L’interview de Caroline, au Sri Lanka

IMG_5389

Caroline, 28 ans, nous raconte son expérience de vie au Sri Lanka.

 

 

 

 

 

sri-lankaOù est-ce ?

Il s’agit du Stupa géant blanc au Sri Lanka.

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Caroline
Age : 28 ans
Situation personnelle : Célibataire sans enfant
Situation professionnelle : Marketing
Pays et ville d’origine : Ile-de-France (France)
Pays et ville d’accueil : le Sri Lanka et l’Asie du sud-est (Thaïlande, Cambodge, Malaisie, Singapour et l’Indonésie)
Type et durée du visa : 6 mois en tour d’Asie dont 2 mois et demi au Sri Lanka et le reste en vadrouille à travers l’Asie du Sud-Est.
Date de début d’expatriation : Avril à Octobre 2013
Partenaires d’expatriation : en solo et rejointe par des amis de France sur la route
Motif de l’expatriation : vivre au Sri Lanka afin de comprendre le pays de l’intérieur et découvrir l’Asie dans un second temps
Blog http://www.tongsetsrilanka.com/

Présentez-vous ?

IMG_0692Je m’appelle Caroline, j’ai 28 ans et je vis en région parisienne. Je suis une passionnée de voyages et par le Sri Lanka en particulier. Je travaille dans le marketing et je voyage dès que je le peux, notamment lors de mon congé sabbatique de 6 mois et ½ l’année dernière (Sri Lanka – Thaïlande – Cambodge – Malaisie – Singapour – Indonésie).

J’adore donc vadrouiller à travers le monde, rencontrer des gens et sortir avec mes amis, mais aussi faire de la pâtisserie ou écrire.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Mon blog s’appelle des Tongs au Sri Lanka : http://www.tongsetsrilanka.com/
Je l’ai commencé en avril 2012 car je ne trouvais pas d’informations en français sur le Sri Lanka. Je me suis donc dit que ça serait utile de partager mes connaissances sur ce pays que j’adore depuis 2008, et l’occasion de partager avec des voyageurs de Ceylan.

Un autre petit blog est en préparation également, Au Bout des Tongs (www.auboutdestongs.com) mais j’en dirai + prochainement 🙂

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Avant de partir en tour d’Asie, je vivais seule en région parisienne, dans mon appartement et je travaillais en tant que cadre dans le marketing : un boulot sympa bien que ça ne soit pas mon objectif de carrière à terme. Je voyais beaucoup mes amis et ma famille, je voyageais aussi dès que je le pouvais et je cuisinais une nouvelle pâtisserie tous les week-ends.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Avant de prendre la décision de partir, je m’ennuyais depuis quelques temps : la routine s’était installée dans mon travail, je me sentais stagner dans ma vie pro et perso. Je me sentais aussi oppressée par la consommation omniprésente et j’étais fatiguée. Je n’étais pas malheureuse ni à plaindre, mais j’avais besoin de changement, d’un bon bol d’air frais, de tenter une aventure, une expérience. Et j’avais envie de faire un séjour prolongé au Sri Lanka afin de bien comprendre la culture de ce pays car vivre dans un pays et voyager, ce n’est pas la même chose.

En résumé, je sentais au fond de moi que je devais bouger. Puis à 26 ans (à l’époque), pas d’enfants, pas de crédits, pas d’attaches amoureuses, je me suis dit : « il faut que je parte, c’est le bon moment ».

Quand j’ai réalisé que je pouvais poser un congé sabbatique car je remplissais les conditions, j’ai fait mon budget pour déterminer la durée de mon voyage et j’ai sauté sur l’occasion. Mes chefs ont été très compréhensifs, et me voici partie 6 mois à l’étranger, l’esprit serein puisque je ne perdais pas mon job !

P1020768

Votre vie à l’étranger

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Les premières semaines sur place n’ont pas été si faciles. Il a fallu un peu de temps pour m’adapter à la température qui était autour de 45 degrés à ce moment-là au Sri Lanka. Il m’a fallu également quelques jours pour réaliser que j’avais tout (provisoirement) quitté et l’accepter. Car on a beau avoir préparé son voyage longtemps à l’avance, pour ma part je n’ai vraiment réalisé les choses qu’une fois à l’autre bout du monde.

Et puis finalement comme l’Homme n’aime pas le changement mais sait s’adapter très vite à son environnement ; j’ai rapidement pris de nouvelles habitudes, découvert plein d’endroits magiques et j’ai vite oublié la nostalgie de ma vie précédente (et aujourd’hui, 8 mois après mon retour, je ne rêve que d’une chose : repartir !)

Ensuite, l’adaptation lors de chaque changement de pays était assez facile car les pays d’Asie du sud-est ont un socle culturel commun. C’est un peu comme aller en Espagne depuis la France 🙂

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est-ce qui est mieux, qu’est-ce qui est moins bien ?

Alors en Asie, le service est indéniable mieux qu’en France ! Plus rapide, 24h/24, rien n’est impossible et le tout avec un bon prix et le sourire !

Les fruits frais, la cuisine épicée !

Et forcément un coût de la vie inférieur à celui de l’Europe donc en tant que voyageur, même avec un petit budget on est heureux car on mange à sa faim et on peut profiter des visites / activités sur place.

Pour ce qui est moins bien, je dirai la place de la femme au Sri Lanka : celle-ci est quasiment inexistante, elle reste à la maison pour faire la cuisine, le ménage et des enfants. Les hommes n’apportent que très peu de crédits aux femmes, et les femmes blanches sont vues comme des actrices porno, ce qui est très dérangeant.

