L’interview de Anaïs, en Chine

179272_10151362218964585_103102866_n

Anaïs, 26 ans, a eu le courage de partir seule à l’autre bout du monde, en Chine, il y a 7 ans. Elle nous raconte sa formidable expatriation !

 

 

 

 

 

 

China_580x240Où est-ce ?

C’est une photo prise quelques semaines avant le nouvel an Chinois. On décore les portes des appartements avec ses grosses lampes rouge. L’ambiance est assez incroyable, c’est le moment de l’année ou tout le monde rentre chez soi. La plus grande migration humaine du monde ! Autant dire qu’il faut réserver son billet de train à l’avance !

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Anaïs
Age : 26 ans
Situation personnelle : En couple
Situation professionnelle : Représentante Chine de la Société de transport Globality
Pays et ville d’origine : France / Grésin (100 habitants hahah)
Pays et ville d’accueil : Chine entre le Shandong et Shanghai
Type et durée du visa : Visa Z
Motif de l’expatriation : Voir autre chose, vivre une aventure
LinkedIn : Profil de Anaïs

Présentez-vous ?

Je suis Anaïs, j’ai 26 ans et viens d’un tout petit village à la frontière de Genève ou il y’a plus de vache que d’habitants ! Du fait de ma relation fusionnelle avec ma famille lorsque j’étais ado mon surnom était Tanguy. Jamais je n’aurai penser avoir le courage de partir seule à l’autre bout du monde. Je suis peut être partie un peu trop jeune, les débuts ont été difficiles mais je ne regrette rien.

Où vivez-vous actuellement ?

J’habite actuellement à Shanghai depuis 3 ans. C’est LA ville dont tout le monde parle, LA ville qui voit arriver chaque année tous les jeunes français en recherche de stage et qui fuient la réalité Européenne.

Ça fait 7 ans que je suis en Chine. Shanghai n’est pas la ville que je préfère mais c’est ici qu’il y’a le plus d’opportunités pour ma société bien que je sois convaincue que le potentiel de développement se trouve dans les provinces.

Votre vie avant votre expatriation

A la suite de mon Bachelor à Annecy j’ai décroché une bourse et me suis lancée dans un master en alternance (ohlala la crise, il faut être diplômé !).

Je passais mon temps assise sur une chaise, entre les cours et mon poste d’assistante marketing (quelle sera la couleur de la rentrée scolaire prochaine?). Pour être franche je trouvais ça très ennuyant je pensais que la vie serait plus excitante.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

A l’époque je faisais partie d’une association qui aidait les étudiants étrangers dans leur vie quotidienne (payer les factures, louer un vélo, acheter une carte de bus…). Je me suis liée d’une grande amitié avec une Chinoise du nom de Wenwen. L’été suivant je suis partie avec elle en vacances en Chine dans sa famille. 3 Semaines plus tard elle rentrait à Annecy et moi je commençais ma « petite » aventure dans cette « petite » ville Chinoise, Jinan. J’avais tout juste 20 ans, une année de master en cours, je ne connaissais personne mais j’avais pleins de rêves dans la tête, c’était en 2007.

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Etant donné que j’étais partie pour 3 semaines de vacances je n’ai pas eu ce stress des grands départs au moment de faire ma valise. Si je me souviens bien j’avais principalement des robes, tshirt et des cadeaux. Il a donc fallu tout acheter sur place lorsque le temps s’est rafraîchi.

Vue depuis l'une des plus hautes tour de Shanghai.

Vue depuis l’une des plus hautes tour de Shanghai.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Lorsque Wenwen est partie je me suis retrouvée à devoir chercher du travail car mon visa tourisme allait bientôt expirer. En 2007 dans une ville de province les choses étaient beaucoup plus simples qu’aujourd’hui à Shanghai. J’ai pu transformer mon visa tourisme en visa de travail très rapidement.

Avec l’aide des parents de Wenwen j’ai trouvé un poste de prof d’Anglais dans une école primaire. J’étais payé 5000 yuans et j’étais logé gratuitement dans un appartement sans eau chaude avec un trou dans le mur pour une climatisation qui n’est jamais arrivée. Je n’avais encore croisé encore aucun étranger et je commençais à me sentir un peu seule. (je n’ai parlé à aucun étranger pendant 6 mois !!!)

Qu’est ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Si je dois parler de mon expérience en Chine je vais forcement parler de mes débuts chaotiques. Car CA c’était l’aventure. C’était des années de galères mais j’ai appris énormément. Aujourd’hui la vie à Shanghai est beaucoup plus simple. J’ai un travail à responsabilité, je suis bien payé, j’ai un appartement tout confort, il y’a des soirées pour expatriés toutes les semaines, presque tout le monde parle Anglais… J’essaye donc de trouver d’autres challenges pour garder cette étincelle que j’avais lors de mon arrivée mais ce n’est pas facile.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Les mieux : L’ambiance générale, la vision des jeunes sur l’avenir, le sentiment que tout est possible en travaillant.

Les moins : Les problèmes sanitaires, la pollution.

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

  • Le logement

IL y’a des agences un peu partout. Les standards Chinois ne sont pas forcément les mêmes que les nôtres. Il y’a donc aussi de nombreuses agences ouvertes par des étrangers pour les étrangers.

