L’interview de Christine, à Singapour

P1000879

Christine et sa famille ont vécu à Shanghai et sont maintenant à Singapour et sont partis pour suivre les opportunités professionnelles de son mari.

 

 

 

 

singapourOù est-ce ?

Il s’agit de Shophouses à Chinatown, à Singapour, en Asie.

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom: Christine
Situation personnelle : Mariée, 2 enfants
Situation professionnelle : Rédactrice en chef adjointe de la Gazette de l’Association Française de Singapour et administratrice de leur Page Facebook
Pays et ville d’origine : France, Toulouse
Pays et ville d’accueil : Singapour
Partenaires d’expatriation : Mon mari et nos deux enfants de 14 et 8 ans qui vivent avec nous
Blog : http://shanghai4co.over-blog.com/

Qui êtes-vous ?

je m’appelle Christine Cognieux, je suis française. J’ai grandi à Toulouse mais ai vécu à Grenoble, Lyon, Etats-Unis pendant presque 10 ans et Strasbourg. Je suis mariée et j’ai deux enfants, une fille de 14 ans et un fils de 8 ans. A Shanghai, j’ai appris le chinois et ai beaucoup visité la ville. A Singapour, je visite également beaucoup et je suis rédactrice en chef adjointe de la Gazette de l’Association Française de Singapour et administratrice de leur Page Facebook.

Christine

Christine

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Mon blog s’appelle Sing4Co. En voici le lien http://shanghai4co.over-blog.com.

j’ai commencé à faire mon blog au moment de notre départ pour Shanghai en Juin 2012 pour garder un lien avec ma famille et mes amis. Cela leur permet de nous suivre dans notre vie quotidienne et nos voyages. Ils ont l’impression de vivre un peu l’expérience avec nous. J’ai souvent des personnes qui me contactent pour avoir des conseils. J’avais fait la même démarche avant de partir à Shanghai et cela m’avait beaucoup aidé à me projeter. Et puis j’ai toujours aimé écrire. Mon mari et moi adorons également la photographie et postons donc pas mal de photos sur le site.

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis à Singapour depuis Août 2013. L’année d’avant nous vivions à Shanghai. Nous sommes partis pour le travail de mon mari pour un contrat de 3 ans. Shanghai était notre première expatriation mais j’ai vécu presque 10 ans aux Etats-unis après mes études. Même si ce n’était pas dans les même conditions, être loin de mon pays et de la famille ne m’était pas inconnu.

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Nous vivions à Strasbourg en Alsace depuis 10 ans. Nous étions venus pour le travail. Nous avions une maison, chacun notre travail et les enfants avaient leurs amis. La famille était déjà loin mais 10 heures de voiture, ce n’est pas 10 heures d’avion ! Cela reste plus accessible.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

Mon mari a eu une opportunité au sein de sa société. Nous avions envie de partir à l’étranger depuis un moment et avons donc saisi l’opportunité hyper motivés. C’était plus un désir de voyager, de découvrir de nouveaux horizons et d’avoir une expérience internationale que l’attrait financier, qui n’est certes pas négligeable. L’aventure familiale nous tentait vraiment. Quelle richesse pour les enfants !

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Les voyages et la découverte de nouvelles cultures, de modes de vie si différents du nôtre. C’est une richesse inouïe et cela procure une ouverture d’esprit incroyable. Nous avons fait des choses que nous n’aurions jamais pu faire en restant en France. La mixité des ethnies à Singapour est extraordinaire. Cette cohabitation fonctionne et donne lieu à des rencontres magnifiques. Il y a tellement à découvrir, à visiter, à apprendre.
La pollution et l’insécurité alimentaire étaient les deux gros points négatifs de notre vie à shanghai. Et l’esprit assez colonialiste de certains expatriés me déplaît mais on apprend à faire le tri…

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Le positivisme ambiant est grisant. Par contre certains produits bien français sont juste hors de prix . On se rattrape l’été !

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

  • Le climat

J’adore le climat de Singapour mais certains ne supportent pas la chaleur et l’humidité constantes.

  • Le logement

Le logement ici est hors de prix. Pas facile de faire le tri dans tout ce que l’on visite. Il faut faire des concessions (chambres plus grandes mais appart plus vieillot).  Les agents immobiliers vous montrent ce qu’ils veulent vous montrer. Il faut donc bien se renseigner avant, faire des recherches et les diriger. Singapour est une ville très réglementée. Il faut bien lire les contrats. Nous étions aidés par une agence. Heureusement !

