L’interview de Thibaut, entre 2 îles (Indonésie et Antilles)


Bulung_Daya_0913_1394-2

Thibault dirige une société de location de villa à Bali et à Saint Bart. Découvrez sa vie entre ces deux îles !

 

 

 

 

indonesieDécouvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Thibault
Age : 39 ans
Situation personnelle : Pacsé, sans enfant
Situation professionnelle : Je dirige ma société de location de villas à Bali et Saint Barth
Pays et ville d’origine : Le Tholy, Vosges, France
Pays et ville d’accueil : Village de Antap, Bali, Indonésie // Saint Barthélémy, Antilles
Date de début d’expatriation : Juin 2013 à Bali, Janvier 2014 à Saint Barthélémy
Type et durée du visa : Je vis à Saint Barth aux Antilles pendant 8 mois et à Bali pendant 2 fois 2 mois donc juste besoin d’un vista touristique
Sites : http://www.saintbarth.com/ et http://www.realbali.com/

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Comme je vis dans 2 endroits du monde et que j’y reçois des visiteurs, j’ai ouvert 2 blogs de voyages, un sur Saint Barth (http://www.saintbarth.com/) et sur Bali (http://www.realbali.com/ ). Je rédige mes contenus principalement en anglais car mes clients sont surtout anglophones (Australiens à Bali et Américains à St Barth). Il s’agit de partager avec eux mes bons plans, mes bonnes adresses sur place, des itinéraires à suivre ou des activités originales.

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis entre dans 2 îles, entre Saint Barthélémy aux Antilles et Bali en Indonésie. Je suis donc un vrai-faux expat, puisque ma base est à Saint Barth, qui est en France mais de plus en plus autonome (c’est un des “Collectivités et Territoires d’Outre-Mer). Le reste de l’année, je suis à Bali, pour environ 4 mois.
Je viens à Saint Barthélémy depuis 20 ans et j’ai depuis longtemps le projet de m’y installer. Comme je dirige ma propre entreprise et que je travaille sur internet, j’avais déjà pu me faire une bonne idée de ce qui est possible comme type de travail pour moi dans cette petite île.

Bali est venu s’intercaler dans mes projets un peu par hasard : il y a 5 ans, un ami s’était installé pour y construire une maison. Je n’étais pas du tout attiré par cette destination, mais cela aurait été trop bête de ne pas saisir son invitation à venir le voir. J’ai détesté les embouteilles en villa (Kuta et Seminyak), mais adoré le calme de la campagne où il vivait. J’y ai trouvé un terrain, sur une plage sauvage et j’y ai construit une villa.

Et voilà comment je me retrouve à vivre entre mes 2 îles ;).

 

Bulung Daya

Bulung Daya

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Jusqu’en avril 2013, j’avais à Paris un bureau avec 5 salariés, 5 stagiaires et 10 free-lances. Ma boîte publiait de petites magazines de mode thématiques sur internet, comme par exemple Ma-Grand-Taille.com, le n°1 de la mode grande taille.

J’ai vendu mes sites et aidé mes salariés à se recaser, après avoir décidé de partir. Je travaillais depuis 2007 sur ce projet, j’en avais un peu fait le tour.
Et puis, avec 1 villa à Bali et 1 à Saint Barthélémy, je ne pouvais plus passer autant de temps à Paris.

De toute façon, j’avais déjà un peu bougé auparavant :J’avais déjà vécu 2 ans à Chicago, aux USA, lors de mes études et fait 1 stage de 3 mois au Japon. Quand j’étais étudiant, j’étais parti travailler tout un été en Alaska, dans une conserverie de poissons !

J’ai 6 frères et soeurs en France et j’ai encore ma mère. Celle-ci a 87 ans et, pour rester en contact avec moi, elle est devenue championne de Skype sur son mini-iPad ! Mon père était parti à 16 ans de chez lui pour aller en Indochine, donc nous avons tous l’habitude penser les uns aux autres à distance 😉

Bien sûr, quitter mes potes du club de ju-jitsu de Paris, ne plus boire un verre avec eux après l’entraînement et ne plus faire de jogging ensemble le dimanche matin, cela a cassé une routine amicale pourtant bien sympa.

 

Saint Bart

Saint Bart

Votre vie à l’étranger

Ce n’est donc pas le logement qui a été ma difficulté première : je savais que je voulais vivre dans mes maisons, sur mes îles tropicales.
Mon souci était plutôt : quel type d’entreprise créer pour me permettre de travailler, gagner de l’argent, tout en pouvant rester mobile entre Bali et St Barth? Quel job allais-je pouvoir m’inventer, car je savais qu’il fallait que je créé moi-même mon activité pour coller à mes contraintes géographiques.

J’ai essayé de faire du conseil internet à Saint Barthélémy, mais l’île est trop petite (8 000 habitants!) pour un nouvel entrant. J’ai réfléchi à ce que j’avais entre les mains : 1 maison à Bali, 1 maison à St Barth, l’habitude de travailler en ligne, un bon anglais …

J’ai donc lancé ma propre activité de location de villas, basé sur mes maisons : quand c’est la haute saison à Saint Barth, je pars à Bali et vice-versa. Ainsi, mes locations me permettent de payer une partie de mes dépenses. L’autre partie de mon business, c’est aider des gens comme moi, qui ont des maisons de vacances à louer, à en tirer de plus gros revenus : ainsi, je suis bien placé pour les conseiller, puisque mon expérience se rapproche de la leur. Et tout cela, je peux le faire en ligne, donc je reste mobile.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plaît moins ?

