pris en stop le long de la côte de Big Sur.

Qu’avez-vous préféré ?

Chaque pays est bien différent et il n’y a pas de pays préféré pour l’instant. Que des moments magiques qui nous transportent. Mais le Mexique est un pays qui nous touche particulièrement et qui nous change complètement de nos standards Européens, ET ça fait du bien.

Ce qui nous touche le plus depuis notre départ ce sont les rencontres, les sourires, les échanges, les moments de joie avec les gens qui se trouvent sur notre passage.

Les rencontres et les échanges nous rendent bien vivants et nous nous rendons compte chaque jour de la chance que nous avons.

Camion dans le Death Valley National Park

Camion dans le Death Valley National Park

Pouvez-vous nous raconter 4 anecdotes ?

  • Lorsque nous étions dans la ville de Mexico nous avons rencontré une femme qui nous a invité chez elle dans une ville qui s’appelle Orizaba. Il y a un volcan qui fait 5700 mètres. Geoffrey a voulu le grimper et sans préparation ni matériel vraiment adéquate il est parti un mercredi matin. Lorsque j’ai refermé la porte après lui avoir dit au revoir j’ai eu très peur. Ce pic est le plus haut du Mexique, le 3ème plus haut des Amériques et bien plus haut que le Mont Blanc. Et puis le vendredi à 18h je reçois un appel de sa part me disant qu’il sera à l’arrêt de bus à 19h et qu’il venait de grimper le pico de Orizaba. La force de cet homme, mon mec est incroyable. Sa détermination l’a emmené au sommet. C’est une histoire incroyable et que vous pouvez lire ici.
Geoffrey en haut du Pico de Orizaba (5700m) avec Guillaume son nouveau camarade d’aventure Québécois

Geoffrey en haut du Pico de Orizaba (5700m) avec Guillaume son nouveau camarade d’aventure Québécois

  • Toujours à Orizaba lors de notre arrivée le premier soir notre amie nous a emmené avec des gens de son église a une distribution de nourriture devant un hôpital qui dispense des soins gratuits le vendredi. Les personnes qui étaient là font parfois 2, 3 jours de marche pour avoir un sandwich et c’est leur seule nourriture de la semaine. Ce moment nous a changé. Ils étaient tellement émouvants et tellement contents que nous leurs donnions un sandwich. Ils sont heureux avec rien et nous nous avons tout et ne savons pas apprécier les choses. J’ai voulu pleurer mais une des bénévoles m’a dit “si quelqu’un doit pleurer ici ce sont eux, pas toi”. Après que j’ai donné un sandwich à un homme il m’a pris la main et m’a dit merci d’une telle manière que j’en étais bouleversée. Je ne sais pas il y avait quelque chose dans son regard qui restera a jamais gravé dans ma mémoire.
  • Nous faisions du stop à Ottawa et devions retourner à Montréal (200 km) car nous avions oublié quelque chose et souhaitions faire l’aller/retour dans la journée avant de prendre la route le lendemain pour North Bay (à 400 km dans la direction inverse). Une dame s’arrête et nous dit qu’elle ne va pas à Montréal mais elle adore conduire et peut nous déposer au village d’après. Soit nous voila partis. Elle a finalement fait 150 km et lorsque nous lui disions au revoir elle nous dit “je vous emmène demain a North Bay”, nous : “non mais c’est beaucoup trop loin”, “si si, à demain”. A 12h le lendemain la voilà à la porte de chez notre hôte. Sur le trajet on a beaucoup échangé, ri, écouté de la musique, chanté. Elles s’est même arrêté pour nous faire visiter une église à ciel ouvert. A 17h en arrivant à North Bay chez notre hôte on lui propose de rester avec nous pour la nuit. Non, elle est repartie comme ça sans rien demander d’autre. Une sacré femme cette Deborah.
Notre ange gardien qui nous a emmené “Deborah”

Notre ange gardien qui nous a emmené “Deborah”

  • A Sayulita il y a un camp avec des bénévoles qui s’occupent de recueillir les œufs des tortues pour les mettre à l’abri des prédateurs (hommes, oiseaux et autres animaux). Nous avons été volontaires un soir et à 1h du matin nous avons assisté à la ponte des œufs d’une tortue. Il y en avait 87, c’était à la fois émouvant, touchant, saisissant et beau. Moment incroyable, magique, inattendu et tellement attachant. Un mois et demi après les premiers œufs ont commencé à éclore et nous sommes allés mettre les bébés tortues à la mer. Lorsque nous les avons vus et que nous les avons pris dans nos mains nous avions envie de pleurer tellement c’était poignant ! Il était 20h et nous bénéficions d’un cadre idyllique avec le coucher du soleil. Il y avait 26 bébés tous aussi beaux et attachants les uns que les autres. On les a vus partir à la mer et on se demandait bien ce qui allait se passer sous l’océan et quel destin allaient avoir ces tortues. La nature est incroyable et il faut vraiment apprendre à la respecter et vivre en harmonie avec elle.