  • La nourriture

On peut manger de tout à Singapour : indien, malais, chinois, français, italien, japonais. les restaurants sont souvent chers mais les foods courts sont souvent excellents et le lieu de découvertes culinaires intéressantes ! Bien sûr le foie gras, la charcuterie et les fromages nous manquent. On en trouve mais c’est très onéreux.

  • La scolarisation

Le lycée Français de Singapour est excellent et suit le système scolaire français. Ma fille est en bilingue et c’est un vrai bilingue par rapport à Shanghai où les enfants allaient aussi au Lycée Français. Mes enfants ne sont pas bilingues mais ils ont énormément progressé. Mon fils en CE2 a 4 heures d’anglais par semaine et deux heures de chinois. C’est une chance incroyable par rapport à la France où nous sommes vraiment en retard sur l’apprentissage de l’anglais.

  • Les vacances

Mon mari a le même nombre de congés qu’en France avec les jours fériés locaux. Les enfants suivent plus ou moins les vacances scolaires de la région parisienne (8 semaines hors été et 8 jours fériés locaux.)

  • La santé

Le système de santé se fait dans des cliniques privées ou hôpitaux. Les médecins sont internationaux et singapouriens. Mais il faut avoir une très bonne assurance médicale car les soins sont hors de prix.

  • La conduite

A Shanghai nous ne conduisions pas car c’est trop dangereux. A Singapour nous avons une voiture. la conduite se fait à droite. On a un an pour repasser le code afin de valider notre permis d’origine. La conduite est facile, parfois un peu agressive car les singapouriens ne vous laissent pas passer. Il faut savoir s’imposer !

  • La censure

Pas de censure à proprement parlé comme en Chine où tous les réseaux sociaux sont censurés. Mais Singapour est un état très policé. Les règles sont les règles et il y en a une flopée !

Marina Bay by night

Marina Bay by night

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

La mentalité est assez chinoise. Je fais ce que je veux et je ne m’occupe pas des autres. Dans une mesure bien moindre qu’en Chine tout de même. Au musée ou au zoo, c’est assez insupportable. on se fait pousser, passer devant. Il faut apprendre à jouer des coudes si on veut avancer !

Avez-vous des «habitudes» ?

je prends le bus partout. C’est tellement simple. Je mange dans les food courts et je cuisine beaucoup avec les sauces asiatiques (coréenne, chinoise ou indienne).

Est-il facile de partir en weekend ?

Il y a pas mal de compagnies aériennes low cost à Singapour. Il est donc facile de partir pour un WE autour de Singapour. Certaines îles au large de la côte est de Malaisie sont aussi facilement accessibles en 3 heures de voiture puis bateau depuis Singapour.

Décrivez votre cadre de vie ?

Nous vivons dans un condominium, c’est à dire des appartements dans une résidence avec piscines, salle de gym, tennis et services. La résidence est récente et les chambres sont donc petites (manque de place à Singapour). Nous avons choisi d’être au centre ville et non proche de l’école pour être au cœur de la ville et de toutes les commodités.

Racontez-nous une anecdote ?

Chose incroyable ici, j’ai vécu une grosse frayeur en taxi avec une amie. Nous avons dû prendre le seul taxi qui se prenait pour un pilote de formule 1! Heureusement cela s’est bien fini mais nous avons dû faire une déposition dans le commissariat de notre quartier. Nous étions à Singapour que depuis 1 mois ! Comme quoi, Singapour n’est pas si sûre que cela. Il faut rester vigilant.

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ? De travail puis une journée de weekend ?

En semaine nous nous levons à 7h, petit déjeuner avec les enfants, puis tout le monde se prépare. Mon mari accompagne les enfants en bas de la résidence pour prendre le bus scolaire qui vient les chercher à 7h45. Mon mari part ensuite en voiture au travail. Je vaque à mes occupations (visites, gym, courses, travail pour l’AFS, blog, voyages…). je m’occupe de la logistique, courses et ménage car nous avons choisi de ne pas avoir de “helper” (personne qui vit chez vous et fait le ménage, la cuisine et garde les enfants). A Shanghai nous avions une “Ayi” à mi-temps mais elle ne vivait pas chez nous. Ici c’est un choix. Nous voulons garder notre intimité et surtout ne pas s’habituer à ce luxe. Nous pourrions avoir une femme de ménage extérieur mais j’ai entendu tellement d’histoires que je préfère le faire moi même.

