L’interview de Nadège, au Canada


Moraine Lake

Nadège nous raconte sa vie d’expatriée au Canada, au Québec dans un premier temps et maintenant en Alberta !

 

 

 

 

 

canadaDécouvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Nadège
Age : 36 ans
Situation personnelle : Mariée, 3 enfants
Situation professionnelle : designer pour enfants
Pays et ville d’origine : Le Creusot, Bourgogne, France
Pays et ville d’accueil : Calgary, Canada
Type et durée du visa : Résident permanent 5 ans
Date de début de l’expatriation : 31 janvier 2012 au Québec dans un premier temps
Partenaire d’expatriation : mon Mari, nos 3 enfants et nos 2 chiennes
Motif de l’expatriation : Envie de changement
Assurances : Assurance de l’Alberta et mutuelle d’entreprise
Blog : http://unefamillealouestducanada.com

 

Présentez-vous ?

Je m’appelle Nadege, j’ai bientôt 36 ans, j’ai grandi en Bourgogne dans une famille italienne donc très soudée.
Je me suis engagée dans l’armée de terre, j’étais secrétaire GRH. J’ai rencontré celui qui est aujourd’hui mon mari durant mes classes, il était mon chef de groupe.
Nous avons rapidement eu des enfants et nous nous sommes mariés.
J’ai arrêté l’armée pour m’occuper de nos enfants, deux militaires sous le même toit avec des enfants, c’est trop compliqué à gérer !

Comme on ne s’est jamais vraiment senti à notre place en France, on a décidé un jour, de faire une demande d’immigration pour le Québec.
On a été très déçus donc nous sommes repartit, mais cette fois-ci, là où il y avait vraiment du travail pour Fred, dans l’ouest du Canada, à Calgary.
En arrivant au Canada, j’ai créé mon E-shop, je dessine et couds des vêtements pour enfants.
Mais je ne suis pas douée en marketing, j’avais donc du mal à me faire connaître.
J’ai décidé d’arrêter pour le moment et de me recentrer sur notre famille, je gère le quotidien, l’école les devoirs en anglais qui nous prennent quand même un peu plus de temps à faire.
Je verrai ce que je vais faire, peut être trouver un job à mi-temps, j’aimerais travailler depuis la maison, mais je ne sais pas encore dans quoi ! Affaire à suivre. Fred lui est électricien.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

En arrivant à Calgary, je cherchais des infos sur la vie ici, mais je ne trouvais rien en français, j’ai donc eu envie de créer un blog et faire découvrir aux français, la vie à Calgary et notre découverte des superbes rocheuses canadiennes.
Mon blog : http://unefamillealouestducanada.com

J’aime beaucoup les blogs même si je ne suis pas très douée en écriture, j’aime le fait de partager nos découvertes, d’aider les gens qui voudraient venir s’installer ici et faire découvrir notre petit coin de paradis enneigé ! Je reçois énormément de messages de français qui me posent des questions sur Calgary et l’Alberta, sur la vie ici, la mentalité, les prix…On commence à s’intéresser à cette partie du Canada !
Mais je reste honnête, je ne veux pas vendre du rêve, comme on nous a vendu le Québec. Parce que la vie ici nous convient parfaitement, mais elle pourrait déplaire à plus d’un. Il faut par exemple être prêt à travailler le dimanche, à faire 12h par jour…

Malheureusement, je ne peux pas vraiment aider sur les questions d’immigration pures, parce que d’une, nous sommes passé par le Québec et la demande est différentes, mais aussi parce qu’en presque trois ans, les critères ont beaucoup changé.

Où vivez-vous actuellement ?

Nous sommes partis au Canada, sans emploi, simplement par envie de changement et de perspectives. On est venus avec un visa de 5 ans, on compte demander notre nationalité Canadienne par la suite.

Apres 18 mois en Estrie au Québec, nous sommes partis à Calgary.

On vit dans le sud ouest de Calgary, dans un quartier très agréable au calme, depuis maintenant, 15 mois.

On est à 15-20 min du centre de Calgary. C’est la première fois que nous vivons à l’étranger et on ne pense pas rentrer en France un jour, par contre on n’exclut pas d’aller vivre ailleurs dans quelques temps.

Canoe sur le lac Louise

Canoe sur le lac Louise

 

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

En France nous avions une maison, mais dans une région que l’on détestait plus que tout, la Haute Marne.
Fred était donc sous-officier dans l’armée de terre et j’étais devenue mère au foyer. On ne faisait pas grand chose d’intéressant. Fred partait régulièrement en manoeuvre et on était assez malheureux.

