L’interview de Charlotte et Denis, en tour du monde

Charlotte-Denis

Charlotte et Denis se sont mariés la veille de leur départ en tour du monde ! Ils nous racontent leur histoire et leurs impressions !

 

 

 

 

 

Découvrez leur interview

Carte d’identité

Prénom : Charlotte et Denis
Age : 35 et 33 ans
Profession : Directrice artistique web freelance et chef de projet informatique
Situation personnelle : mariés
Pays et ville d’origine : France, Valence et Limoges
Partenaires du tour du monde : nous et seulement nous
Date de départ : 15 août 2014
Durée du tour du monde : 8 mois
Congés : Démissions avec la possibilité de revenir si besoin. Nous travaillons sur un projet personnel pendant notre voyage.
Blog : http://www.ailleurs-blog.com/

 

Présentez-vous

Qui êtes-vous ?

Nous sommes Charlotte et Denis, fraîchement mariés (la veille de notre départ !). Nous avons quitté la France en 2008 pour nous installer à Sydney, en Australie. Nous y travaillons en tant que directrice artistique et chef de projet. Nous sommes passionnés de permaculture et de cinéma. Nous aimons passer le plus de temps possible en extérieur.

Pourquoi avoir décidé de faire un tour du monde ?

Nous étions vraiment heureux en Australie mais une petite voix ne cessait de nous répéter que les voyages en avion de plus 24 heures ne nous permettraient pas sur le long terme de maintenir des liens forts avec nos familles. Alors nous tentons l’aventure du retour en France, en faisant tout d’abord une petite boucle par Hawaï, l’Amérique Centrale et l’Asie du Sud Est.

Où et comment viviez-vous avant votre tour du monde ?

Nous vivions dans un quartier au nord de Sydney, au bord de la baie. Denis prenait son café devant l’océan, sur la plage de Manly tous les jours. Nous avions des perroquets et des possums sur le balcon. La belle vie.

Quel est l’adresse de votre blog ?

Notre blog est ailleurs-blog.com. Nous avions envie de partager nos différentes expériences : les paysages, mais aussi les personnes que nous croisons, et les alternatives à la société de consommation que nous rencontrons, comme le zéro déchet, la permaculture… C’est aussi une manière pour nous de garder une trace de notre périple.

Votre tour du monde

Comment s’est passé votre départ ?

Nous avions un petit mariage à organiser et un déménagement international à gérer en plus du départ… ça n’était pas de tout repos ! Nous avons donc passé les derniers jours à courir à droite et à gauche afin de tout finaliser. Les déménageurs commençaient à emporter nos meubles que nous étions encore en train de trier nos papiers dans un coin de l’appart !

Mais si on laisse de côté l’aspect pratique, nous avons éprouvé beaucoup d’excitation et un sentiment d’immense liberté. Nous étions également tristes de quitter l’Australie et nos amis : nous aimions tellement ce pays que nous étions prêts à nous y installer pour de bon. Nous nous y sommes tellement épanouis ! Mais nous ne regrettons rien aujourd’hui.

Comment se sont passées vos premières semaines en tour du monde ?

Nous avons choisi de commencer le voyage avec un mois de travail dans une ferme de permaculture, perdue au beau milieu de la jungle Hawaïenne. Pas de repos donc, mais beaucoup d’émotions : nous avons alors découvert un mode de vie alternatif en communauté et des personnes aux parcours incroyables. Nous étions très excités.

Quelles sont vos craintes/inquiétudes pour ce tour du monde?

Notre crainte principale était l’argent. Allions-nous pouvoir tenir le budget que l’on s’était fixé ? Au quotidien, nous craignons régulièrement de manquer de temps pour bien nous imprégner de chaque lieu. Si seulement nous pouvions rester à chaque étape pour un temps indéterminé !

Quels sont vos objectifs/attentes ?

Pas d’objectifs à atteindre, si ce n’est de nous ouvrir l’esprit et de rencontrer des personnalités diverses et inspirantes. Nous les avons déjà atteints.

Dolores Hidalgo - Mexico

le style des rues à Dolores Hidalgo, Mexique

Les caractéristiques de votre tour du monde

  • L’idée

L’idée de rentrer en France directement après l’Australie nous était un peu douloureuse. Partir en tour du monde est venu à nous naturellement, environ 6 mois avant notre départ.

Pour le voyage, nous nous sommes promis de voyager lentement, voir moins de sites touristiques et nous adapter au rythme de la vie locale, tout en faisant des rencontres et dégager enfin du temps pour travailler sur un projet personnel qui nous tient à coeur. En somme, nous voulions ressentir plus et voir un peu moins.

  • L’itinéraire

Nous sommes attirés depuis toujours par les climats tropicaux. Nous avons donc décidé de passer par Hawaï et l’Amérique centrale, puis de faire un crochet en Asie du Sud Est avant de rentrer. Nous avions acheté nos billets d’avion à l’avance donc ne pouvons pas changer de parcours, grosse erreur !

  • Les bagages

Nous avons choisi d’emmener avec nous deux valises et deux sacs à dos. Puisque nous travaillons sur un projet personnel pendant le voyage, nous avons nos deux ordinateurs portables, ce qui est un peu fastidieux, mais absolument nécessaire. Nous avons également emporté un “kit de survie”, comme par exemple un bon couteau de cuisine, deux contenants pour les pique-niques sans déchet, et des petits sacs en tissu pour acheter sans sac plastique. Nous avons aussi un objet indispensable : un petit outil en métal qui permet d’ouvrir les noix de coco.