Le week-end, nous essayons de faire au moins une sortie découverte avec les enfants, nous allons au restaurant, nous voyons nos amis.

Vue de Singapour depuis le toit du Pinnacle

Vue de Singapour depuis le toit du Pinnacle

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui. La vie est facile ici. On trouve presque tout. Tout le monde parle anglais. J’ai vite retrouvé mes repères comme quand je vivais aux US. Les gens vous aident facilement.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Étonnamment cela fut plus difficile qu’à Shanghai de se faire des amis. La vie étant facile, les gens ne viennent pas vers vous. Il faut donc faire l’effort d’aller à leur rencontre, de sortir, faire des visites, joindre un club, faites des activités. Et puis beaucoup de femmes travaillent. Chacun a sa vie. Il est tout de même plus facile de rencontrer les locaux qu’en Chine. A Shanghai il est très difficile de devenir amis avec les chinois. Ils ne se mélangent pas.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Grâce à l’AFS, je côtoie des français. Mais nous avons également des amis australiens, des anglais, des italiens.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui. J’adore le climat, le mélange incroyable de cultures et le fait d’avoir l’impression d’être dans un nouveau pays à chaque quartier (little india, chinatown, arab street, joo chiat)

Connaissez-vous la langue du pays ?

Les 3 langues officielles de Singapour sont le chinois, le malais et l’anglais. Je parle anglais la plupart du temps mais à chaque fois que j’essaie de parler chinois, on me répond en anglais. A Shanghai je parlais un peu le chinois et j’arrivais à me faire comprendre. Personne ne parlait anglais donc apprendre le chinois est un passage obligé si on veut comprendre un peu mieux le pays.

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Aucune. Bien au contraire, je supporte de moins en moins le français râleur, chauvin et négatif !

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Nous rentrons en France une fois par an, en été. Je reste environ 6 semaines avec les enfants pour profiter de la famille.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

Skype réduit incroyablement les distances. Tout le monde s’y est mis ! sinon les emails, WhatsApp et Facebook.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Pour l’instant nous n’en avons pas envie. Nous voulons en profiter au maximum. Il y a tellement plus d’opportunités et de dynamisme à l’étranger actuellement.

Christine, avec ses infants, sur la passerelle des Sky Trees des Gardens by the Bay

Christine, avec ses infants, sur la passerelle des Sky Trees des Gardens by the Bay

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Personnellement, je me suis encore plus ouverte. Je vais plus facilement vers les gens. Mon expérience aux US m’avait déjà énormément changée et je voulais que mes enfants aient un jour cette chance. Les deux dernières années, je les ai vu grandir. Ils vivent une expérience incroyable qui va les rendre plus flexibles et ouverts au monde. Certes ce n’est pas facile tous les jours. Ils doivent se faire des amis à chaque rentrée scolaire, jongler avec plusieurs langues, être loin de la famille. C’est beaucoup pour eux. Mais cela les fait évoluer. Par contre il faut savoir garder les pieds sur terre et ne pas vivre dans une prison dorée car on s’y habitue vite. C’est pour cela que nous ne voulons pas de helper à domicile, que lors de nos voyages, nous allons à la rencontre des habitants pour leur montrer que la vie c’est autre chose que les hôtels 5 étoiles.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Se renseigner, contacter des gens via des blogs ou forums et prendre la décision à deux ! Si l’un des deux n’est pas partant, l’expérience peut s’avérer désastreuse. Nous voyons régulièrement des couples qui se séparent ou des femmes qui vivent une vraie dépression.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

J’adorerais faire un passage en Australie et pourquoi pas au Chili ou Brésil.

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Aucune idée mais en bord de mer. Nous aimons tous les deux l’horizon et la lumière.

Retrouvez Christine sur son blog

Le blog de Christine : http://shanghai4co.over-blog.com/

sing4co

Un an plus tard

Que devient Christine ? Vit-elle toujours à Singapour ? Découvrez-le vite dans sa nouvelle interview !

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Christine d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie d’expatriée en Asie !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Christine sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.