Nous vivions loin de nos familles, et même si on essayait de voir ma famille régulièrement, nous avons toujours du nous débrouiller sans aide extérieure.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

On a toujours senti un malaise en France comme si nous étions nés dans le mauvais pays. Nous avions envie de changement, de ne pas avoir à nous inquiéter pour le travail et pour l’avenir de nos enfants.

Fred voulait quitter l’armée et il avait commencé à chercher du travail en France mais sans succès. On s’est alors dit qu’il était temps pour nous de prendre le large et de voir si la vie dans un autre pays pouvait nous convenir.

On a alors décidé de faire une demande de Visa pour le Québec. On l’a obtenu en un peu moins d’un an. On a vendu notre maison, fait nos cartons et nous sommes partis.

Le quartier de Nadège

Le quartier de Nadège

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

On a eu la chance d’avoir une grande partie des frais de déménagement pris en charge par l’armée.

On a donc fais très peu de tri, on est parti avec notre container de 63 m3.

Dans l’ensemble, le déménagement s’est bien déroulé. On était hyper excités de débuter notre nouvelle vie et en même temps triste de quitter nos familles.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Notre arrivée au Québec s’est très mal passée.

Par contre celle à Calgary s’est bien passée. Nous sommes arrivés ici sans logement. Impossible de trouver quelque chose depuis le Québec.

Le marché immobilier est tellement dynamique que quelques heures après la parution d’une annonce, les maisons étaient louées.

Nous avons donc réservé un hôtel et cherché une maison une fois sur place.

Nous avons tout de suite aimé Calgary, la ville est belle et propre. Les habitants sont très accueillants, serviables et souriants.

On avait un niveau d’anglais scolaire en arrivant. En fait je parlais un peu mieux que Fred. Mais lui s’est amélioré grâce à son quotidien au travail où il a vite été mis en confiance et accepté par ses collègues. Moi par contre je ne sors pas beaucoup la semaine, je ne parle plus trop finalement. Il va falloir que je trouve une solution pour progresser.

Qu’est-ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plait moins ?

Ce que j’aime le plus ici c’est vraiment, les opportunités, la chance qu’on donne aux personnes de faire leurs preuves.

J’aime aussi la gentillesse des habitants, ils sont vraiment très accueillants et il est facile de se faire des amis. Les collègues de Fred l’ont rapidement accepté et invité à des soirées.

Il n’y a pas vraiment de choses que je n’aime pas, la vie est différente et elle nous convient bien.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est-ce qui est mieux, qu’est-ce qui est moins bien ?

Les plus :

Le quasi plein emploi

Les impôts à la source, je ne comprends pas que la France n’applique toujours pas cette méthode qui simplifierait beaucoup de chose.

La sympathie des gens et les efforts fait pour vous aider en temps que nouvel arrivant, la patience dont font preuve les gens quand vous cherchez vos mots…

Les moins :

Le besoin de 5% d’apport pour l’achat d’une maison. Il est dur d’épargner avec un seul salaire, et le seul moyen de payer moins cher de loyer serait d’acheter. C’est un peu le chien qui se mord la queue !

Pas de cantine scolaire, même si j’ai maintenant pris l’habitude, j’avoue que si je trouvais une cantine avec repas équilibré je serais la première à y inscrire les enfants.

Le fait qu’il n’y ai pas de garderie périscolaire.

Ah oui et des volets, ça même après presque 3 ans je ne m’habitue pas, j’ai du mal à m’endormir et je me réveille la nuit !

Fish Creek Parken - hiver

Fish Creek Parken – hiver

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

  • La mentalité des locaux

Les Albertains sont accueillants, patients, ouverts d’esprit et agréables. Ils sont curieux et respectent les différences.

Il y a beaucoup de nationalités différentes ici à Calgary et tout le monde vie dans le respect de l’autre.

  • Le climat

Un froid sec en hiver, et chaud sec en été (trop chaud à mon goût !)

Sinon, il neige beaucoup à Calgary (d’ailleurs il a commencé à neiger au moment où j’écris), mais il y a le chinook un vent chaud qui vient des montagnes.

Donc on peut partir sous la neige le matin et rentrer en T-shirt à manches courtes sous un grand soleil le soir.

  • Le logement

La recherche s’est bien passée. Pour louer quelque chose ici il vous faut un bon crédit score, des références, un emploi de préférence. Un mois de caution et un mois de loyer. Et on fait normalement un état des lieux.

Même si il y a moins d’annonces qui acceptent les animaux, on trouve quand même assez facilement. Par contre il faut être sur place et très réactif : les locations partent très vite.

  • La scolarisation

L’école ici commence à 5 ans. Le niveau scolaire est bon, les enfants sont pris au cas par cas. Et sont aidés au mieux. Nous les avons mis dans des écoles anglophones pour qu’ils apprennent rapidement l’anglais.

