L’interview de Lucas, en Nouvelle-Zélande

IMG_3709

Lucas, 25 ans, a décidé de prendre du bon temps et voyage en Nouvelle-Zélande depuis plusieurs mois après avoir passé deux ans en Nouvelle Calédonie.

 

 

nouvelle-zelande

Où est-ce ?

Cette photo est une photo de Ohakune, en Nouvelle-Zélande (Océanie).

La photo ci-dessus représente le village de Ohakune dans le Tongariro Park, c’est le village qui borde la plus haute montagne de l’ile du nord, dans un parc avec quelques sommet enneigés..

 

Découvrez son interview

Présentez-vous

Présentez-vous

Alors moi c’est Lucas, j’ai 25 ans, je suis né en Alsace dans un petit village de campagne, j’ai fait mes études à Strasbourg pendant 3 ans. Actuellement célibataire et sans enfant, je suis sans emploi pour profiter à fond de mon voyage, mais je vais sûrement trouver des petit jobs à droite à gauche pour ne pas trop dépenser non plus. Pour l’instant mon temps libre je le passe à rencontrer des gens, découvrir de nouveaux paysages, rédiger des articles sur mon blog, je prends du bon temps comme on dit.

Vous et les blogs/sites

Alors mon blog se situe ici : www.skyzofou.fr, c’est un vieux blog que j’ai retransformé pour mon nouveau voyage. Je le mets à jour surtout pour tenir informé ma famille et mes amis de mes aventures et mes mésaventures. Car en voyage, on ne peut pas envoyer des mails à tout le monde, alors du coup je laisse une trace sur internet et tout le monde peut savoir ce que je fais, où je suis…etc. Je trouve le concept plus convivial, si quelqu’un veut savoir si je vais bien, il n’a qu’une adresse à taper.

Où vivez-vous actuellement ?

Pour l’instant je vis en Nouvelle-Zélande, je n’ai pas d’adresse fixe à proprement parler. J’ai vécu 2 ans et demi en Nouvelle-Calédonie, qui est juste à coté. J’ai voulu changer d’air et continuer à voyager, tout en apprenant l’anglais et en rencontrant des gens du monde entier. J’ai un visa valable pour un an, mais je pense que je vais rester un peu plus, si j’arrive à trouver une entreprise qui me sponsorise pour me faire un visa de travail, ce qui devrait être faisable dans mon domaine (je suis développeur web).

Où viviez vous en France

Avant de partir à l’étranger je vivais à Strasbourg, j’avais une colocation dans le centre-ville et la vie étudiante m’amusait beaucoup. Mais quand est venu le moment de rentrer la vie active, ça se complique un peu plus. Après plusieurs entretiens sans succès dans mon domaine, en voyant que sans réelle expérience professionnelle c’était très compliqué (l’apprentissage c’est bien, mais ça ne fait pas le poids face à la concurrence), je me suis dit que c’était maintenant ou jamais, du coup j’ai motivé des amis à moi et nous sommes partis, ils étaient dans une situation similaire à la mienne. Après avoir un peu bourlingué en Europe, on s’est dit qu’il fallait viser plus loin ! Donc on a fait l’autre bout de la Terre, en toute logique.

Sur la route de la péninsule de Coromandel, il y a plein d'endroit ou s'arrêter pour faire une pause sur la route, la photo en fait partie.

Sur la route de la péninsule de Coromandel, il y a plein d’endroit ou s’arrêter pour faire une pause sur la route, la photo en fait partie.

Votre vie à l’étranger

Qu’est ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plait moins ?

Ce qui me plait le plus dans la vie à l’étranger, c’est la liberté, on ne se rend pas compte à quel point on est dans un système fermé en vivant en France (ou dans d’autres pays du « Nord »), la vie est tellement tournée vers le boulot / métro / dodo que les gens n’imaginent même pas une autre possibilité. Partir à l’aventure sans assurance révèle de la folie, mais en même temps de l’admiration, et pour certains c’est de la chance (ce qui est plutôt frustrant, car le voyage nécessite des concessions). Les concessions à proprement parler, c’est la vie familiale et les amis avec qui on a grandi et on a gardé le contact, qui continuent de vivre de leur coté et pour qui tu n’es plus là, un peu quand même, mais très très loin.

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

En Nouvelle-Zélande, pour faire la comparaison avec la France, je trouve que les gens sont plus humains, plus naturels. Certes l’île est moins peuplée que la France, mais la générosité et l’hospitalité des gens est déconcertante, je ne pense pas qu’un jour en France un inconnu rencontré dans un bar m’invite et m’héberge chez lui en échange de quelques discutions et de partage de culture. Bien sûr que cela doit exister chez nous, mais c’est tellement infime, je trouve les gens tellement plus individualistes en France, mais ça on ne peut le reprocher à personne.

