L’interview de Romain, en Thaïlande

Central World Bangkok

Romain, trentenaire, originaire du Doubs et ayant vécu dans le Sud-Ouest et dans la région parisienne, s’est installé avec sa femme à Bangkok, en Thaïlande.

 

 

 

 

thailandeOù est-ce ?

Il s’agit bien d’une photo de Bangkok, en Thaïlande, en Asie du Sud-Est !

Bangkok est la capitale de la Thaïlande. Cette photo représente le Central World Plaza, ancien World Trade Center (endommagé lors des Manifestations politiques thaïlandaises de 2010).

Découvrez son interview

Présentez-vous

Présentez-vous

Je m’appelle Romain, j’ai 30 ans et je suis marié depuis 5 ans, pas encore d’enfants. Je suis né à Besançon mais j’ai passé plus de temps dans le Sud-Ouest, à Cahors. Je suis employé dans une société de production Thaïlandaise (films, pubs etc…)

Mes passions étant la photographie et le cinéma, je passe pas mal de temps ou à aller au cinéma ou à bouger, voyager et me faire des sessions photos durant mon temps libre.

Vous et les blogs/sites

Vous pouvez me retrouvez sur le blog https://www.thailande-et-asie.com/

A l’origine le blog était surtout (comme c’est souvent le cas) pour permettre à ma famille et amis de savoir ce que je faisais, donner des nouvelles. Très vite on se prend au jeu, des curieux, des lecteurs s’ajoutent et viennent visiter le blog, celui-ci devient alors plus informel que personnel. Aujourd’hui le blog est une manière pour moi de partager à la fois ma passion pour la photo et le voyage, le tout en espérant aider, inspirer d’autres futurs voyageurs. C’est aussi quelque part une trace de ma vie, comme un mémoire, pas que de moi mais de notre monde tel qu’il est en ce moment et au fur et à mesure que je le vis. La photo étant pour moi entre autre une forme de témoignage, historique, géographique, une empreinte d’un instant T au moment X. 

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis à Bangkok même, la capitale de la Thaïlande. Je suis venu un peu les mains dans les poches sans trop savoir à quoi m’attendre, en espérant trouver du boulot. C’est la première fois que je vis à l’étranger et pour être franc je n’étais pas du tout dans l’idée de faire ça un jour quand j’étais plus jeune.

Où viviez vous en France ?

Après mes études secondaires à Bayonne j’ai habité à Malakoff et travaillais dans la région Parisienne, en mode célibataire et petit appart. Ma famille étant restée dans le Sud-Ouest cela restait mon pied à terre de temps à autre.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Concrètement c’est après avoir rencontré ma femme, une Thaïlandaise. J’ai dans un premier temps fait des allers retours pendant 2 ans avant de me décider à me poser quelque part et j’ai choisi la Thaïlande. Je pense que je me sentais pas d’avoir une petite vie bien rangée, toute tracée si j’étais resté en France, de plus j’avais toujours eu une attirance pour l’Asie (même si c’est plus le Japon qui me faisait rêver) et des envies de voyages.

Skytrain à Bangkok

Skytrain à Bangkok

Votre vie à l’étranger

Qu’est ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ?

La part d’inconnue, l’impression que tout est possible ici. Les gens sont globalement accueillant, j’aime ce mode de vie à la cool, comme ils disent ici « Mai Pen Rai » ce n’est pas grave.

Qu’est-ce qui vous plait moins ?

En moins bien, le fait même d’être « l’étranger » une position pas toujours confortable, la barrière de la langue aussi parfois.

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Le coût de la vie moins cher, la facilité de trouver un peu de tout à toute heure, ça grouille de vie, c’est un environnement plus positif qui a tendance à pousser à l’optimisme et la créativité. Les moins ? La chaleur humide quasi constante et encore une fois, le fait de ne pas être dans son pays, il faut se soumettre aux lois locales et avec l’immigration et l’administration en générale c’est parfois pesant…

Vue de Bangkok

Vue de Bangkok

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’accueil ?

  • Le climat

Climat tropical par excellence on distingue 2 saisons, 1 sèche et 1 humide, la mousson. Je découpe pour ma part la saison sèche en 2 sous saisons, la période que je qualifierai « d’hiver » où les températures sont plus clémentes et l’air moins humide, c’est de Décembre à Mars, il peut faire frais le soir et surtout dans les montagnes. Ensuite c’est la saison chaude de Mars à Juin en gros, là c’est une chaleur assez lourde montant jusqu’à 40°C.