Les prix à Shanghai sont très élevés. J’habite à Pudong (pas vraiment le centre ville) dans un appartement (style occidental) avec deux chambres et 2 SDB et je paye 8000 yuans alors qu’en 2007 dans mon appartement 100% Chinois je payais 800 yuans !

  • Photo d'un temple à Shanghai.

    Photo d’un temple à Shanghai.

    La nourriture

La nourriture tout un dossier, je crois que la cuisine est la plus riche du monde ! Il y’a donc des plats qu’on aime et d’autre pas du tout ! Entre les légendes de cervelle de singe de Canton au nid d’hirondelle (que je trouve personnellement assez goûteuse) en passant par les concombres de mer, les tètes de veau, plat épicé, plat en gelé…..vous trouverez certainement un plat qui vous plait !

Mais une bonne raclette ça fait pas de mal !

  • Les vacances

En contrat local j’avais les vacances Chinoises, a savoir une semaine en Octobre et une semaine pour le nouvel an Chinois. Actuellement en contrat français , j’ai les vacances françaises + les vacances chinoises.

  • La santé

J’ai une assurance privée, April. Je dois avancer les frais à l’étranger, prendre la facture et envoyer une demande de remboursement originale à April Paris.

  • La censure

Haha la bonne blague ! Bien sûr qu’il y’a une censure ! Censure internet (pas d’accès à Facebook, Youtube sans VPN) et Censure politique, surveillance de certains expat….

Photo prise depuis la tour de la télé de Shanghai, le plancher est transparent ! Assez effrayant !

Photo prise depuis la tour de la télé de Shanghai, le plancher est transparent ! Assez effrayant !

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Les Chinois ont pris la mauvaises habitude de cracher et de se racler la gorge continuellement. Aussi, la sphère privée n’ayant pas la même signification pour eux que pour nous, on peut vite se retrouver envahit et se sentir agressé alors qu’ils sont juste curieux.

Avez-vous des «habitudes» ?

J’ai pris l’habitude de manger mon petit déjeuner dehors le matin, un bol de soupe de tofu et une galette salé !

Pouvez-vous nous raconter une anecdote ?

Les toilettes communes dans les provinces en Chine !

Outre les rigoles communes où on fait notre affaire en communauté il existe aussi la version cabane au fond du jardin, à coté d’une rivière avec un trou aménagé de façon à ce que la commission aille directement dans la rivière, pas d’eau courante bien sûr mais un seau d’eau pour « nettoyer » après chaque passage.

Sinon pour une anecdote plus « culturelle »….:

La face en Chine est quelque chose de très important. J’en avais entendu parler avant de venir et j’essayais d’y faire attention avec mes rencontres. Un jour je fus invité par un collègue à un repas important avec un homme d’affaire Chinois. Nous étions tous assis autour de la table ronde. Les plats étaient tous plus cher les uns que les autres, et même si j’aurais préféré ne pas manger cet énorme coquillage je devais « donner la face » et apprécier mon repas.

Comme tout repas d’affaire s’accompagne de BAI JIU (alcool Chinois) je devais aussi boire à chaque fois qu’on m’invitait. L’homme en question n’a pas arrêté de me faire boire toute la soirée et je n’osais pas refuser de peur de faire perdre la face à la personne qui m’avait invité. J’ai terminé la soirée dans un très mauvais état et j’ai su à la fin du repas que l’homme d’affaire, lui avait de l’eau dans son verre pendant tout le long.

C'est une photo prise dans une province du sud de la Chine. Je l'aime beaucoup car elle représente bien le rapport des Chinois a la vieillesse. Il se retrouvent ensemble pour faire du yoga le matin, danser le soir, parler des après-midi entières. Les hommes d'un coté, les femmes de l'autre. Pas de télé !

C’est une photo prise dans une province du sud de la Chine. Je l’aime beaucoup car elle représente bien le rapport des Chinois a la vieillesse. Il se retrouvent ensemble pour faire du yoga le matin, danser le soir, parler des après-midi entières. Les hommes d’un coté, les femmes de l’autre. Pas de télé !

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui très facile, les Chinois sont très accueillants.

Avez-vous rencontré des locaux ?

En province c’est très facile, c’est un peu plus dur dans les grandes villes comme Pékin et Shanghai.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Mon compagnon est Chinois, nos amis sont chinois et français.

426731_10151073610209585_344027004_n

Votre lien avec votre pays d’origine

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Je pense que le jour où je souhaiterais construire une famille je rentrerais en France à cause des problèmes sanitaires en Chine.

Conclusion

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Partir à l’étranger est une expérience incroyable si vous en avez l’occasion il faut partir.
L’important est de vivre cette expérience pleinement et d’accepter le pays entièrement sans essayer de le changer, être humble, et favoriser le partage avec les locaux.
Même si c’est plus difficile il ne faut pas rester dans un cercle franco-français.

Comment vous voyez vous dans le futur ?

L’avenir est pleins de surprise !

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Vue sur la mer, dans un pays où je puisse réaliser mes projets et élever mes enfants en toute sécurité.

Remerciements

Merci à Anaïs d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie d’expat en Chine !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Anaïs sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.