Quel est le climat ?

Plutôt doux pour l’instant, mais cela dépend de l’endroit où on se place, entre le nord et le sud il y a une différence assez remarquable, un peu comme le Nord et le Sud de la France en fait. Le temps change très vite ici, le matin il peut faire un temps radieux et l’après midi les vents ramèneront des nuages de pluie. C’est normal ici.

Au niveau du logement ?

Je n’ai pas encore commencé les recherches d’appartement à proprement parler, mais le système anglo-saxon diffère un tant soit peu du français, ici, le loyer est payable à la semaine, tout comme la perception du salaire, qui est hebdomadaire. Les deux systèmes ont des avantages et des inconvénients, je trouve celui de la Nouvelle-Zélande plus libertaire, et cela me convient plus.

Au niveau de la nourriture ?

Ah ça par contre, la nourriture, c’est une autre histoire. On ne se rend compte du bon niveau gastronomique français qu’une fois qu’on a quitté le pays. Déjà sur les îles, les produits laitiers et tout ce qui touche de près ou de loin au chocolat, ce n’est pas le même tarif. Ça c’est pour le coté qui me manque, après je dis pas, les fruits frais et exotiques ce n’est pas le même goût qu’en métropole. Mais du coup on apprécie plus les bonne choses je trouve, et plusieurs expatriés m’ont déjà fait la même remarque.

Au niveau de la scolarisation ?

En Nouvelle-Calédonie j’avais 5 semaines, comme en France. Ici je ne sais pas encore.

Au niveau des vacances ?

Ayant fini mes études et n’ayant pas d’enfants je ne peux pas répondre.

Au niveau de la santé ?

Je n’ai pas encore testé en Nouvelle-Zélande, mais on m’a dit par exemple qu’une consultation était beaucoup moins chère pour les locaux que pour les expatriés, mais je n’ai pas pu vérifier, et le système fait tout pour vous garder ou faire des tests pas forcément nécessaires juste pour alourdir la note de frais, le coté santé commercial me rebute un peu mais pour l’instant je touche du bois. J’ai pris une assurance voyage privée quand même, au cas où.

Au niveau de la conduite ?

Alors pas besoin de repasser de permis, il suffit d’avoir le permis international PLUS le permis français avec soi, et on roule à gauche, avec le volant à droite, et tout inversé d’ailleurs, du sens du rond point jusqu’aux commandes du volant, un peu déroutant au début mais on s’y fait plutôt vite. Et le civisme sur la route est carrément au top, à part pour le rapport de force entre piéton et voiture qui est plutôt du côté des automobiles.

Y’a-t-il de la censure ?

Question un peu piège puisque c’est assez difficile à juger, mais je pense que de ce coté là le pays est plutôt bien classé, il est d’ailleurs le premier au niveau du classement freedom in the world 2007, libre, classé N°1 en politique et libertés d’expressions (à voir sur wikipédia).

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Pour l’instant il n’y a rien qui me dérange chez les gens, je rencontre beaucoup de voyageurs très ouverts, et même les locaux sont très accueillants.

Avez-vous des «habitudes» ? Prises des habitudes locales ? Ou au contraire gardé des habitudes françaises ?

Non rien de ce côté là, en tout cas personne ne m’a fait de remarque là-dessus.

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

Oui il existe plusieurs moyen de transport, entre le réseau de bus assez étendu, le train, ou encore le covoiturage qui est très présent ici, et les activités sont tout aussi variées, la plage, la montagne, les balades en forêt, les activités en ville.

Décrivez votre cadre de vie ?

Mon cadre de vie change assez régulièrement, j’aime bien le changement et la Nouvelle-Zélande offre une variété de paysage totalement différents, les plages de sables blancs, les montagnes enneigées, et même rien que la route avec les grandes étendues d’herbe et les moutons.

Racontez-nous une anecdote

Heu, la première qui me vient à l’esprit c’était dans le centre ville d’Auckland, j’avais rien mangé à midi et je suis allé me prendre un hot dog dans une enseigne chilienne, j’ai tapé un peu la discussion et quand je lui ai dit que j’étais Français il m’a dit qu’il adorait les « Coruscent », un peu comme la planète dans Star Wars, après quelques galères il a dû me montrer une photos sur son téléphone, qui représentait en fait un « croissant ». Ça m’a marqué parce que c’est vraiment à ce moment que j’ai pris conscience de l’accent de la langue française.

Racontez-nous une journée typique

Je n’ai malheureusement pas de journée typique, je vais faire une semaine de boulot par ci par là, et je reprends la route ou bien je passe quelques jours dans une famille d’accueil. Les journées typiques arriveront quand j’aurai fini mon trip et que j’irai m’installer en ville.