La saison des pluies qui s’étale donc en gros de Juillet à Novembre compte 2 gros mois de pluies qui sont Septembre et Octobre, pour le reste globalement c’est surtout des orages de moussons, parfois violent qui durent généralement pas plus d’une heure et se produisent surtout en soirée.

  • Le logement

Les logements et moi… nous avons habités à 2 reprises dans 2 appartements appartenant à la famille, le premier étant éloigné du centre et petit on n’y reviendra pas, l’autre étant dans un mauvais environnement (voisinage exécrable) on a donc cherché des apparts de notre côté. Ce n’est franchement pas difficile, il y a pas mal d’offres via des sites web, seul les prix restreignent les choix car Bangkok reste une capitale donc les prix peuvent être franchement élevés.

Pas de dossier, généralement les proprios disent juste oui au premier qui confirme son choix. Premier arrivé premier servi…

  • La nourriture

La nourriture Thaï est très réputé mondialement et elle est excellente, moi qui peut manger très épicé c’est un régal ! J’adore surtout les plats à base de curry, avec du lait de coco notamment. C’est plus le style de cuisine du Sud ou du Nord qui me plaît mais j’aime moins la cuisine type de l’Issan. Je ne suis pas fan des trucs genre poisson séché (qui sent très fort) et autres trucs pas très catholiques…

Ce qui me manque le plus c’est une boulangerie digne de ce nom, proche de chez moi, parce que du bon pain on peut en trouver mais c’est un peu aléatoire et pas près chez moi. Après certains plats aussi simple que des pommes noisettes avec un bon steak haché ou plus complexe comme du bœuf bourguignon ou même un bon cassoulet, certains mets bien de chez nous sont trouvables ici certes mais le prix est bien plus cher.

  • La scolarisation

Nous n’avons pas encore d’enfant mais je me plais à l’idée de me dire qu’ils seront probablement trilingue même, Français, Thaï évidemment mais aussi Anglais je pense. L’école est obligatoire entre 6 et 15 ans en Thaïlande mais le système n’est pas excellent. Ma femme préférerait utiliser des écoles privés voire même faire leur éducation à l’étranger.

  • Les vacances

Officiellement il n’y a que 2 semaines de vacances par an (parfois qu’une seule pour certaines entreprises), une petite compensation viens aussi des nombreux jours fériés qui, lorsqu’ils tombent un weekend, sont reportés le premier jour de la semaine histoire qu’on puisse quand même en profiter. Mais ce n’est pas assez à mes yeux… c’est là qu’on se rend compte du privilège que l’on a avec nos 5 semaines de congés en France !

  • La santé

Il n’y a pas vraiment de cabinet de médecins comme en France, dès que vous avez quelque chose aussi banale qu’une grippe c’est direct l’hôpital mais les services hospitaliers sont excellents, vous avez l’auscultation puis vous allez prendre vos médicaments au comptoir dédié et juste à côté vous payez la note.

Pour les médicaments du quotidien on peut trouver tout ce qui est aspirine etc dans n’importe quelle supérette ou les pharmacies classiques.

A noter qu’il y a une grande disparité entre les hôpitaux publics et les privés.

  • La conduite

Si vous ne restez pas longtemps (jusqu’à 3 ans) un permis international peut suffire. Pour ma part j’ai passé le permis local et c’était un peu de la rigolade, pas vraiment surprenant au regard de leur style de conduite… C’est un peu l’hécatombe sur les routes mais j’apprécie de pouvoir être indépendant, cela fait 4 ans que je conduis et je n’ai heureusement eux que quelques accrochages mineurs. Le système des assurances est bien puisqu’en cas d’accident le responsable (qu’il faut déterminer sur le moment, c’est là où ça peut cafouiller parfois) appelle son assureur qui viens sur place constater les dégâts et faire le rapport. Les motos sont ceux qui morflent le plus, après les taxis et les bus sont souvent impliqués…

La conduite se fait à gauche.

  • La censure

Oui, si les journaux bénéficient d’un minimum de liberté c’est surtout tout ce qui est alcool et cigarettes qui est flouté systématiquement à la télé, le sexe y est aussi tabou, les Thaï sont assez prudes… Il y a aussi la famille royale qui est évidemment intouchable.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités et habitudes culturelles de votre pays d’accueil ?

