L’interview de Marie, en Australie

2

Marie, 21 ans, nous raconte son année d’étude à Sydney, en Australie.

 

 

 

 

Où est-ce ?

australie

Il s’agit bien du jardin botanique de Sydney, en Australie (Royal Botanic Gardens) !

Découvrez son interview

Présentez-vous

Présentez-vous

Salut 🙂
Je m’appelle Marie, j’ai 21 ans et je suis étudiante en Master 2 Droit International Public à Paris. A la base, je viens d’un petit village à côté de Mâcon mais j’ai fait ma licence à Lyon. L’année dernière, j’ai eu l’occasion de partir en échange à Sydney en Australie pour faire mon Master 1. Cette année a vraiment été un déclic pour moi car j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager et de rencontrer des gens du monde entier.

Vous et les blogs/sites

J’ai ouvert mon blog www.whereismc.blogspot.com pour permettre à ma famille et à mes amis de suivre mes aventures à l’autre bout du monde. J’ai acheté un bridge lors de mon escale à Hong Kong et depuis je n’ai pas arrêté de faire des photos des endroits où je suis allée. Blogguer m’a permis de constituer une sorte de carnet de voyage virtuel. Petit à petit mon blog a commencé à se remplir : j’y parle non seulement de mon année passée à Sydney mais aussi des voyages que j’ai faits pendant les vacances en Asie et en Océanie. Bien que je sois maintenant rentrée, je ne suis pas encore prête de m’arrêter. Il me reste des milliers de photos à publier et tellement de choses à raconter ! J’ai d’ailleurs continué à prendre des photos à Paris, histoire de rester une touriste même en restant chez moi 😉

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis maintenant à Paris au moins jusqu’en septembre prochain (fin de mon master).

Mon année à Sydney a été possible grâce aux partenariats de mon université avec UNSW, une des meilleures fac d’Australie. Je suis partie en tant qu’étudiante française, j’ai payé les frais d’inscriptions français (j’ai évité les 30 000 dollars l’année de fac australienne !) et j’ai fini avec un diplôme français (pas australien).

L’Australie a été ma première expatriation.

Où viviez vous en France

J’ai fait mon lycée et mes trois ans de licence à Lyon. Je vivais en colocation.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

J’ai toujours voulu partir à l’étranger dans le cadre de mes études. J’en avais entendu beaucoup de bien par ceux qui étaient partis et l’avantage sur le CV n’était pas négligeable. A la base je voulais partir aux Etats-Unis (pour vivre the american dream !) mais j’ai loupé mon score TOEFL de 3 points qui m’ont fermé les portes pour ce pays. Bien qu’il s’agissait de mon deuxième choix, l’Australie s’est avérée géniale. J’ai découvert un cadre de vie incroyable et une culture vraiment différente de la nôtre. Je ne regrette pas une seule seconde de ne pas être partie aux USA.

Skatepark de Bondi Beach

Skatepark de Bondi Beach

Votre vie à l’étranger

Qu’est ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plait moins ?

L’Australie est un pays très relax. A Sydney, il fait beau et chaud la majorité du temps (j’ai eu 30°C en pleins mois d’août une fois ! vous imaginez ça à Paris en décembre ?) et la vie est relativement facile (on trouve un bon job si on cherche et on est bien payé). Le « no worries mate ! » est de rigueur et l’attitude cool des australiens est très contagieuse !

Sydney est une ville qui bouge beaucoup et qui est très cosmopolite. Il y a toujours quelque chose à voir ou à faire, on ne s’ennuie jamais. Bien sûr il y a des plages toutes plus belles les unes que les autres (tapez Bondi, Coogee ou Manly sur google pour vous faire une idée) mais aussi un centre ville très animé avec beaucoup de centres commerciaux et de très bons restaurants. Il y a aussi beaucoup de quartiers différents et vous trouverez forcément le quartier qui vous correspond : du bobo de Bondi au hipster de Newtown en passant par le bohème de Surry Hills et l’énergie de Kings Cross et du quartier chinois.

Le seul inconvénient je pense est le coût de la vie. L’Australie est l’un des pays les plus chers au monde (j’avais jamais vu des tomates à 8 dollars le kilo avant). On peut vite se trouver à court d’argent si l’on ne dispose pas de finances adéquates ou que l’on n’a pas de travail.

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Je me suis sentie beaucoup moins stressée en Australie qu’en France. Le choc a été rude quand j’ai emménagé à Paris. Il y a une mentalité à la française qui nous pousse à toujours faire mieux tout le temps parfois au détriment de notre bien être. Les australiens prennent les choses plus à la légère, ce qui ne veut pour autant pas dire qu’ils ne sont pas sérieux : ils savent juste mieux situer la valeur des choses et équilibrer leur mode de vie.

