L’interview de Pomdepin, en Angleterre

photo

Pomdepin est originaire des landes et vit depuis 17 ans à l’étranger : d’abord en Irlande et depuis 7 ans en Angleterre. Elle enseigne dans une école pour enfants bilingues et s’occupe de son mari et de leur 5 enfants !

 

 

 

 

 

Où est-ce ?

angleterre

Cette photo est une photo de Colester, en Angleterre (Europe). Que des vieilles pierres, Colchester est officiellement la plus vieille ville d’Angleterre!

La photo ci-dessus représente Colchester Castle, dans Castle park, une forteresse normande battit sur les fondations d’un temple romain.

 

Découvrez son interview

Présentez-vous

Présentez-vous

Sur la blogosphère, je m’appelle Pomdepin, et je tiens à mon quasi anonymat. Je suis originaire des Landes, dans le Sud ouest, et je suis partie en Irlande il y a 17 ans avec futur Marichéri. Nous sommes aujourd’hui installés en Angleterre avec nos 5 enfants, tous nés à l’étranger. J’enseigne dans une école pour enfants bilingues et je m’occupe de la tribu…temps libre? Euh…c’est quoi ça déjà?

Vous et les blogs/sites

Mon blog s’appelle Pomdepin in Wonderland, on peut le trouver à pomdepin.wordpress.com
Sans prétention, l’idée m’a été inspirée par…Boris Johnson, l’excentrique maire de Londres, qui a déclaré vouloir accueillir plein de français. Je me suis dit que mon expérience pouvait aider ceux qui souhaitent tenter l’aventure, loin des clichés sur la Grande Bretagne.

Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivions dans une ville moyenne, très campagnarde encore, et tout près de la mer. Mais à moins d’une heure de Londres, dans le nord de l’Essex. C’est la troisième destination pour moi, la deuxième en famille. Je suis partie un an au Mexique, pour finir mes études. Mon stage ne devait  durer que 4 mois mais je m’y suis plue. Repassée par la France quelques mois, juste le temps de rencontrer Marichéri, et je refaisais les valises pour Dublin. Il s’agissait d’une mutation professionnelle pour nous deux. Comme beaucoup, la société où nous travaillions a choisi de délocaliser ses activité en Irlande, vues les taxes très avantageuses à l’époque,  nous avons suivi avec joie, surtout que je n’y étais que depuis 4 mois. Après 10 ans très agréables, mais pluvieux nous avons refait les cartons pour l’Angleterre, où nous sommes installés depuis 7 ans.

Où viviez vous en France

Ma vie avant, c’était une vie d’étudiante, de Bayonne pour la prépa, jusqu’au Nord pour l’école de commerce…et donc 4 petits mois à bosser à Paris, entre deux voyages. je n’ai pas l’impression d’avoir eu une vie d’adulte responsable en France. Je n’ai jamais rempli de déclaration d’impôt, je n’ai pas connu la carte vitale…il doit y avoir d’autres choses comme ça, qui font le quotidien en France et dont je n’ai aucune idée. Se marier, accoucher, acheter une voiture, une maison, la scolarité des enfants …je ne sais pas comment cela se passe en France!

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié

J’ai fait commerce international, c’est une volonté délibérée, j’ai toujours voulu partir, depuis toute petite. A 10 ans, je voulais vivre au Pérou parce que le nom me plaisait, je ne savais pas ce que signifiaient niveau de vie ou fiscalité!

La tour du Town Hall vue depuis Trinity Church

La tour du Town Hall vue depuis Trinity Church

Votre vie à l’étranger

Qu’est ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plait moins ?

L’Angleterre est un pays merveilleux, parfois la météo laisse à désirer, mais sinon, tout me plait! J’adore le british Way of Life, le pragmatisme et l’humour britannique.

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Pas facile de comparer pour moi, je me sens plus anglaise que française.

Quel est le climat ?

C’est un peu caricatural , mais bon, c’est vrai…c’est parfois très humide! Cela dit, on a eu presque un mois de canicule cet été! ( canicule anglaise, faut pas pousser non plus, entre 35 et 40 degrés)

Au niveau de la nourriture ?

J’adore les scones, les muffins, les cheese cakes….bref tout ce qui va avec un afternoon tea, alors que je déteste le thé. (c’est un problème ici!). Comme tous les expats, je fais des fixations sur les produits français bien typique, du cassoulet au carambars, du fromage basque au sables breton. Mais je me soigne!

Au niveau de la scolarisation ?

Essayons de faire bref: l’école est obligatoire à partir de 4 ans révolus. Il n’y a pas de maternelle, mais les enfants rentrent en primaire directement et donc les petits anglais lisent dès 5 ans. L’école commence à 9 heures, et finit à 3h, 5 jours par semaines. Les horaires en secondaires sont d’une demi heure plus long seulement. Le primaire dure 7 ans, ils finissent donc un an après les français. Les secondary schools, l’équivalent du collège, durent 5 ans, et se terminent par un examen le GCSE, passé par matières, et dans toutes les matières. Les résultats déterminent ceux que les ados peuvent faire ensuite: le 6th form, un peu comme le lycée, oû ils n’étudient que 3 matières, pour préparer l’université (on peut aller jusqu’à 5 pour les enfants très doués, mais pas plus), l’Institute, pour les formations techniques et manuelles, ou l’apprentissage.
Mes enfants sont bilingues de naissance, ils vont dans une école pour francophones le samedi matin, où ils apprennent aussi à lire et écrire en français.