La notion de ne pas « perdre la face » qui les fait parfois agir de manière non rationnelle pour nous occidentaux. Par exemple, un thaï va vous dire une info alors qu’en fait il n’en sait rien car il faut pas que ça se sache qu’il est « ignorant »…

Avez-vous des «habitudes» ?

Je pense faire à peu près tout « à la locale », j’ai aucun soucis à me prendre des brochettes ou une soupe de nouille de bon matin, je mange n’importe quand. En revanche je ne fais pas de sieste comme ils ont tendance à faire. Par contre j’aime, quand je le peux, saucer mes plats avec du pain, pas plus français…

Est-il facile de partir en weekend ?

Très facile, surtout dans notre cas où l’on a la voiture, on peut partir où l’on veut et il y a beaucoup de choses à voir (tellement !)

Décrivez votre cadre de vie

Bangkok c’est une mégapole (18 millions d’habitants dans toute l’agglomération !), un grand terrain de découverte mais qu’assez bizarrement j’ai bien plus facilement « apprivoisé » que Paris, alors que c’est pourtant 10 fois plus grand ! (bon j’ai la chance d’avoir un bon sens de l’orientation, ça aide).

Il est possible de tout faire, tout trouver, c’est un mélange de modernité et de traditions, de nombreux shopping mall géant avec beaucoup de restaurants, plus tout ceux dans la rue (la nourriture prend une place prépondérante dans la vie des Thaïlandais) mais c’est aussi les bouchons, la pollution, les trottoirs inutilisables soit parce qu’ils sont défoncés, soit parce qu’ils sont encombrés par les marchands de rues soit parce qu’ils sont tout simplement inexistants.

Portraits du roi sur l'avenue Ratchadamnoen

Portraits du roi sur l’avenue Ratchadamnoen

Pouvez-vous nous raconter une anecdote ?

La fois où j’ai failli me retrouver coincé sur une île… le vent empêchait le dernier bateau faisant la liaison vers le continent de venir récupérer les gens sur l’île. Nous n’avions pas prévu de rester y dormir (et il n’y avait pas beaucoup de logement) et on préférait franchement essayer de se débrouiller pour rentrer d’une autre façon qu’avec le bateau officiel. On finira par convaincre un pêcheur qui nous ramènera moyennant finance, le dernier bateau du coin.

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ?

Une journée de travail typique ne peut pas vraiment se raconter car cela change chaque jour… Mais en gros si c’est une journée au bureau, c’est debout 7h, 1h bonne heure de route (mon boulot est à 20 km, Bangkok c’est grand…) Le midi je mange en dehors du bureau, soit en m’achetant de quoi grignoter, soit en m’arrêtant dans un petit restau de rue dont la proprio m’offre chaque fois ce même large sourire. Le soir tout le monde sort du bureau à 17h pétante, je refais 1h de route (ça reste une moyenne) pour rentrer. Selon les soirs ma femme aura préparé à manger sinon on va manger dans un restaurant de notre quartier.

Les weekends c’est pareil, cela change, disons que typiquement soit je reste à la maison et je m’occupe du blog notamment, soit je sors voir mes amis, faire des courses, un ciné, des trucs « ordinaires » qu’on fait au quotidien dans n’importe quel pays. 

Erawan - Scène du quotidien près des shopping mall

Erawan – Scène du quotidien près des shopping mall

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Ça dépend qu’est-ce qu’on entend par facile. Disons que je ne partais pas seul, je rejoignais ma future femme et j’ai eu la chance de trouver du boulot assez rapidement (ce qui n’est pas forcément facile, surtout dans ma branche).

Avez-vous rencontré facilement les gens du pays ?

Au final j’ai un panel d’amis très international plus que Thaïlandais, le contact avec les locaux est plutôt facile mais l’interaction reste limité (les Thaïlandais passent beaucoup de temps à boire et à manger, leurs principaux loisirs mais peu de discussion sérieuse).

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Cela a pris un certain temps. Trouver des amis français, de ma tranche d’âge et qui comptent rester longtemps comme moi ce n’était pas évident mais oui, j’avais besoin de pouvoir côtoyez des français car parler ma langue est pour moi vital !

