L’interview de Hélène, en Italie


IMG_2951

Hélène fait le point sur sa vie dans cette interview et nous donne vraiment envie d’aller découvrir Rome et l’Italie !

 

 

 

 

 

 

italieDécouvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Hélène
Age : 33 ans
Situation personnelle : Célibataire
Situation professionnelle : Sans emploi
Pays et ville d’origine : Rouen, France
Pays et ville d’accueil : Rome, Italie
Début de votre expatriation : Septembre 2015
Motif de l’expatriation : Réaliser mon rêve de vivre en Italie et d’y apprendre l’italien
Bloghttps://lapausaromanacom.wordpress.com/

 

Présentez-vous ?

Je suis française mais dans le cœur je suis d’un peu partout. J’ai quitté le cocon familial lorsque j’avais 17 ans pour passer un an aux Etats Unis afin d’apprendre l’anglais en vue d’entreprendre une carrière dans l’international. A la suite de cette expérience plus qu’enrichissante passée dans une famille d’accueil texane (avec laquelle je suis d’ailleurs toujours en contact et que je considère comme ma seconde famille), je suis revenue en France, à Paris plus précisément, afin de poursuivre mes études dans une école de commerce. Durant ces 4 ans d’études supérieures, j’ai eu l’occasion de passer 6 mois à Berlin en Erasmus et 2 mois en stage à Stuttgart. Je crois que ces mois en Allemagne ont été presque les meilleurs de ma vie car j’y ai rencontré des personnes formidables ! A la fin de mon cursus universitaire à Paris on a eu le choix soit de faire un stage de fin d’étude soit de partir à l’étranger dans une université partenaire. Bien entendu mon envie de voyager et de rencontrer des nouvelles personnes a pris le dessus et je suis donc partie en Louisiane… L’université américaine dans laquelle j’étudiais proposait un programme MBA très intéressant et après avoir passé l’examen d’entrée (GMAT pour ceux qui connaissent..) j’y ai effectué mon MBA.

Diplôme en poche il a fallu rentrer en France, problème de visa oblige… J’y ai travaillé 4 ans et puis l’envie de repartir étant trop forte je me suis expatriée à Londres où je suis restée presque 5 ans. En Septembre dernier, n’en pouvant plus de ma vie londonienne plus qu’intense entre un travail très prenant et une vie sociale très riche, j’ai décidé de faire une pause afin d’y voir plus clair sur la vie que je voulais vraiment mener. J’avais un besoin de nouvelles choses, de rencontrer des nouvelles personnes et surtout mettre à bien un projet que j’avais secrètement relégué dans les oubliettes trop concentrée à construire ma carrière. Ce projet c’était de vivre en Italie et d’apprendre la langue. Projet que j’avais depuis mes 14 ans lorsque je suis allée à Venise avec mes parents. J’ai toujours adoré ce pays très riche culturellement. Pour moi l’italien est la plus belle langue du monde ! Alors avant de faire un burn-out, j’ai décidé de tout plaquer, mon job, mon appart à Londres, mes amis pour m’immerger totalement dans la culture italienne et tout reprendre de zéro pour quelques mois !

Donc vous aurez compris j’adore voyager, j’adore rencontrer de nouvelles personnes.. Curieuse et sociale sont les deux adjectifs qui résument le mieux mon caractère…

 

Quelle est l’adresse de votre blog ?

J’ai créé mon blog https://lapausaromanacom.wordpress.com/ afin d’aider les personnes voulant s’expatrier à Rome dans leurs démarches et de partager mes bonnes adresses/bons plans. Je suis partie du constat que les bonnes adresses prisées par les locaux se trouvent aussi non loin des sites touristiques. Alors mon blog est dédié à tous ceux qui veulent découvrir la vraie Rome. Cela passe par les bonnes adresses pour manger ou pour boire mais aussi par des informations sur les activités proposées par les divers sites culturels. En d’autres termes mon site est dédié au loisir/à la pause. J’ai aussi dans l’optique de conduire des interviews avec des locaux afin qu’ils puissent partager leur vie, d’où ils viennent, pourquoi ils sont arrivés à Rome, leurs bonnes adresses. En fait, ce blog me sert aussi à faire des rencontres ou à approfondir les relations avec les personnes que je connais.