Au niveau des vacances ?

Pour les adultes, c’est 5 semaines, pour les enfants, une semaine pour Hallowe’en, 2 à Noël, une en février, 2 à Pâques, une fin mai, et 6 semaines de vacances d’été, qui commencent fin juillet.

Au niveau de la santé ?

Nous avons la joie et le bonheur d’avoir un National Health Service, le célèbre NHS. En gros, tout le secteur de la santé, du petit médecin de campagne jusqu’au plus grand hôpital est fonctionnarisé. Tout est donc gratuit, mais ça coûte une fortune à l’état, et il y a beaucoup de problème, surtout au niveau hospitalier, pour gérer ce monstre administratif. Pour consulter un spécialiste, il,fait obligatoirement passer par son généraliste, qui prend le rendez vous lui même.
On peut aussi passer par des consultants privés et beaucoup de gens ont des assurances santé.

Au niveau de la conduite ?

Pas besoin de repasser le permis, mais il faut faire attention à ne pas se tromper de côté! On conduit a gauche, c’est perturbant surtout dans les ronds points, et pour les priorités à gauche.

Y’a-t-il de la censure ?

Au contraire, la presse et les médias ne général sont très indépendants et très critiques, dans le bon sens. On a bien sur les tabloïds à sensations, mais aussi de très bons journalistes, sans complaisance avec les politiques et qui font un travail formidable.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Cette manie de boire du thé, et de ne pas avoir de café potable! Je plaisante…franchement, je ne vois pas. Les repas peut être: par exemple, les enfants mangent un repas en rentrant de l’école, à 3 heures et se bourrent ensuite de cochonneries jusqu’à l’heure du coucher.

Avez-vous des «habitudes» ? Prises des habitudes locales ? Ou au contraire gardé des habitudes françaises ?

On a gardé les goûters à la française, et de manière générale l’organisation des repas. Mais on mange anglais!

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

On est à moins d’une heure de Londres, et on a la plage à côté. On a aussi un aéroport à 45 minutes, l’autoroute juste à côté, bref, le monde est à portée de main. Et la campagne anglaise est magnifique, entre les ruines romaines, les manoirs tudors, les tombes saxonnes, mais aussi les jardins anglais, les villages typiques avec leur fêtes  et leurs marchés…les week end sont occupés.

Décrivez votre cadre de vie ?

Colchester était la première capitale des Romains en Angleterre, la ville baigne dans l’histoire et les traditions. Voir les quelques photos plus bas.

Trinity Chuch, église saxonne du début du 11 siècle

Trinity Chuch, église saxonne du début du 11 siècle

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

En venant d’Irlande, pas de problème de langue, et l’adaptation est très facile.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Avec ma ribambelle d’enfants, j’ai très vite rencontré d’autres mamans, à l’école et dans les mother and toddler group. J’avais l’avantage de savoir où aller, puisque cela ressemble beaucoup à l’Irlande. Et à Dublin, les gens sont adorables et très sympathiques, mes voisines se sont chargées  de m’entraîner dans les coffee mornings et les mother and toddler group. Les anglais sont plus réservés, mais les amitiés sont peut être plus profondes.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Il y a une importante communauté d’expats francophones.  Avec 3 amies françaises, nous avons monté notre école du samedi matin, il y a quelques années et nous accueillons maintenant 70 familles.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui !

Connaissez-vous la langue du pays ?

Quand j’ai débarqué en Irlande, mon anglais était très scolaire, pour ne pas dire très limite, surtout que j’ai fait espagnol première langue! J’ai profiter de mon congé maternité pour passer des heures devant la télé locale, avec les sous titres ne anglais aussi. Ça m’a beaucoup aidé. J’ai toujours un accent français, et des expressions irlandaises qui font beaucoup rire mes amies anglaises.

Votre lien avec la France

Face à quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

L’obsession gastronomique!

A quelle fréquence rentrez vous en France ?

C’est inégal, une fois par an, parfois 2, mais il nous est arrive de ne pas y aller pendant plus de 4 ans.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

On Skype beaucoup, et la famille vient nous voir très régulièrement.

Avez vous prévu de revenir vivre en France un jour ?

Non, notre vie est ici, et nos enfants ne sont pas vraiment français.

Et pour finir…

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Je ne sais pas différencier ce qui est du à l’expatriation et ce qui est le résultat de la vie, faire des enfants, mûrir…je suis partie depuis trop longtemps!

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Tentez l’aventure, ne vous fiez ni aux préjugés ni aux récits de touristes: vivre dans un pays n’est pas la même chose qu’y aller en vacances. Préparez vous bien à l’avance, et restez ouverts.

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Probablement toujours en Angleterre, même si nous ne sommes pas contre de tenter un autre pays.

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

Les enfants seront tous grands, donc j’espère bien qu’on voyagera beaucoup.

Comment préparez vous votre retraite ?

Par capitalisation.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Un endroit chaud et ensoleillé!

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Aucune idée ! Un endroit où ya du soleil !!

Retrouvez Pomdepin sur son blog

Le blog de Pomdepin : http://pomdepin.wordpress.com/

blog

Un an plus tard

Que devient Pomdepin ? Est-elle toujours en Angleterre ? Découvrez-le vite dans sa nouvelle interview :

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Pomdepin d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous ses magnifiques photos et sa façon de vivre en Angleterre !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Pomdepin sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.