Ce qui manque peut-être à l’Australie c’est la richesse culturelle de la France. C’est un pays relativement jeune qui ne dispose pas d’autant de vieux quartiers, de monuments ou de musées comme chez nous. Il y a une certaine atmosphère à Paris chargée d’histoire qu’il n’y avait que très peu à Sydney (dans le quartiers the Rocks peut-être, et encore). Ceci est un mal pour un bien : les australiens sont conscients qu’ils ont encore tout à construire et sont très fiers de leur pays.

3Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’accueil ?

  • Quel est le climat ?

Attention aux clichés : l’Australie n’est pas un pays en tropical. Pas partout en tout cas. Il s’agit d’un pays continent plus grand que l’Europe. Le climat dépend d’où vous vous trouvez et ne sera donc pas le même à Cairns qu’à Hobart. Le nord est tropical avec saison sèche et saison des pluies, il y fait chaud tout au long de l’année. Le centre est désertique, il y fait très chaud l’été mais il peut y faire très froid en hiver. Et plus vous allez vers le sud, plus il fait froid et moche. La Tasmanie a ainsi un climat proche de celui de l’Ecosse. Sydney a la chance d’avoir du soleil 300 jours de l’année, on peut presque rester en short toute l’année. Mais Melbourne, qui n’est pourtant pas si loin, dispose d’un micro-climat très variable, au point qu’on dit y trouver « Four seasons in a day », attendez-vous à de la pluie le matin, du soleil l’après-midi et de la grêle en fin de journée !

  • Au niveau du logement ?

J’ai passé mon premier semestre en colocation dans le quartier de Coogee, à deux minutes de la plage. J’ai trouvé mon appart par Gumtree, un site d’annonces sur internet. Ce n’était pas une location officielle vue que mes colocs sous-louaient une chambre mais tout s’est très bien passé.

Au deuxième semestre, j’ai décidé d’emménager sur le campus de ma fac. Ma résidence était réservée aux étudiants internationaux et j’ai pu faire beaucoup de rencontres très enrichissantes. J’en avais eu connaissance par des amis qui y étaient résidents au premier semestre. J’ai rempli un dossier d’inscription et ai eu une réponse en 4 semaines (il faut donc s’y prendre à l’avance).

  • Au niveau de la nourriture ?

La spécialité australienne est la barbecue sur la plage avec ses amis. Tout le monde ramène quelque chose à manger et tout est fait dans la joie et la bonne humeur. Sinon les sydney siders aiment bien manger healthy et on voit des bars à jus de fruits frais et des restaurants végétariens un peu partout. Moi j’ai trouvé ça très sympa ! Aussi ma fac était proche de Kingsford, un quartier chinois. Autant dire que j’ai beaucoup mangé asiatique !

A part ça il n’y a pas de cuisine australienne à proprement parler, ce qui ne veut pas dire qu’on ne mange pas bien (sauf si vous vous obstinez à manger de la Vegemite, mais dans ce cas-là je ne peux plus rien pour vous).

  • Au niveau des vacances ?

Je suis arrivée au deuxième semestre de l’année (qui commence en juillet vu que les saisons sont inversées). L’année scolaire était donc terminée en novembre ce qui me laissait quatre mois de vacances avant la reprise en mars. Il y avait aussi une semaine de vacances de mi-semestre à chaque fois.

  • Au niveau de la santé ?

Se soigner coûte cher en Australie mais tout va bien si vous avez une bonne assurance.

  • Au niveau de la conduite ?

Je n’avais pas mon permis au moment de partir donc je n’ai pas conduit. Heureusement parce qu’on roule à gauche en Australie !

  • Y’a-t-il de la censure ?

Pas que je sache. L’Australie est un pays très ouvert au contraire.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Rien ne m’a dérangé en Australie. Au contraire je pense que les français ne perdraient rien à prendre un peu image sur l’ouverture d’esprit des australiens. Là-bas on ne juge pas les gens aussi vite que chez nous et tout le monde est traité sur un pied d’égalité.

Avez-vous des «habitudes» ?

Si on ne fait pas attention, on adopte très vite l’attitude relax à l’australienne. Un peu de retard ? Un devoir à rendre ? Pourquoi se presser ? Il fait si beau dehors ! On pourrait aller à la plage !

