L’interview de France, au Bénin

Zem

France est une belge qui vit au Bénin avec son mari marocain (rencontré sur place) et leur deux enfants.

 

 

 

 

beninOù est-ce ?

Il s’agit des taxi-motos appelés « zémidjans » sur l’un des plus gros boulevard de la ville : le boulevard Steinmetz, à Cotonou, au Bénin.

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom: France
Age : 50 ans
Situation personnelle : Mariée, 2 enfants
Situation professionnelle : Infographiste en poste dans une entreprise de service
Pays et ville d’origine : Belgique, Bruxelles
Pays et ville d’accueil : Benin, Cotonou
Type et durée du visa : Résident
Motif de l’expatriation : Le travail
Partenaire d’expatriation : mari et enfants
Projets d’investissement : Commerce de gros au Bénin
Blog : http://lasmar-cotonou.skynetblogs.be/

Qui êtes-vous ?

Je suis une bruxelloise francophone vivant à Cotonou depuis 25 ans ou je suis arrivée avec mon frère en temps que volontaire des Nations Unies. J’y ai rencontré mon mari marocain et je ne suis plus repartie. J’ai deux enfants de 19 et 14 ans. Je dirige pour l’instant une agence conseille en matière de visa. Je fais du sport 3 fois par semaine et je vais nager quand je le peux. Je peint des tableaux à l’huile ou des écolines pour mes amis et ma famille. Je dévore un livre par semaine surtout des romans avec un fond historique et je regarde la télé. Des séries mais aussi des films, des documentaires et des émission culinaires.

Quel est l’adresse de votre blog ?

http://lasmar-cotonou.skynetblogs.be/
Ce blog est destiné avant tout à nos familles marocaine et belge afin qu’il puisse suivre l’évolution des enfants. Mais il est aussi destiné à nos amis qui partagent notre vie béninoise et à tous ceux qui sont partis et qui veulent savoir ce que l’on devient.

Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons en famille à Cotonou dans une grande villa au bord de la mer. Je suis arrivée avec mon frère au Bénin et y aie postulé pour un travail de VNU sur place. J’aie travaillé 7 ans dans un projet de production de matériel éducatif pour la santé. Après j’ai eu ma propre agence de communication amis j’aie du la fermer à cause du harcèlement des impôts béninois et de coup-bas de mes concurrents.

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Je vivais seule dans un studio après un divorce douloureux.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Sans beaucoup d’amis et à la recherche d’un emploi, mon frère célibataire m’a proposé de l’accompagner au Bénin.

Dantokpa

Dantokpa

Comment s’est passé votre départ ?

Je ne suis partie qu’avec une seule valise pour rejoindre mon frère installé depuis 3 mois à Cotonou. C’est une fois mon contrat signé avec les NU que je suis rentrée en Belgique préparer mes males pour m’installer seule à Cotonou.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Une fois installée seule dans un grand appartement, j’ai engagé un cuisinier assez vieux pour être mon père et très protecteur. Je fréquentais beaucoup de couple d’amis et ce n’était pas toujours facile d’être seule. J’avais une mobylette P50 des Nations unies au nom du projet pour me déplacer. Je faisais du tennis et de la natation tous les wwek-ends. Il n’est pas facile d’avoir des amis béninois car ceux-ci ne sont pas sincères et vous font rarement rentrer chez eux. Etant célibataire il recherchait plus avec moi la fille blanche à marier !

Qu’est ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Le soleil, le service à la maison, la vie plus cool qu’en Europe. La gentillesse de la population locale. La convivialité entre amis chez qui on peut venir sans protocole !

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Le rythme de vie est bien moins stressant et on a le temps de faire des activités en dehors du boulot. Faire des activités entre amis est simple a organiser. Il fait chaud toute l’année et la plage est juste à côté de chez moi.
Il n’y a pas de parc ou de forêt ou l’on peut aller se promener. La verdure me manque ! Pas de cinémas, les derniers ont fermés il y a 5 ans. Beaucoup de pollution à cause des 20.000 taxi moto et des camions plus que délabrés encore en circulation.

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’accueil ?

Pays plat comme la Belgique ! On y cultive principalement le coton et la noix de palme, Quelques cultures maraîchère mais la plupart viennent du Togo ou du Nigéria. Énormément de taxi-moto dans les villes. Berceau de la culture vodun, il y a des choses à voir par rapport à cette culture lorsque l’on connait les bonnes personnes.

  • La mentalité des locaux

Les béninois sont gentils mais très hypocrites. Ils ne vous diront jamais le fond de leur pensée. S’il peuvent profiter de votre naïveté, ils le feront sans aucun scrupule !

  • Le climat

Climat chaud mais tropical avec 80% d’humidité. Très mauvais pour les personne souffrant des bronches !

  • Le logement

La plupart du temps il faut passer par des démarcheurs qui vous font visiter des maisons mais ils demandent de  leur payer un mois de loyer complet si on prend la maison. Il faut négocier pour payer moins avant qu’il vous fasse rencontrer le propriétaire.