Ils commencent à 8h25 et finissent à 15h15 pour les petits et le plus grand commence à 9H et termine à 15H50. Par contre ils ont beaucoup moins de vacances scolaires qu’en France.

Les enfants ne sont pas encore parfaitement bilingues mais ils se débrouillent vraiment bien, ils progressent de jour en jour.

  • La nourriture

Alors, je ne mange pas de viande, mais Fred et les enfants trouvent la viande bien meilleure qu’en France. On a découvert la Poutine et on n’aime pas.

Ce qui manque c’est le saucisson sec enfin les charcuteries en générale qui n’ont pas le même goûts, les merguez, les gâteaux LU et les bonbons et les gâteaux apéro.

Depuis quelques semaines, on trouve des Danettes pour le plus grand bonheur des enfants et de Fred.

  • Les vacances

La plupart des Canadiens ont 2 semaines de vacances. Cela dit dans le bâtiment en Alberta c’est un peu différent.

Cette année, Fred a pris 2 semaines à Noël et 11 jours cet été, mais il aurait pu en prendre plus.

En fait il a droit à 10% de vacances avec sa paye. Il les met de côté pour ses vacances et il prend ses vacances quand il veut en fonction de son épargne vacance.

On a calculé qu’en faisant seulement 40h/ semaine, il peut prendre 5 semaines de vacances par an. Bon ça change des 9 semaines de l’armée mais c’est déjà super comparé aux autres !

  • La santé

Au bout de trois mois, vous avez le droit à une assurance médicale, où est pris en charge gratuitement pour le médecin, l’hôpital, radio…

Vous pouvez vous assurer pour le dentiste et les lunettes, la plupart des entreprises offrent une mutuelle. Donc il reste très peu de frais à charge.

  • La conduite

Le permis de conduire français est reconnu au Canada, il faut simplement le changer. Il est à renouveler tous les 5 ans pour un coût de 75$. On roule à droite aussi ici. Je trouve que les Albertains conduisent très mal, enfin, trop vite et trop prêt, trop de queues de poissons et pas adaptée au climat !

  • Ce qui coûte cher / ce qui ne coûte pas très cher

Les loyers sont élevés mais bon, comme dans toutes les grandes villes. Par contre, les billets d’avion sont super cher je trouve.

Ainsi que tout ce qui touche les télécommunications. C’est super cher et on est loin du tout illimité à 35 euros !

Et L’essence est bien moins cher qu’en France.

  • Est-il facile d’emprunter ?

Pour les voitures, oui c’est facile, il suffit d’un bon historique de crédit.

Et pour les maisons, oui et non, il faut absolument 5% d’apport pour emprunter pour une maison. Ensuite en tant que français on a bonne réputation côté bancaire et en générale de bon Crédit Score, donc du moment qu’on a l’apport, il n’y a pas de problème.

Par exemple, nous allions acheter au Québec avant de décider de partir et les banques nous prêtaient le double du montant qu’ils avaient prêté au patron de Fred, il n’en revenait pas !

Kananaskis River

Kananaskis River

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Pour le moment pas grand chose, si ce n’est que les enfants sont trop psychanalysé, à notre goût.

Par exemples, Enzo faisait un barrage dans un flaque d’eau à l’école et un enfant est venu le détruire.

Alors Enzo, fâché lui a jeté de la boue dessus. J’ai été convoquer pour que l’on cherche ensemble à comprendre pourquoi Enzo avait réagi comme ça !

Pour moi la réponse est très très simple ‘Le garçon lui a détruit son barrage’ donc je lui explique, que non ça ne se fait pas et il est puni point ! et en général ça suffit.

Avez-vous des «habitudes» ?

Le café dans les mains dans la rue, en voiture… et on mange beaucoup plus tôt aussi, et plus souvent au resto.

On a aussi adopté un mode de vie plus sportif, le Hiking est devenue notre activité principale du Week-end.(enfin quand Fred ne bosse pas !)

Est-il facile de partir en weekend ?

Oui on est vraiment gâtés de ce côté là !

Calgary est une très jolie ville, avec musées théâtres, concert et festivals en tout genre.

Il y a des parcs partout en ville, et bien sûr et surtout nous avons les rocheuses à 1H30 de la maison.

A chaque saison, à chaque visite c’est un pur plaisir, un nouveau paysage, une nouvelle découverte et des images plein les yeux.

Décrivez votre cadre de vie

On vit dans un quartier résidentiel à l’américaine, pelouse tondue, fleurs et arbres devant toutes les maison, pas de clôture devant…

Des parcs dans tous les quartiers avec des jeux pour les enfants.

La vie ici est vraiment paisible, les gens ne sont pas stressés, assez sportif aussi.

Racontez-nous une journée typique

Fred se lève à 5h pour commencer à 6h30 et rentre à 15h s’il fait ses 40h, mais il fini plus souvent à 17h.