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

L’inconvénient de l’Australie est que le pays est très grand. Il est difficile de partir en weekend vu que les distances à parcourir sont très longues. Par contre il est très courant de partir en road trip pour quelques semaines (j’ai d’ailleurs fait Brisbane-Sydney et Melbourne-Adelaide et je vous le recommande !). Autour de Sydney sinon, vous pouvez aller voir les Blue Mountains (des montagnes bleutées), Jervis Bay (une des plus belles plages du monde) ou faire du kayak au Royal National Park.

Décrivez votre cadre de vie

Plage, soleil, bon café, surf et barbecue au coucher de soleil !

Racontez-nous une anecdote

Les australiens sont très cools. Au point que ayant à peine emménagé dans mon nouvel appart, ma colocataire m’a invitée à aller à une soirée chez des amis à elle. Le thème était l’inversion des genres : les filles étaient déguisées en garçon et inversement. Je venais d’arriver à Sydney et je me trouvais déjà à danser avec des australiens déguisés en fille. Ça arrive pas tous les jours ça !

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ?

Travail : Je me lève à 8 heures (les cours commencent très rarement avant 10 heures), achète un délicieux mocha au café en bas de chez moi (les australiens font le meilleur café du monde) et vais en cours de 10 heures à 14 heures. Je mange thai à Eating world, une food court dans le quartier chinois et je finis avec un bubble tea de chez Chatime. Nous allons à la plage de Coogee jusqu’à 17 heures où nous faisons un volley avant de finir sur un barbecue avec un joli coucher de soleil rose sur la mer. La soirée se termine dans un bar à Oxford street.

Falaises entre Bondi beach et Coogee Beach

Falaises entre Bondi beach et Coogee Beach

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Les australiens sont très easygoing. Pour peu que vous parliez un peu anglais tout se passe bien ! Je me suis très bien intégrée et me suis fait pas mal d’amis d’Australie et d’ailleurs.

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Oui ! J’ai eu la chance d’habiter en colocation avec des australiennes qui m’ont présentée à leurs amis.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Oui, je connaissais beaucoup de français en échange comme moi.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui, il est difficile de ne pas s’y adapter d’ailleurs, on s’y sent tellement bien qu’il est difficile de partir à la fin.

Connaissez-vous la langue du pays ?

J’ai toujours eu des facilités en anglais et la langue n’a pas été une barrière vu que j’étudiais l’anglais depuis le collège.

Crique de Clovelly

Crique de Clovelly

Votre lien avec la France

Face à quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Les français sont réputés pour être arrogants. C’est vrai je l’ai vu souvent mais moi j’aime bien en rire. Après tout la France est le plus beau pays du monde non ? 🙂

A quelle fréquence rentrez vous en France ?

Je suis restée en Australie pendant un an sans rentrer.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

Bien évidemment il est difficile de partir aussi loin de sa famille et de ses amis et de ne pas les voir pendant un an. J’ai gardé le contact avec mes proches par Skype et mon petit frère m’a rendu visite pour Nouvel An.

Avez vous prévu de revenir vivre en France un jour ?

Je suis déjà revenue, un peu par obligation pour finir mon master mais aussi et surtout pour voir autre chose. J’aime beaucoup l’Australie mais je ne veux pas m’y arrêter pour l’instant. Le monde est tellement grand et beau, il me reste encore beaucoup de choses à voir !

Et pour finir…

Avez vous évolué ou grandit avec cette expérience ?

J’ai beaucoup grandi en un an à l’étranger. J’ai gagné en indépendance et en ouverture d’esprit. Je pense avoir aussi beaucoup appris sur moi-même.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

N’hésitez pas à partir, si vous y pensez, faites-le sans quoi vous le regretterez un jour.

Pour éviter toute mésaventure, renseignez-vous au maximum sur votre destination pour préparer au mieux votre expatriation. Internet est une mine d’or pour s’informer !

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Dans cinq ans j’aurais fini mes études, fait quelques stages à l’étranger et fait mes premiers pas d’avocate en organisation internationale dans une grande capitale.

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

J’ai encore du mal à me projeter aussi loin mais j’espère bien que j’aurais une famille qui me suivra dans mes expatriations !

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

New York, Paris, Sydney… Que de belles capitales avec pleins de choses à voir !

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

J’ai adoré visité les îles tropicales (Fiji, Nouvelle-Calédonie, Maldives). La vie y est vraiment plus douce et on s’y sent bien.

5

Retrouvez Marie sur son blog

Le blog de Marie : http://whereismc.blogspot.com/

whereismc

Remerciements

Merci à Marie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous son année d’étude à Sydney !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Marie sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.