  • La nourriture

Ce qui me manque le plus de chez moi c’est bien sûr le chocolat belge ! celui qu’on trouve dans les commerce de Cotonou est souvent altéré par une conservation approximative en chambre froide ou alors hors de prix !

  • Dantokpa

    Dantokpa

    La scolarité

Mes enfants sont tous les deux scolarisés dans des écoles privées béninoises ; Le programme scolaire est calqué sur l’ancien programme français. L’avantage par rapport à l’école française c’est que dès les petites classes on leur apprend le respect des professeurs et des parents ainsi que le travail scolaire. Ce qui leur sera utile plus tard en Europe pour continuer des études universitaires. Ce que je n’aime pas dans ce système c’est que les maîtres ont encore trop recours au châtiment corporel lorsque qu’un élève est trop agité ou dissipé. Mon fils, enfant hyperactif en a souvent fait les frais !

  • Les vacances

Etant à mon propre compte je prend en général un mois de vacances par an de même que mon mari. Les enfant quant à eux ont trois mois de vacances ce qui est trop car il finissent par s’ennuyer à la maison.

  • La santé

Il y plusieurs grande cliniques privées à Cotonou et un hôpital universitaire ou malheureusement le personnel est souvent en grève. Il faut avoir une assurance santé pour ce faire soigner et payer ainsi le tiers-payant ou alors avoir de l’argent car les soins coûtent chers et il n’y a pas de soins gratuits. Il existe un centre de santé rattaché à l’Ambassade de France mais s’il est gratuit pour les français travaillant à l’Ambassade il est très cher pour les autres expats qui veulent s’y rendre. Les médecins béninois sont en général très bons car ils ont fait leur spécialisation en Europe mais ils manquent cruellement de matériel pour soigner les pathologies correctement.

  • La conduite

Moi j’ai passé mon permis ici au Bénin. La conduite y est dangereuse car le code de la route n’est pas respecté et il faut avoir les yeux partout ! Les taxi-moto déboulent de tous les côté et ne font pas attention aux autres véhicules et les camions sont souvent en panne de freins et de feux arrières. De plus le béninois qu’il soit chauffeur de taxi, camionneur ou Zem a la fâcheuse habitude de couper les priorité aux autres et de s’arrêter n’importe où.

  • La censure

Certainement en ce qui concerne les journaux de la presse écrites mais elle n’est pas radicale comme dans d’autres pays de la sous-région.

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Ce qui coûte cher sont tous les produits importés que l’on trouvera dans les supermarché de la place. Même les légumes et fruit du marché varient de prix selon la saison et l’approche des fêtes tel que la noël ou la Tabaski.
Ce qui coûtent le moins cher ce sont les farines de manioc ou d’igname ainsi que les produits de base de la cuisine béninoise.

Marché au légumes

Marché au légumes

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Le manque de conscience professionnelle. Un béninois vous fera un travail correct la première fois pour vous avoir comme client mais par la suite bâclera son travail puisqu’il estime son client acquis. Rien n’est simple au Bénin ! Cela devrait être la devise nationale ! Ils ont l’art de vous faire revenir plusieurs fois pour un seul document à obtenir auprès d’un service administratif.
Comme je l’aie dit plus haut, ils sont en général très hypocrites et n’ont aucun scrupules a profiter du blanc même s’il se dit vôtre ami ! Il sont également très susceptibles et il faut faire attention aux remarques que l’on fait car tout est pris au premier degré !

Avez-vous des «habitudes» ?

J’ai pris l’habitude de toujours dire bonjour et de demander comment vont les gens quand je vais au marché avant de leur demander les prix. Si on ne le fait pas les vendeurs sont désagréables. Marchander tous les prix est devenu une habitude et presque un jeu !

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

Il y plusieurs hôtels sur la côte ou il est plaisant de partir le weekend pour se détendre en famille ou entre ami. Il y des cites historiques a visiter à Porto-Novo ou à Ouidha et on peut faire l’aller-retour dans la journée. Il y a également deux hôtels à Possotomé qui sont au bord du lac et ou il est agréable de se rendre.

Pouvez-vous nous raconter une anecdote ?

Je devais recevoir ma maman pour des vacances à mon domicile. Comme la chambre était un peu défraîchie je l’avais fait repeindre et j’avais fait refaire des rideaux. A mon menuisier que je connaissais depuis 10 ans j’avais demandé de poser le cache rail pour les rideaux neuf. Lorsque je suis rentrée du travail à midi, j’aie entendu taper dans la chambre à grand coup de burin. J’étais très étonnée car il n’y avait plus de travail à faire dans cette pièce ! C’était mon menuisier qui, en manque de perceuse pour faire un trou dans le mur afin d’y fiché l’attache du cache-rail, était en train de creuser un trou dans le mur pour y mettre un morceau de bois dans lequel il allait y clouer l’attache. ! Le plâtre du mur au dessus de lui s’était fendu et il ne comprenait pas pourquoi j’étais si fâchée. Énervée je lui aie dit qu’il était « fou » de travailler ainsi. Il a été super vexé alors j’aie essayé de lui expliquer que non je ne disais pas qu’il était fou en général mais seulement pour la situation. Comme il ne comprenait toujours pas je lui aie dit que c’était comme si je lui disais qu’il était abruti ce jour là mais pas tout le temps. Que je le traite de fou et puis d’abrutit le même jour en a été trop pour lui, il a ramassé ces affaires et je ne l’aie plus revu pendant deux ans !