 

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Mon pays « d’origine » était le Royaume Uni où j’y ai vécu presque 5 ans. Ma vie était bien remplie, certainement un peu trop, et j’ai eu l’impression de me perdre. Mon travail me prenait beaucoup de temps et quand j’arrivais à sortir pas trop tard du bureau soit je sortais voir des amis soit j’allais au sport. Dans tous les cas je ne rentrais que très rarement avant 23h chez moi. Sans parler des week ends qui commençaient bien souvent avec un vendredi soir bien arrosé à l’instar des after works londoniens pour se finir le dimanche soir épuisée après le marathon des activités du week end.. Bref, trop intense et gros besoin de souffler !

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Je pense qu’en plus d’avoir l’impression de vivre dans un tourbillon effréné, j’avais un grand besoin de nouveau, de rencontrer des nouvelles personnes et de faire enfin quelque chose qui me tenait à cœur et surtout avec calme. J’avais besoin de retrouver une vie saine.

IMG_2420 (717x800)

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

La décision de partir a été vite prise. J’ai démissionné, j’ai lâché mon appart, j’ai eu la chance d’avoir des amis qui m’ont ouvert les portes de leur grenier afin que j’y entasse toutes les affaires que je ne pouvais pas prendre (je suis arrivée à Rome avec 3 valises). Et je suis partie. J’ai passé d’abord quelques mois en France et puis je suis partie définitivement à Rome en Septembre. Ça a été un process très simple car je ne possède pas de biens immobiliers, je n’ai pas de famille etc…

Par contre il me fallait tout de même un point de chute à Rome. Comme je voulais apprendre la langue, je me suis inscrite dans une école d’italien pour étrangers (que je recommande énormément, elle s’appelle Scuola RomIT et les enseignants sont vraiment tops !!). Cette école proposait aussi des offres d’hébergement. J’ai loué une chambre pendant 2 semaines afin de me donner le temps de chercher un autre appart en colloc.

J’ai eu beaucoup de chance parce que la personne qui avait pris ma chambre à Londres était italienne. Je lui ai expliqué mon projet de partir à Rome et elle m’a mise en contact avec un de ces amis qui habitait à Rome. Grâce à lui j’ai trouvé mon appart actuel avec une super colocataire qui est devenue une très bonne amie et situé idéalement derrière le Colisée ! C’est exactement ce qu’il me fallait !

Mon adaptation à la vie Romaine a été très rapide. D’une part parce que je suis française et donc le choc culturel est moindre que pour un japonais par exemple, et d’autre part parce que j’y suis de façon sabbatique ainsi je ne me confronte pas à la vie réelle de tous les jours (travail, transports surbondés aux rush hour etc…). Je prends des cours d’italien, je visite la ville et je me suis aussi investie dans des activités de volontariat. J’ai aussi fait de belles rencontres ici. Je pense que comme pour tout, il faut savoir saisir toutes les occasions pour s’intégrer dans cette nouvelle vie. Comme je l’ai déjà mentionné, en prenant contact avec l’ami de celle qui a repris ma chambre à Londres, j’ai pu rencontrer pas mal de personnes et de fil en aiguille j’ai tissé ma toile. Ça prend du temps et des fois on peut être frustré que les choses ne se passent pas aussi vite que l’on voudrait mais quand on fait l’effort, on arrive forcément à ses fins. Si j’ai un conseil à donner à tous ceux qui souhaitent s’expatrier : dites oui à toutes les occasions qu’on vous propose. On vous propose un vernissage dans une nouvelle galerie d’art ? Même si vous n’êtes pas un grand fan d’art : dites OUI !!! il n’y a que comme ça que vous rencontrerez des locaux. Le tout n’est pas de rester enfermer chez soi ou de ne côtoyer que des étrangers. Mettez-vous en danger et aller vers les gens. Si vous ne connaissez personne, faites toutes les activités possibles que la ville a à vous offrir !

Qu’est ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

J’adore vivre à l’étranger parce qu’on est confronté à une autre culture, d’autres mœurs, d’autres mentalités. Cela demande une ouverture d’esprit. On apprend énormément quand on est à l’étranger et cela permet de relativiser notre vie, de moins se plaindre pour un oui ou pour un non. Ça ouvre aussi à d’autres horizons, d’autres opportunités. Une vie n’est pas linéaire, on peut avoir plusieurs vies, c’est juste une question de choix et de priorités.