J’aime bien vivre sur une île, même si mes îles sont très différentes :

  • Saint Barth a 8 000 habitants, on y parle le français (l’anglais pour la plupart des gens aussi), on voit souvent les mêmes têtes
  • Bali a 2 000 000 d’habitants, c’est une île assez grande, on y parle l’indonésien et le balinais, on voit peu souvent ses amis expats quand on vit comme moi sur une plage sauvage !

J’aime bien à la fois vivre ma vie, créer ma propre indépendance à travers mon travail, et aussi remontrer sans cesse des gens. J’ai commencé à apprendre l’indonésien dès début 2013, quand j’étais encore à Paris. Comme j’ai une équipe à Bali qui reçoit mes clients touristes, je trouve cela plus respectueux envers eux et plus direct de dire quelques mots en indonésien. Cela ne les empêche pas de se parler entre eux en balinais s’ils veulent vraiment que je ne comprenne rien ;-).

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est-ce qui est mieux, qu’est-ce qui est moins bien ?

Bali et St Barth sont des îles où les gens sont optimistes. C’est un peu le contraire des Français 😉
Ici, les gens travaillent beaucoup, notamment parce qu’une grande partie de l’activité des 2 îles dépend du tourisme : il faut donc souvent être ouvert tous les jours, savoir sourire et avoir le sens du service. Pas de besoin de faire un dessin pour expliquer à des expats que ceci n’est pas toujours le cas en France !

Est-il facile d’emprunter ?

Côté bancaire, St Barth est comme la France, je suis donc à la BNP, rien de bien exotique ici.

A Bali, on ne peut pas vraiment être propriétaire d’un terrain ou d’une maison : on fait soit une location long terme (ex : à 75 ans) d’un terrain, soit on doit passer par un partenaire indonésien qui investit avec vous … mais tout est à son nom ! Bien se renseigner, ne pas aller trop vite !

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Rien ne me dérange, les Balinais et les Indonésiens sont comme ils sont . L’éducation autour des thèmes de la pollution et de l’environnement est encore faible, car cela impacte négativement Bali au quotidien.

Avez-vous des «habitudes» ?

Quand on est mobile, il faut paradoxalement est une personne d’habitude pour réussir à bien travailler : si on ne discipline pas à travailler chaque jour à la même, où que l’on soit, on peut rien créer. De même, je me force à faire du sport au lieu de rester en short dans mon hamac 😉

 

Villa Domingue

Villa Domingue

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

A Bali, je suis relativement nouveau, même si j’y ai maintenant 2 maisons et que je parle un peu l’indonésien. Il y a là-bas des expats francophones qui y vivent depuis des années et mon expérience n’est rien par rapport à la leur !

Comme je passe beaucoup de temps avec mes employés, par exemple pour gérer les réservations, améliorer les villas et négocier avec les autorités, on peut dire qu’il y a une certaine forme d’intégration. Je fais partie du paysage, mais en aucun cas je ne me sens balinais ou on ne me traite comme tel.
Etre étranger exclue un peu mais donne aussi des passe-droits pour faire des choses que les Balinais s’interdisent. L’important est de ne pas troubler l’harmonie du groupe ou du village.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Le hasard m’a amené à rencontrer d’autres francophones et à faire affaire avec eux. Je ne cherche pourtant pas trop les expats, mais cela s’est fait comme cela.

De ma campagne, sur ma plage sauvage, il y a juste un couple d’anglais à 2 kilomètres, c’est tout.

 

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Comme beaucoup d’expats français, vivre à l’étranger me rend très critique vis-à-vis de la France. Mais je préfère ne pas en parler pour me consacrer plutôt à parler de choses positives et constructives.

Je me dis que plus nombreux nous seront à faire des expériences à l’étranger, plus facilement nous pourrons importer en France des idées nouvelles qui pourront faire bouger les choses. Je suis un éternel optimiste 😉

 

Conclusion

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Mon conseil porte sur le droit immobilier : les différences d’un pays à l’autre sont énormes. Attendez avant d’acheter, parlez avec beaucoup de monde, demandez conseils. Ne paraissez jamais pressé d’acheter un terrain ou une maison, la négociation sera plus facile.
Si vous rentrez quelques semaines en France, pensez à mettre votre maison en location (sur Airbnb, Abritel, Homeaaway, etc.) pour rentabiliser votre voyage.

Si vous avez besoin d’infos sur Bali, Saint Barth ou sur comment booster les locations de vacances, contactez-moi dès maintenant via mes sites ou Twitter. Merci de m’avoir lu et à bientôt !

Retrouvez Thibault sur son blog

Les sites de Thibault : http://www.realbali.com/ et http://www.saintbarth.com/

realbali

saint-barth

Remerciements

Merci à Thibault d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie entre ses deux îles !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Thibault sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Il se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.