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ? De travail puis une journée de weekend ?

Levée à 6 heures, je réveille mes enfants avant de chauffer le petit déjeuner. Mon fils part à vélo et je vais conduire ma fille à l’école pour 7 heures De retour à la maison je fais mon sport jusqu’à 8h 30. Une fois prise ma douche, j’allume mon ordi et ouvre la porte de mon bureau. Après avoir répondu aux mails et travaillé, je pars faire des courses si nécessaire et je vais chercher ma fille à son école pour 12h15. Nous mangeons tous les trois car Imran reste à son école à midi. Je fais ensuite la sieste jusqu’à 15 heures et je reste dans mon bureau ou je travaille sur l’ordi ou je peins mon écoline du moment. A 16 heures mon fils rentre de l’école et je vois avec lui ses cours pour revoir ensemble les leçons et les exercices.

A 19 heures je vais prendre ma douche et ensuite je m’installe devant la télé pour regarder mon feuilleton favori. Je me réchauffe mon repas du soir vers 21 heures ou je mange la salade que mon cuisinier m’a laisse au frigo. A 22h30’ je monte me couché et je lit encore au lit pendant 30 minutes avant d’éteindre les feux.

Le samedi matin est jour de courses. Différents supermarché pour avoir les meilleurs prix et marché aux fruits et légumes ou j’y aie mes habituelles vendeuses. Je vais chercher ma fille à l’école à midi et l’après midi sieste avec mon époux. Le soir je fait souvent une pizza maison, des pâtes au four ou des croques monsieur. Parfois on sort avec des amis et on laisse les enfants devant la télé avec une pizza ou autre chose. C’est souvent sortie resto puis dancing pour bouger un peu !

Le dimanche matin levée à 7 heures pour réveiller mon fils qui doit aller à son cours de karaté. Je nettoie et range ma maison jusqu’à 10 heures, heure à laquelle je vais chercher Imran. Ensuite je déjeune avec lui et je dessine ou travaille un peu sur mon ordi. Après avoir regarder un film a la télé avec mon époux je nous prépare des frites pour tous et je vais faire la sieste jusqu’à 18 heures. Le soir je prépare des lasagnes ou des spaghetti bolognaise. Soirée télé , chacun de son coté car mon mari regarde le foot et dodo.

Plage

Plage

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui car j’étais avec mon frère qui connaissais déjà beaucoup de gens.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Non les belges que nous connaissions sont repartis, nous côtoyions des français pour la plupart.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui je l’aime malgré toutes les difficultés et les coupures de courant. Je ne pourrais plus vivre en Belgique, j’y trouve les gens agressifs et tristes !

Connaissez-vous la langue du pays ?

Il y a plusieurs langues au Bénin, le Fon au sud, le Mina au Nord. Je connais quelques expressions béninoise que j’utilise avec les femmes du marché.

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Tous les deux ans pour des vacances d’un mois

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Je suis en contact avec mes amis pas skype et facebook et je téléphone régulièrement à ma maman qui est âgée et qui a une santé précaire. Mon père est décédé alors que je vivais déjà au Bénin.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Non, nous partirons probablement pour notre retraite au Maroc qui est un pays ensoleillé – vous pouvez vérifier la météo ici – et beaucoup moins cher que la Belgique.

Marché aux légumes

Marché aux légumes

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Oui je suis beaucoup plus indépendante et plus débrouillarde. J’ai failli mourir lors de l’accouchement de ma fille au Bénin et depuis j’ai décidé de profiter de la vie telle qu’elle se présente et de rester positive. Je me suis durcie aussi car j’ai traversé pas mal d’épreuves depuis que je suis au Bénin qui m’ont beaucoup blessée.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Ne pas faire confiance au premier béninois venu et s’armer de patiente ! Tout s’obtient avec des sourires et du temps !

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Je serais toujours à Cotonou avec mon époux en attendant notre retraite au Maroc

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

Retraités au Maroc dans notre propre maison entourés de nos enfants et petits enfants venus en vacances.

Comment préparez vous votre retraite ?

Nous avons un projet d’investissement dans le commerce de gros afin d’épargner pour notre retraite.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Dans les Antilles mais je sais que la vie y est chère.

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Au Maroc

Retrouvez France sur son blog

Le blog de France : http://lasmar-cotonou.skynetblogs.be/

endirectdecotonou

Remerciements

Merci à France d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie au Bénin !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à France sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.