Je pense que ce que j’apprécie le plus dans ma vie à l’étranger c’est que tout est possible. On peut devenir quelqu’un d’autre si on le souhaite, on peut tenter plein de choses nouvelles et si ça ne marche pas on sait que de toute façon ce pays n’est pas le nôtre et on peut revenir en France. En d’autres termes on n’a rien à perdre parce qu’on pourra toujours revenir dans notre pays natal.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Le temps !!! Nous sommes en avril et il fait déjà 25 degrés ! La cuisine aussi est excellente en Italie. J’aime aussi le fait que les italiens soient très famille et traditions. Ce sont les bases de notre vie et ils sont très attachés à ces racines qui parfois se perdent dans les villes cosmopolites telles que Londres.

Le point négatif c’est le manque d’opportunités professionnelles. L’Italie traverse une vraie crise économique et les italiens ont beaucoup de mal à trouver du travail, alors les étrangers ne parlant pas bien la langue je n’en parle même pas ! Les salaires aussi ici sont très bas. Franchement je préfère mettre en garde les personnes qui s’expatrient à Rome pensant pouvoir refaire leur vie et trouver un travail. Il faut absolument maîtriser la langue et avoir une bonne dose de persévérance ! A moins bien sûr d’être muté ici par une entreprise internationale…

IMG_2941

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

Une culture imprégnée de plus de 2000 ans d’histoire. Les monuments sont magnifiques, la langue est magnifique, la cuisine est magnifique !

  • La mentalité des locaux

Ils sont très accueillants et feront toujours l’effort de parler en anglais (ou même de parler tout court) pour aider. Ils sont très sociaux et ils aiment la communication. Ça change de l’Angleterre et même de la France.

  • Le climat

Juste génial ! (mais je n’ai jamais vécu durant Juillet et Aout où apparemment la chaleur est insupportable..)

  • La nourriture

La nourriture est excellente ! Je suis une fan de mozzarella di buffala, c’est devenue une drogue, je suis obligée d’en manger tous les jours sinon je ne me sens pas bien.

La seule chose qui me manque ici ce sont les speculos. Je les fais venir de France quand mes amis ou la famille viennent me voir. Sinon le seul reproche que je pourrais faire aux italiens c’est qu’ils ne sont pas très ouverts aux autres cultures culinaires. Il y a très peu de restaurants japonais ou chinois par exemple. Les italiens sont très fiers de leur cuisine (et on peut les comprendre) mais cela les empêche d’une certaine manière à s’ouvrir à d’autres spécialités culinaires. Par exemple, j’ai connu quelques italiens qui n’avaient jamais mangé de sushi de leur vie…

  • La santé

En arrivant en Italie, il faut absolument passer par l’Agenzia delle Entrate pour faire son code fiscal « codice fiscale ». Sans ce code on ne peut rien faire eg. Ouvrir un compte en banque, louer un appartement etc… C’est aussi nécessaire pour tout ce qui est relatif aux soins médicaux.
Lorsque l’on a le codice fiscale il faut ensuite s’enregistrer auprès d’un médecin généraliste et dès que c’est fait on peut demander une sorte de carte vitale qui s’appelle la « tessera sanitaria ». Personnellement je ne l’ai pas faite donc je ne connais que très vaguement le processus mais toutes les informations sont disponibles sur le site de l’agenzia delle entrate ou même celui de l’ambassade de France.

  • La conduite

Pas de permis à repasser si l’on est ressortissant européen. On roule du même côté qu’en France. Attention : la conduite est beaucoup plus sportive ici ! Les limitations de vitesse sont très peu respectées et il vaut mieux bien savoir gérer son créneau car les places libres sont très prisées et les italiens très impatients au volant !

Ah aussi, l’utilisation du klaxon est très répandue voire même une obligation !

