L’interview de Julien, au Brésil

CIMG2186

Julien, 25 ans, guadeloupéen d’origine, est venu s’installer au Brésil après que sa copine ai trouvé un travail là bas.

 

 

 

bresilOù est-ce ?

Il s’agit d’une vue depuis le Parc Ibiriapuera, sorte de Central Park de São Paulo, au Brésil en Amérique latine.

 

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Julien
Age : 25 ans
Situation personnelle : Pacs
Situation professionnelle : Diplômé d’Ecole de Commerce, spécialisation Management du Sport – Freelance/Recherche active
Pays et ville d’origine : Guadeloupe, Baie-Mahault
Pays et ville d’accueil : Brésil, São Paulo/São José dos Campos
Type et durée du visa : Visa d’accompagnant, 1 an
Partenaires de voyage/d’expatriation : Copine
Motif de l’expatriation : Projet commun au Brésil, ma copine est la première ayant trouvé un travail, donc je l’ai suivi pour continuer à chercher sur place.
Assurances : April Assurance
Blog : http://ogwadaboynobrasil.com/

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Julien, 25 ans, je viens de Guadeloupe, j’y ai habité jusqu’à mes 17 ans, et une fois le BAC en poche, je suis allé à Paris pour étudier. Je suis pacsé avec ma copine. A l’heure actuelle je recherche un travail dans événementiel sportif, donc mon temps libre est principalement réservé à cela. Entre la veille sur des réseaux sociaux professionnels tels LinkedIn, répondre et envoyer des emails, aller rencontrer des gens, et bien sûr les candidatures, c’est plutôt bien rempli. Je profite aussi pour voyager !

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Mon blog est http://ogwadaboynobrasil.com/. Je l’ai créé tout simplement pour donner des nouvelles à ma famille, raconter quelques anecdotes, et aussi pour pouvoir aider des personnes qui auraient le même projet que moi en leur donnant une idée de la vie au Brésil. Je n’ai vraiment pas de plan en tête pour le blog, pas de nombre minimum d’articles par mois par exemple, j’écris des articles sur des thèmes qui pour moi sont importants et qui je pense valent la peine d’être partagés. Il est déjà arrivé que le blog ne soit pas alimenté pendant plus de deux mois, donc ça dépend. Mon objectif avant tout reste de trouver du travail donc je ne souhaite pas rentrer non plus dans le jeu du blogging à raconter ma vie, et en oublier le principal.

Où vivez-vous actuellement ?

Actuellement je suis au Brésil, dans la région de São Paulo plus exactement. Je suis arrivé à la fin du mois de Mars 2013. Nous avions un projet commun avec ma copine de travailler là-bas. Etant donné que je travaille dans l’évènementiel sportif (JO de Londres par exemple) et que le Brésil va accueillir la Coupe du Monde en 2014 et les JO en 2016, je m’étais mis cela dans la tête, donc j’ai appris le portugais etc. Ma copine m’a suivi dans mon délire, et voulait un peu voir ailleurs, elle a trouvé avant moi donc on est parti ensemble. Afin que je puisse rester le temps de son visa actuel d’un an (possibilité de le prolonger), on a dû se pacser.
Ce n’est pas la première fois que je vis à l’étranger car j’avais réalisé une année à Boston en 2008/2009. Et puis, ça pourra paraître bizarre, mais en sortant de Guadeloupe et en arrivant à Paris, pendant longtemps on a quand même la sensation d’être à l’étranger tellement c’est différent. Bref, tout ça pour dire qu’être loin de ma famille est quelque chose de normal depuis 2005 que je suis parti de mon île.

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Avant mon expatriation, je vivais à Paris, je travaillais en tant que Business Developer dans le monde du sport. Une vie normale parisienne, les amis, les bars, le métro, les gens aigris, le froid, et du basket deux à trois fois par semaine.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

Je me suis expatrié pour changer un peu de vie, et sortir de mon confort. Ça faisait près de 8 ans que j’étais à Paris, et je fatiguais vraiment, j’avais envie de voir autre chose. Aussi, j’avais commencé le projet d’apprendre le portugais pour les événements au Brésil, donc je voulais aller au bout de celui-ci. Etant jeune, sans enfants, c’était maintenant ou jamais, pour ne pas avoir de regrets plus tard.