Vous-êtes vous facilement adapté à votre nouveau pays ?

Franchement, plutôt oui je dirais, cela s’est fait assez naturellement.

Connaissez-vous la langue du pays ?

J’ai surtout appris sur le tas mais j’ai quand même pris un an de cours. Au final mon niveau suffit au quotidien mais n’est pas excellent non plus, plus en vocabulaire qu’en prononciation qui de toute façon en Thaï se doit d’être impeccable au risque d’être mal compris… Le fait est que ma femme parlant très bien Anglais il fut plus naturel pour nous de communiquer dans la langue de Shakespeare qu’en Thaï. J’ai donc plus progressé en Anglais où je suis maintenant quasi bilingue (les séances cinés VO aidant aussi, vu que je vais voir surtout les films Hollywoodiens plutôt que Thaïs qui ne m’intéressent que très rarement).

Une vendeuse de rue

Une vendeuse de rue

Votre lien avec la France

A quelle fréquence rentrez vous en France ?

Je ne suis rentré en France qu’une seule fois en 5 ans et c’était cette année… ce n’est pas à proprement parlé que je boude mon pays mais j’ai préféré voyager en Asie plutôt que de revenir dans mon pays qui m’apporterait moins d’un point de vue découverte et nouvelles cultures (attention je ne dis pas qu’on a pas de culture en France…).

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

Régulier oui, fréquent pas temps que ça, sur Skype, par mail et facebook.

Avez vous prévu de revenir vivre en France un jour ?

Je ne me ferme aucune porte, il n’est pas exclu que je revienne en France pour que mes futurs enfants (si j’en ai, ce que j’espère !) puissent y étudier, ou revenir pour passer une retraite « chez moi », mais je n’en ai pour l’instant pas l’intention.

Et pour finir…

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Ma vision de la vie était déjà assez proche de la façon dont les Thaïs ont tendance à voir la vie, je ne m’énerve que très rarement… Je ne pense pas à proprement parlé avoir changé. Evolué certainement, on évolue tous plus ou moins mais pour ça il n’y a pas forcément besoin de passer par le voyage même si celui-ci apporte certainement quelque chose sur la compréhension du monde qui nous entoure, les années passant nous grandissent. On se rend compte que l’humanité est complexe : chaque région ayant ses propres croyances, son lot de problèmes et aussi pleins de bonne choses heureusement.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Ne pas se fâcher avec un Thaï, une très mauvaise chose, faire profil bas même si vous savez que vous avez raison. Ils sont chez eux et savent vous le rappeler si vous n’êtes pas content. En dehors de ça je dirais essayer de comprendre leur culture, apprendre la langue (au moins les bases) est un minimum.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?

Probablement encore en Thaïlande, j’espère avec 1 voire 2 bambins. J’espère juste que ma situation sera un peu plus « prenante », idéalement j’aimerai être indépendant financièrement (sous-entendu mon propre patron).

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

Là c’est un peu plus difficile, comme on est ouvert à l’idée de vivre ailleurs (et pas forcément qu’en France) et si on tient en compte les éventuels enfants… franchement je ne peux pas trop me prononcer sur un quelconque pronostic, je fais confiance en la vie, je verrais ce que le destin m’aura réservé, en espérant juste que ce soit excitant !

Comment préparez vous votre retraite ?

Ce n’est pas encore une question à l’ordre du jour mais faudrait que j’y pense un jour ou l’autre, pour l’instant je sais juste que je n’aurais rien…

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

La nouvelle Calédonie ou Tahiti me font rêver, en plus de pouvoir parler français c’est un cadre de vie qui fait envie ! Par contre ce n’est pas donné niveau coût de la vie et avec les changements climatiques en cours ça pourrait être moyen dans les années à venir…

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Peut-être simplement en France … on verra, j’ai encore le temps pour y songer, peut être que je ne décollerai plus de la Thaïlande qui sais.

Des moines dans la rue

Des moines dans la rue

Retrouvez Romain sur son blog

Le blog de Romain : https://www.thailande-et-asie.com/

blog_thailande_et_asie

 Un an plus tard

Que devient Romain ? Est-il toujours en Thaïlande ?

Découvrez vite sa nouvelle interview :

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Romain d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie en Thaïlande !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Romain sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Il se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • je rejoins ma copine en thailande