Moi, si j’arrive à me rendormir après le départ de Fred, je me lève à 7h, je prépare les enfants, les boîtes à lunch, je les emmène à l’école puis je rentre. En rentrant je fais sonner ma mère qui me rappelle puisqu’ici pas d’appel illimité à l’étranger…

On papote plus ou moins longtemps.

Une fois arrivée, je range et nettoie la maison, pense au menu du soir, puis je prend du temps pour suivre les blogs que j’aime, et m’occuper du mien.

Ensuite je vais récupérer les enfants. Ils prennent leurs goûter, on fait les devoirs, puis ils vont à la douche. En attendant je fini de préparer le repas.

Fred rentre, on mange le plus tôt possible et ensuite les enfants vont lire ou jouer en attendant l’heure du coucher.

Si Fred ne bosse pas le Week-end, on essaie de sortir le samedi, comme ça il nous reste le dimanche pour cocooner un peu, se lever plus tard et faire un Brunch maison

Kananaskis River

Kananaskis River

 

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui assez on a pas eu de soucis.

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Les habitants sont facilement accessibles et très accueillants. Les enfants ont rapidement été invités, et Fred aussi par ses collègues. Mais on aime se retrouver entre nous donc on accepte rarement !

Moi je suis plutôt timide, je suis la maman qui attend les enfants loin derrière tout le monde dans la cour, le nez sur Instagram.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Non pas du tout, au Québec oui nous avions essentiellement des amis Français, mais ici non que des Canadiens.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui parfaitement, enfin une fois arrivé à Calgary. On a tout de suite sue qu’on serait heureux ici

Au Québec non on avait vraiment du mal, il fallait vraiment qu’on quitte cette province.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Alors on avait un niveau scolaire en anglais. Fred lui a beaucoup progressé, moi du coup je stagne comme je suis à la maison.

On a le droit à des cours gratuits que nous n’avons pas pris.

Nous n’avons qu’un véhicule et avec les horaires de l’école des enfants et le job de Fred, ça ne colle pas.

Vue rockies haut calgary

Vue rockies haut calgary

 

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Je crois qu’au contraire notre immigration nous a rendu encore moins indulgent justement. On se rend compte que dans d’autres pays ça marche beaucoup mieux sur beaucoup de sujets différents et on ne comprend pas que la France soit incapable de changer efficacement.

On se reconnait beaucoup plus dans la culture nord américaine, ‘Work Hard Play Hard !’  qui est à l’opposée de la culture française.

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Nous ne sommes pas encore rentrés en France.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

J’ai toujours vécu loin de ma famille et malgré le fait que j’ai ma mère tous les jours au téléphone et de temps en temps par vidéo. Oui ma famille me manque.

Aussi j’aimerais faire la connaissance de ma magnifique nièce, mais voilas… on touche les points noirs de l’immigration

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Non, pas du tout, parce que nous sommes enfin épanouis. Et on veut que nos enfants aient un avenir, en France, ça nous parait impossible.

Moraine Lake

Moraine Lake

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Oui à évoluer, on voit plus facilement le verre à moitié plein,  on prend la vie comme elle vient et on se donne plus de temps pour réussir parce qu’on sait qu’on pourra réaliser nos rêves ici.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Préparez vous au mieux, venez l’esprit ouvert, faites depuis votre pays actuel tout ce que vous pouvez faire (équivalences de diplômes…) et faites des économies, plus vous aurez un budget conséquent moins vous aurez de pression de ce côté là !

Comment vous voyez vous dans le futur ?

Ici ou ailleurs, on ne sait pas, on aime vraiment Calgary, vraiment, mais on a été contaminé je crois !

On aimerait aller aux Etats-Unis en Californie ou peut être en Australie quoi qu’il y fait trop chaud.

En tout cas à l’étranger !

Comment préparez vous votre retraite ?

Malheureusement, nous en sommes pas encore là, mais, on aimerait investir dans l’immobilier. Faire des flip (acheter/retaper/revendre) ou acheter et louer des maisons.

On économise donc pour notre premier apport et lancer la machine !

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Aux Etats-Unis. Bien que la mentalité ici soit assez proche. Sinon Australie, Norvège

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Dur dur je ne sais pas encore, près de mes enfants dans une grande maison familiale, enfin chacun aurait son ‘chez soi’ mais sous le même toit.

 

Retrouvez Nadège sur son blog

Le blog de Nadège : http://unefamillealouestducanada.com/

unefamillealouestducanada

Un an plus tard

Que deviennent Nadège et sa famille ? Sont-ils toujours au Canada ?

Réponse dans sa nouvelle interview !

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Nadège d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie canadienne !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Nadège sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.