Comment s’est passé votre départ ?

Le départ s’est bien passé. J’avais lu beaucoup de blogs sur ma destination donc je pense que j’étais prêt. Par ailleurs je ne partais pas tout seul, et au début je savais que je ne partais que 3 mois car les démarches pour le visa que j’ai sont assez longues donc un petit retour à Paris était déjà prévu. C’était 3 premiers mois d’immersion, pour avoir la certitude que mon projet tenait la route et que surtout je me plaisais dans ce pays.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Les premières semaines se sont très bien déroulées. Le fait que je parle portugais m’a aidé beaucoup je pense. J’avais déjà mon logement avant d’arriver, donc ce n’était pas un problème et lorsque j’ai voulu changer, je me suis inscrit sur un site de petites annonces très connu, et en moins d’une semaine, c’était bouclé. Le lendemain de mon arrivée, je suis allé prendre un téléphone prépayé, donc c’est sûr que sans parler portugais tout cela aurait été difficile voir impossible. Ca a aidé également à rencontrer des gens. Les brésiliens sont très accueillants, mais il est sûr qu’il est plus facile de se faire des amis lorsque l’on peut communiquer. Enfin, pour tout ce qui est de ma recherche de travail, le portugais est vraiment essentiel, indispensable !

La résidence de Julien

La résidence de Julien

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Ce qui me plaît, c’est de pouvoir découvrir des choses nouvelles tous les jours, de voir que les gens sont différents de ce qu’on a en France, de parler une nouvelle langue. J’aime le fait de ne pas être chez soi, et donc d’avoir à faire les efforts, il faut se bouger, on ne peut pas rester dans son coin. Je ne pense pas qu’il y ait une chose qui ne me plaise pas, si ce n’est le fait d’être loin de la famille, mais que je sois en France ou ici, c’est la même chose, ma famille habitant en Guadeloupe. Au moins maintenant, on a plus de problème de décalage horaire.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Par rapport à la France, je dirais que les gens sont beaucoup plus heureux, plus joyeux, malgré le fait que parfois ils n’aient pas grand chose. Ca peut paraître cliché, mais c’est vraiment le cas. Au Brésil, les gens (une grande majorité en tout cas) sont vraiment accueillants, gentils. On entend souvent ça du Brésil, et on se dit que ça doit être exagéré, mais c’est la réalité. Ils aiment vraiment parler avec tout le monde, connaître la vie dans le pays de l’autre, bref au quotidien c’est très agréable et ça change de l’ambiance morose de Paris. Du côté négatif, même si cela ne me concerne pas, il y a énormément d’inégalités dans ce pays, beaucoup plus qu’en France, la violence y est notamment plus présente, même si avec un peu de bon sens je pense qu’on peut faire une vie ici sans que rien ne se passe.

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

Le Brésil est un pays immense, je pense que c’est l’une de ses principales caractéristiques, 16 fois la France c’est quand même quelque chose. Il faudrait bien plusieurs années de voyage pour dire que l’on connaît le Brésil vraiment, d’ailleurs on parle souvent DES Brésils, tant la vie dans le sud-est (São Paulo, Rio) est différente de celle des gens du nord-est (Salvador, Recife) et des gens de l’Amazonie !
Le Brésil est aussi un pays où les démarches administratives sont extrêmement lourdes ! Ça l’est déjà pour les brésiliens alors je vous laisse imaginer pour les étrangers. Comme on dit souvent avec des amis, ce n’est pas un pays pour les débutants ! Il faut avoir vraiment la conviction de vouloir être ici tant il y a des choses qui vous décourageront. Le Brésil ça se mérite !
Sinon les caractéristiques un peu plus légères sont celles que tout le monde connaît. La place de la musique dans la société, notamment la Samba, le Carnaval qui arrive très bientôt, et bien sûr l’amour pour le football qui est plus qu’une religion ! Il faut le voir pour le croire.