  • Les moyens de transports

Nous évitons au maximum l’avion même si nous n’avons pas vraiment le choix lorsque nous changeons de continent. Pour le reste, nous privilégions le bus et le train. Nous pensons que voyager lentement permet de s’imprégner plus des paysages. Et puis c’est moins cher ! Nous ne bougeons pas très souvent : même si la tentation est grande de tout voir dans une région, nous pensons qu’il est plus intéressant de découvrir un lieu en profondeur et apprendre à connaître ses habitants et sa culture.

  • Les logements

Nous travaillons plusieurs heures par jour, donc nous avons besoin d’une bonne connexion Internet et d’une cuisine pour éviter les frais en extérieur. Nous choisissons ainsi généralement des petits appartements, via Internet. Nous sommes aussi inscrits sur des sites de house sitting.

 

P1310948

paysage de la région du Guanajuato, Mexique

 

Vos impressions

Qu’est-ce qui vous a plu dans votre tour du monde ou jusque là ? Qu’est-ce qui vous a moins plu ?

Jusqu’à présent, notre séjour dans une communauté de permaculture à Hawaï reste l’étape que nous avons préférée car nous avons appris énormément, humainement et techniquement parlant. Mais tous les endroits que nous visitons en valent la peine.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

La première chose que nous faisons lorsque nous arrivons dans un nouveau lieu est de nous connecter à des réseaux, via Internet ou dans la réalité. Par exemple nous cherchons s’il y a des événements de Couch Surfing ou des meet-ups qui correspondent à nos centres d’intérêts (environnement, véganisme, cinema.)… Nous cherchons aussi dans les bibliothèques ou les universités s’il y a des personnes intéressées par des conversations linguistiques, s’il y a des réunions etc. En règle générale, nous n’avons pas trop de mal à rencontrer des locaux, probablement parce que nous sommes intéressés par des sujets un peu particuliers qui attirent un nombre limité de personnes mais qui forment des réseaux très soudés.

Avez-vous rencontré beaucoup de français ?

Pas beaucoup jusqu’à présent bizarrement, à part une poignée de français installés au Mexique depuis de nombreuses années.

Vous êtes vous facilement adapté aux différents pays et aux différentes cultures ?

La chose la plus difficile pour nous est de trouver de la nourriture végétalienne. Nous sommes véganes et il n’est pas toujours facile de se faire plaisir en mangeant en extérieur, sans viande ou fromage, donc nous cuisinons beaucoup avec des fruits et des légumes frais et locaux du marché. Nous adaptons nos recettes à la cuisine du pays. Mais si cela semble mission impossible pour une personne omnivore qui n’a pas l’habitude de regarder ce qu’il y a dans son plat, selon nous, c’est tout à fait faisable. Au resto, il faut juste bien demander avant de choisir quoique ce soit, avec un grand sourire, et les gens nous accommodent généralement. Il y a aussi de plus en plus de véganes dans le monde et les options se multiplient, même au Mexique !

À part cela, aucun problème d’adaptation, nous adorons voir notre quotidien bousculé par des rites différents. Il faut tout de même quelques jours pour comprendre comment fonctionne réellement un lieu.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ? Votre entourage vous manque-t-il ?

Je fais beaucoup de Skype avec une amie qui vit toujours en Australie et avec qui je travaille sur notre projet personnel. Nous voyons aussi nos amis et notre famille assez régulièrement. Celle-ci nous manque un peu oui, mais nous savons que d’ici quelques mois, nous nous retrouverons tous enfin en France.

P1300861

La côte Na Pali sur l’île de Kauaï, Hawaï

 

Et pour finir

Avez vous évolué ou grandi grâce à votre tour du monde ?

Je pense que notre expatriation en Australie nous a déjà permis de beaucoup grandir. Le tour du monde est dans le prolongement de cette expérience et nous permet d’aimer toujours un peu plus le genre humain. Je trouve que c’est cela que l’on gagne le plus : une place toujours un peu plus grande dans nos coeurs pour des personnes et des lieux.
Après notre voyage, nous avons très envie de nous poser enfin quelque part et de nous faire un “nid” douillet, avec un grand jardin pour nous nourrir et y vivre simplement. Mais la passion du voyage est en nous et je pense qu’elle reviendra un jour frapper à notre porte. Alors dans le futur, nous referons peut être un tour du monde, avec des enfants. Prendre l’avion nous pose un problème au niveau éthique, il est donc possible que la prochaine fois nous prenions le train, ou des vélos, qui sait ?

Avez-vous des conseils pour les futurs-tour-du-mondistes ?

Même si vous faites des économies, n’achetez pas vos billets à l’avance. Choisissez une destination et laissez vous bercer. Prenez les devants et cherchez activement à rencontrer le plus de monde possible.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Il y a beaucoup d’endroits où nous rêverions de vivre, principalement dans les régions tropicales. Mais aujourd’hui, c’est en France que nous souhaitons nous poser, pour sa culture, la beauté de ses paysages et la famille.

Retrouvez Charlotte et Denis sur leur blog

Le blog de Charlotte et Denis : http://www.ailleurs-blog.com/

ailleurs

Remerciements

Merci à Charlotte et Denis d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous leur tour du monde !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Charlotte et Denis sur cette interview ou sur leur tour du monde, n’hésitez pas à leur laisser des commentaires sous cet article. Ils se feront un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.