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Ce qui coûte cher ce sont les loyers. Je ne comprends pas les prix si élevés de l’immobilier lorsque l’on compare avec le niveau très bas des salaires. En règle générale, les romains vivent chez leurs parents jusqu’à ce qu’ils trouvent une bonne aisance financière leur permettant de prendre leur indépendance, ou jusqu’à ce qu’ils rencontrent leur copine/copain et partent du cocon familial pour vivre en couple et donc diviser les charges en deux… Pour les autres non-romains, ils font de la colloc.

Ce qui ne coûte pas cher : la nourriture, les restos… Si on évite les attrapes touristes on peut trouver des restos tops avec des prix plus qu’abordables !

IMG_2963

Avez-vous des «habitudes» ?

Je prends maintenant mon café debout au comptoir du bar en 2 minutes. J’évite de prendre des capuccinos après 11h le matin même si j’en meure d’envie. Je parle peut être plus avec les mains maintenant.

Est-il facile de partir en weekend ?

Ouiiii, la ville et les alentours foisonnent de sites historiques à visiter ! On ne s’ennuie pas ! et c’est très facile de partir en week end dans d’autres villes italiennes en prenant le train.

Décrivez votre cadre de vie ?

C’est la dolce vita dans une ville éblouissante de beauté… Le Eat Pray Love mais qui s’arrête au Eat pour ma part :-).

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ? De travail puis une journée de weekend ?

Je vais à mes cours d’italien le matin de 9h30 à 13h, je rentre manger chez moi le midi et puis je pars l’après midi faire des visites soit de monuments, soit de musées, soit je découvre un quartier de la ville. Le soir, soit je mange avec ma colloc, soit je sors faire un apéritivo avec des amis. En fait ma journée type est une journée de week end puisque je ne travaille pas :-).

 

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui très facile, les italiens sont faciles d’approche et ma colloc m’a beaucoup intégré à son groupe d’amis et je me suis fait des amis en sortant ou via les cours d’italiens aussi.

Côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Non aucun. Juste des italiens ou quelques étrangers. C’est important de rencontrer le plus de locaux possibles car c’est comme ça que l’on apprend la langue.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui sans problème.

Connaissez-vous la langue du pays ?

J’avais pris 2 ou 3 cours d’italien avant de venir à Rome et puis j’avais fait un peu de méthode Assimil, ce qui m’a donné quelques notions mais clairement je ne savais pas parler la langue avant de prendre mes cours d’italien.

IMG_3033

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Rien. J’ai quitté la France car la mentalité des français parfois me frustre. On a accès à tellement de choses en France et les français ne s’en aperçoivent même pas. Ce qui m’énerve c’est la propension qu’on a à vouloir garder nos acquis coûte que coûte même si cela va complètement à l’encontre du bon sens et de notre compétitivité face à la globalisation. Je vous assure qu’on en fait rire plus d’un à l’étranger !

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Je suis rentrée une fois pour raison médicale. Sinon jamais (mais mon séjour à Rome n’a duré que 8 mois).

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Je reste en contact tout le temps avec tout le monde via whatsapp et skype. Mon entourage me manque oui mais je suis habituée à la distance et les méthodes de communication maintenant aident vraiment à maintenir le contact et à faire partie intégrante de la vie des autres même de l’étranger !

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Pour la retraite. Je ne me vois pas passer la retraite autre part qu’en France car cela reste mon pays natal. Et puis je ne fais confiance qu’aux médecins français …

IMG_3148

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Je me suis reposée, j’ai fait le point sur ma vie et je sais maintenant que la vie oisive dont je rêvais tant il y a un an ne me convient pas sur le long terme. J’ai besoin de travailler. Mais je sais aussi que si ma vie redevient encore trop intense, je saurai que je peux tout lâcher si besoin pour « reset the batteries » et que cela fait un bien fou !

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

D’abord, faites votre codice fiscale et ensuite osez tout ce que vous avez envie de faire. Sortez, visitez, ouvrez-vous aux autres et dites oui à toutes les occasions que l’on vous propose !

Comment vous voyez vous dans le futur ?

Aucune idée mais pas en France.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

J’ai réalisé mon rêve… Maintenant j’ai hâte de retrouver ma vie à Londres, avoir une activité professionnelle me manque.

Retrouvez Hélène sur son blog

Le blog de Hélène : https://lapausaromanacom.wordpress.com/

lapausaromana

Remerciements

Merci à Hélène d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie en Italie !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Hélène sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.