  • Le climat

Le climat est tropical. Il fait bon toute l’année. Etant sous l’équateur, nous sommes maintenant en plein été. Il y a un « hiver » de Juin à Août, où il arrive qu’il fasse de 10°C à 13°C mais quand on a survécu à l’Europe, ici, ça reste l’été toute l’année !

  • La mentalité des gens

Les gens sont positifs, quoi qu’il arrive. Le Brésil devient d’ailleurs un des endroits dans le monde où le plus de Startups voient le jour il me semble. Il y a un vrai dynamisme ici.  Les gens sont curieux, ils aiment savoir comment la vie est dans tel ou tel pays. Cela dépend bien sûr de la ville et de la région, mais à São Paulo, la capitale économique du pays, les gens sont quand même assez proche de ce que l’on a en Europe, en terme d’éducation, d’ouverture d’esprit, de connaissances.

  • Le logement

En arrivant j’étais passé par le site Airbnb.com, c’est un site où il est possible de louer des chambres, ou alors des appartements en entier. Ensuite je suis passé par easyquarto.com.br, c’est un site de petites annonces, où il faut payer un abonnement, vraiment pas cher, et la plupart du temps, ce sont les annonceurs qui contactent pour proposer leurs logements.

  • La nourriture

La nourriture est proche de celle que l’on mange aux Antilles, beaucoup basé sur le riz, et les haricots. Elle n’a par contre rien à voir à ce qu’on a en France. Ca reste quand même assez lourd, et il est difficile de s’y faire au début, même s’il y a quand même de la très bonne viande, notamment la picanha. Ce que je déteste le plus, et je crois que c’est vraiment la seule chose que je déteste vraiment, est un fromage qui s’appelle le « catupiry ». Je ne pourrai pas expliquer ce que c’est exactement, mais je crois que n’importe quel français vous dira la même chose.
Il n’y a rien de particulier qui me manque en France. Ce qui me manque c’est de s’asseoir dans n’importe quel bistrot à Paris, et d’être sûr de bien manger, et de trouver de la nourriture de qualité. Depuis que je suis ici, je suis convaincu que la cuisine française est la meilleure du monde, sans aucun doute !

  • La conduite

On roule du même côté qu’en France, à droite. En ce qui me concerne, je conduis quelque fois avec mon permis français. C’est suffisant pour louer des voitures. Cependant une fois que l’on achète une voiture, il faut repasser le permis brésilien, qui est une épreuve un peu similaire au Code. Sinon les brésiliens sont très nerveux sur la conduite, et au début on trouve cela un peu bizarre de se faire coller, mais on réalise vite que c’est comme ça qu’ils conduisent ! Ils dépassent sans visibilité, ils conduisent très vite, franchement je n’ai jamais vu ça.

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Je pense que la nourriture est moins chère. Il est d’ailleurs possible de manger le midi pour 15reais (5 euros) avec une assiette bien remplie. En France, ce n’est juste pas possible. Les logements à São Paulo sont chers, je ne vois pas de différence avec les prix appliqués à Paris. Par exemple en arrivant, je pays 500 € simplement pour une chambre, car l’appartement était situé à côté de l’Avenida Paulista, artère principale de la ville. Le prix des voitures est excessivement cher également ! C’est une caractéristique du Brésil. Je n’ai pas de chiffres en tête, mais on va dire qu’ici en achetant une Peugeot 206 on a l’impression d’acheter une Audi en France !

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Rien ne me dérange particulièrement car j’ai toujours l’impression de juger, et je pense que c’est moi qui doit m’adapter. Mais c’est sûr qu’il y a de nombreuses différences, les brésiliens que l’on rencontre tous les jours n’ont pas la même rigueur que l’on connaît et exige en Europe. Il y a aussi ce phénomène Tudo bem, où rien n’est jamais grave et donc on ne se plaint jamais même si parfois cela le mérite. Il faut quand même avouer que ça a des bons côtés, d’ailleurs c’est assez contagieux, et on adopte la Tudo Bem attitude assez facilement.

Est-il facile de partir en weekend ?