Egalement en Asie, les gouvernements corrompus et certains pays qui sont de « fausses démocraties » à mes yeux.

P1040960

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

Le riz ! En Asie, on mange du riz partout partout partout ! Et le sourire 🙂 (bien qu’il veuille tout et rien dire).

  • La mentalité des locaux

En Asie, on ne s’énerve jamais car sortir de ses gonds signifie perdre la face (= déshonneur).

  • Le climat

Très chaud (et ça, j’adore !), parfois humide selon les pays et les saisons.

  • La nourriture

Alors j’ai adoré le poulet au Satay (sauce cacahuète) de Bali, les mangues du Sri Lanka, le poivre de Kampot au Cambodge, les nouilles de Dash à Chiang Mai et son cheese cake au coulis de mangue ! En Malaisie, rien ne m’a frappé au niveau nourriture, j’ai trouvé que le pays était simplement un carrefour entre l’Inde / l’Indonésie / La Thaïlande au niveau de plats, je n’ai pas vu de spécialités typiquement locales.

Des produits m’ont énormément manqué pendant 6 mois, surtout grande gourmande que je suis ! Le parmesan, le vin rouge, le saucisson, les religieuses au chocolat, le chocolat au lait fait avec du cacao et non des pâtes à sucre comme en Asie… J’énumère des classiques mais j’aurais parfois été capable de faire un aller-retour pour ça en France si j’en avais eu les moyens financiers 😉 La cuisine libanaise que j’adore aussi m’a beaucoup manqué, une vraie torture parfois quand on se met à saliver par la pensée !

  • La censure

Dans la plupart des pays d’Asie c’est le cas. Je vais parler du Sri Lanka car c’est le pays que je connais le mieux. Les journaux ne sont absolument pas libres, beaucoup de journalistes sont tués ou emprisonnés chaque année et le Président a la main mise sur tout. Les gens n’osent pas parler politique si leurs avis divergent de la dictature démocratie en place.

Avez-vous des habitudes ?

Oui ! Je dors avec un sarong sri lankais chez moi (un long tissu en tube que l’on porte autour de la taille et qui fait couverture la nuit), j’adore me cuisiner du Lok Lak au bœuf appris au Cambodge et quand j’ai un rhume ou une migraine, je me mets des baumes ayurvédiques sri lankais qui me font un bien fou. Je bois également beaucoup + de thé (sri lankais ou malais).

Décrivez votre cadre de vie

Pour répondre à cette question, je vais plutôt parler de mon sac à dos ! Il a été ma maison pendant 6 mois et a bien survécu au voyage, quelques tâches mais pas d’accro 😉

Racontez-nous une anecdote

J’en aurais 1000 à raconter ! Entre l’accident de scooter à Bali, notre sauveur avec en costume-cravate-iphone (avec internet !) sorti de nulle part au milieu de la campagne au Cambodge quand on était perdus en scooter (et avec un pneu crevé sinon ce n’est pas drôle 😉 ), des rencontres improbables dans les bus ou dans les monuments (une copine de collège croisée dans une pagode à Phnom Penh !), simuler une crise d’hystérie pour se sortir d’une arnaque en Malaisie, etc… 🙂

P1020866

Votre adaptation

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Oui totalement, en Asie les gens sont globalement curieux et ouverts à la discussion. Parfois on parle avec des gestes quand l’anglais de la personne en face est sommaire, c’est rigolo.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

J’ai eu la chance d’être beaucoup rejointe par des amis de France (dans chaque pays ! Cela permettait d’alterner période en solo – période en groupe) et sur place, on rencontre aussi facilement des backpackers 🙂

Connaissez-vous la langue du pays ?

Je comprends un tout petit peu le cinghalais (langue parlée au Sri Lanka), je sais dire quelques phrases de base mais cela s’arrête là (une langue trop compliquée !). Ensuite dans chacun des pays visités, j’apprenais au moins ce que j’appelle le « minimum vital » pour communiquer (bonjour, comment ça va, je m’appelle Caroline, merci, etc…). Des petits mots qui permettent de faire de belles rencontres, ou sinon qui procurent du rire aux locaux avec mon accent pourri !

P1020493

Conclusion

Avez-vous grandit ou évolué depuis votre départ ?

Je me suis simplifiée la vie et l’esprit ! Je vais beaucoup plus à l’essentiel quand je m’exprime et quand j’ai envie de faire quelque chose. Je ne m’attarde plus sur des fioritures, sur des détails, je regarde beaucoup plus le sens des choses.

Je consomme beaucoup moins (et je trie énormément mon appartement, je suis oppressée par le « trop »), mes achats contiennent presque tous la mention « indispensable » désormais. J’ai banni le côté compulsif qui me faisait accumuler des choses !
Et j’aime encore plus mes proches, ma famille, mes amis, grâce à la distance je sais aussi sur qui je peux compter autour de moi.

Comment vous voyez-vous dans le futur ?

En train de faire le tour du monde 🙂 Et j’ai bien compris qu’il faudrait que je me trouve un petit copain voyageur !

Dans quel coin du monde rêvez-vous de vivre ?

En fait, j’aimerais vivre un peu partout, changer régulièrement car c’est ce côté nomade, découverte, imprévu qui me plaît le + dans le voyage.

IMG_0656

Retrouvez Caroline sur son blog

Le blog de Caroline : http://www.tongsetsrilanka.com/

destongsausrilanka

Remerciements

Merci à Caroline d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie au Sri Lanka !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Caroline sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.