 

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Oui très facilement car en faisant du stop et du couchsurfing nous sommes en permanence avec les gens du pays. Ils nous font découvrir leur culture, leur milieu, leur famille. Nous vivons des moments, des instants magiques et que n’aurions pas pu vivre en étant tous les deux dans un hotel par exemple. Ça nous rend vivants !

Rencontre avec des indigènes à Saguenay au Québec

Rencontre avec des indigènes à Saguenay au Québec

Avez-vous rencontré beaucoup de français ?

Un peu au Quebec et à Vancouver et 2 personnes au Mexique. Nous avons rencontré une française avec qui nous avons fait du woofing dans l’Oregon aussi sinon non. Et nous ne recherchons pas spécialement à rencontrer des français. Nous sommes vraiment en immersion avec les locaux.

Nous avons emmené des amis français pour une expérience de Couchsurfing chez un couple Québécois à Rimouski

Nous avons emmené des amis français pour une expérience de Couchsurfing chez un couple Québécois à Rimouski

Vous êtes vous facilement adapté aux différents pays et aux différentes cultures ?

Canada et Etats-Unis bien entendu quoique ce mode de vie ne nous convienne pas du tout. Nous sommes plus dans notre élément au Mexique. Enfin dans un village comme Sayulita ou nous pouvons marcher pieds nus, être en lien avec la nature. Il n’y a pas de grande surface, pas d’immeuble, pas de panneau publicitaire et ça nous plait. La mer, la montagne à côté et le côté petit village sauvage.

Interviewé par des adolescentes sur le site préhispanique de Teotihuacan

Interviewé par des adolescentes sur le site préhispanique de Teotihuacan

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ? Votre entourage vous manque-t-il ?

Très régulier pour moi et je garde contact avec la famille de Geo. Lui il est beaucoup plus détaché et a de leurs nouvelles par mon intermédiaire. Je parle à ma famille 3 fois par semaine sur Skype et avec sa maman aussi. Ma famille et mes chats me manquent mais Geo c’est ma famille aussi et je ne pourrai pas l’empêcher de voyager. Et si un jour nous nous posons quelque part je récupérerai nos chats.

Et pour finir

Avez vous évolué ou grandit grâce à votre tour du monde ?

Nous grandissons, mûrissons, nous remettons en question. Nous réalisons beaucoup de choses sur nous-même et en apprenons tous les jours. Nous poussons nos limites et arrivons dépasser nos peurs. Nous nous faisons confiance et apprenons à nous aimer. Nous respectons les autres et écoutons nos cœurs.

Notre vision de la vie et des choses a vraiment beaucoup évolué. Voyager c’est s’ouvrir, respecter et se respecter. Nous sortons de notre zone de confort et nous rendons compte que lorsque nous nous plaignons nous n’avons pas de quoi. Nous sommes heureux malgré des événements tragiques qui peuvent arriver. Nous relativisions et prenons les choses du bon côté.

Etre avec son compagnon 24h/24 et 7j/7 ce n’est pas toujours rêvé comme on peut l’imaginer. Ça demande encore plus de confiance, de communication, de respect, de concessions. Mais on y arrive et on est encore plus fort aujourd’hui. Il faut être indépendant tout en étant toujours l’un avec l’autre. Continuer à s’écouter tout en étant toujours à deux.

Bien entendu un jour on voudra trouver un endroit où nous nous sentirons chez nous et où nous souhaiterons nous poser. Pour l’instant on veut continuer et en profiter. Nous avons les mêmes rêves et envies c’est rassurant.

Avez-vous des conseils pour les futurs-tour-du-mondistes ?

Dépassez vous, rien n’est impossible et écoutez votre coeur!

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Nous ne savons pas pour l’instant. Il nous faut un pays où il y a l’océan et des montagnes car nous aimons le surf et le snowboard en particulier. On pense à la Nouvelle-Zélande mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises et nous ne savons pas ce qui nous attend demain!

Retrouvez Anne-Laure et Geoffrey sur leur blog

Le blog de Anne-Laure et Geoffrey : http://www.travelandroll.com/?lang=fr

traveil-and-roll

Remerciements

Merci à Anne-Laure et Geoffrey d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous leur tour du monde !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Anne-Laure et Geoffrey sur cette interview ou sur leur tour du monde, n’hésitez pas à leur laisser des commentaires sous cet article. Ils se feront un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.