Il est très facile de partir en weekend. Le réseau de bus national est vraiment très développé. Le Brésil fait 16 fois la France, donc des lieux à visiter, ce n’est pas ce qui manque. Il y en a pour tous les goûts, plage, forêts, aventure, farniente, il suffit de choisir. J’ai déjà d’ailleurs pas mal voyagé, Rio bien sûr, beaucoup de villes du littoral de la Costa Verde (littoral entre São Paulo et Rio), Florianópolis, Búzios, Brasília, Alto Paraíso.

Décrivez votre cadre de vie ?

On vit dans un cadre très agréable, dans un appartement où facilement 8 personnes pourraient dormir. L’immeuble fait partie d’un « condominio » avec piscine, salles de sport, salles de fête, etc.

La résidence de Julien

La résidence de Julien

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

L’intégration a été assez facile dans la mesure où je parlais déjà portugais, et que je passe pour un brésilien, jusqu’à ce que j’ouvre ma bouche. Il y a également beaucoup de français plutôt jeunes au Brésil donc ça aide, et ça permet de rencontrer des brésiliens également, en plus du travail de ma copine.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Au Brésil, rencontrer des gens est vraiment facile tant les personnes parlent beaucoup et sont avenantes. Ensuite, s’en faire des amis, c’est une autre histoire. En France, on est plus froid et distant au début, et ensuite s’il y a des affinités on devient amical. Ici, on a l’impression qu’on parle à un ami de longue date dès le début, mais ça ne veut souvent rien dire. Mais, je me suis quand même fait des amis, que j’avais rencontrés d’ailleurs dans les premières semaines de mon arrivée.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Oui assez souvent quand même. Entre les collègues de ma copine, et puis les amis des amis, ça va assez vite.

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Je pense au contraire que le fait de vivre au Brésil va me faire être moins clément avec toutes les mauvaises habitudes que l’on a en France, c’est à dire se plaindre tout le temps, ce côté arrogant et distant que chaque nouvelle personne rencontrée peut avoir aussi.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Avec ma famille on discute souvent par Skype, je dirais une fois toutes les deux semaines, ça dépend. Sinon avec les amis, on reste en contact via WhatsApp, et tous les autres réseaux sociaux. C’est clair que si la famille et les amis pouvaient être là, ça serait génial, mais pour moi la vie c’est comme ça, chacun fait ses choix.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ? Pourquoi ?

J’espère ne pas avoir à retourner vivre à Paris mis à part si j’ai une très bonne offre qui me plaît vraiment. Ce n’est pas que je déteste la ville mais juste que beaucoup de petites choses me fatiguent comme l’ambiance morose qui y règne.
Sinon, je souhaite retourner vivre en Guadeloupe dès que j’aurai pris assez d’expériences, et voyagé assez.

La résidence de Julien

La résidence de Julien

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Je pense que j’ai évolué car vu ma situation en étant en recherche d’emploi, il faut vraiment se bouger, et je ne peux pas me permettre de me reposer sur mes lauriers, il me faut être vraiment pro actif. Ensuite, en habitant au Brésil, il faut absolument devenir plus tolérant, et patient, car ici tout prend du temps. On se rend compte qu’on a changé lorsque des amis ou de la famille de France viennent nous voir.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Etre vraiment sûr de son choix, se renseigner bien sur son pays d’expatriation et une fois arrivé, PROFITER !

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Dans 5 ans, soit toujours au Brésil, ça voudrait dire que j’aurais trouvé un travail ici, et qu’on s’y plaît bien. Ou alors dans un autre pays, USA, Canada, pourquoi pas ? Tout est possible. Jamais je n’aurai imaginé, il y a 2 ans être au Brésil aujourd’hui alors dans 5 ans, je n’en ai aucune idée.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Je rêverais vraiment de pouvoir vivre chez moi en Guadeloupe. Et quand je dis y vivre, c’est à dire pouvoir exercer mon métier là-bas. Je crois que si j’ai un rêve ça serait celui-là.

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Même réponse. Chez moi en Guadeloupe. ?

Retrouvez Julien sur son blog

Le blog de Julien : http://ogwadaboynobrasil.com/

ogwadaboynobrasil

Remerciements

Merci à Julien d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie brésilienne !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Julien sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Il se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.