Cathedral Cove, c'est une plage sur la péninsule de Coromandel, avec de beaux rochers blanc et du sable fin, la plage a servi au tournage du premier "monde de Narnia".

Cathedral Cove, c’est une plage sur la péninsule de Coromandel, avec de beaux rochers blanc et du sable fin, la plage a servi au tournage du premier “monde de Narnia”.

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui très facile, c’est un pays où il y a beaucoup de voyageurs et les gens sont très contents de partager leur culture, les locaux comme les expatriés, on peut se retrouver en plein supermarché a parler de tout et de rien avec un inconnu pendant plusieurs minutes juste parce qu’il a remarqué ton accent français.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Pour les gens du pays oui, ils sont très ouverts et n’hésitent pas à aider dès qu’on est perdu en ville avec une carte en main. Pour les amis c’est un peu différent, tout dépend de ce qu’on entend par amis, les connaissances rencontrées à droite à gauche et qu’on recroise dans une autre ville quelques centaines de kilomètres plus loin, c’est un peu des amis, du coup on partage nos expériences dans le pays. Je pense que je me ferai vraiment des amis lorsque je serai installé.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Oui, ce n’est pas tous les jours mais qu’on entend parler français on se permet de tendre l’oreille et d’entamer une discussion, avec souvent un petit rictus du genre : « Ah vous êtes français » qui veut en fait dire cool on va pouvoir parler la même langue.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Pour l’instant oui, la Nouvelle-Zélande est vraiment le pays du voyageur !

Connaissez-vous la langue du pays ?

A part mes cours d’anglais je n’ai pas pris de cours supplémentaires, dans mon domaine (l’informatique) on est souvent confronté à l’anglais ce qui m’avait donné une marge de manœuvre pour bien commencer mon intégration. Après la langue Maoris je ne pense pas que j’irai en prendre des cours, c’est la deuxième langue officielle du pays.

Votre lien avec la France

Face à quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Hum, je pense le fait de manger pas aussi bien qu’en France, mais on s’y fait vite.

A quelle fréquence rentrez vous en France ?

Depuis que j’ai commencé à voyager, environ une fois tous les 1 an et demi, c’est que le billet d’avion coûte quand même un bras.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

J’ai des amis qui m’écrivent des mails, mais sinon les médias d’internet aujourd’hui permettent de connaitre relativement facilement la vie des gens et leur humeur, je skype de temps en temps ma famille et mes amis les plus proches, quand je pense à l’allumer. Et bien sûr que les proches manquent, mais je sais que le voyage n’est que pour un moment et que je prendrai le temps de rattraper le retard avec tout le monde.

Avez vous prévu de revenir vivre en France un jour ?

Oui je pense qu’à un moment je vais décider d’arrêter de voyager, simplement parce qu’on ne se sent chez soi que là où on a grandi (après c’est mon point de vue). Même en louant ou achetant une maison, on sait qu’on n’est en quelque sorte pas chez soi. Et je pense qu’à un moment j’aurai envie de me poser et de me reposer dans un lieu que je pense être chez moi. La France quoi.

Et pour finir…

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Alors oui complètement. Le fait de vivre à l’étranger change radicalement la mentalité, lorsqu’on vit hors de son pays natal, on aperçoit certaines choses qu’on n’aurait pas imaginé si on y était resté. C’est en rencontrant d’autres cultures, en voyageant dans d’autres pays qu’on peut faire le pour et le contre de certaines pratiques, de certains systèmes mis en place par les pays occidentaux. Donc du coup la mentalité évolue, on prend plus de distance sur les choses qui nous arrivent, on est plus serein, moins stressé par la vie que nous offrent les systèmes européens, on connaît « autre chose ». Un peu comme la phrase : « Un autre monde est possible ».

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Foncez ! La moindre envie de voyager, la moindre étincelle du changement d’air, il faut prendre le devant, l’expatriation n’est pas une chance, c’est un choix. Et ce n’est pour la plupart que bénéfique.

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Dans 5 ans je pense que je serai encore en train de vadrouiller, je me verrais bien en train de faire le tour du Vietnam sur une moto. Ouais ça me parait plutôt sympa.

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

Ah par contre 20 ans je pense que j’aurais commencé à me poser des questions, je pense que je serai en France, j’espère monter quelque chose dans mon domaine pour subvenir à mes besoins. Ça me parait pas trop mal.

Comment préparez vous votre retraite ?

Pfiou la retraite, j’en ai horreur de ce mot. J’ai un peu cotisé quand je travaillais en Nouvelle-Calédonie, mais pour le reste je ne m’en soucie guère, la retraite ça me fait penser à moi en chaise roulante tournant autour de mon potager et mourant dans mon lit. Je pense que le fait de se préparer à la retraite nous coupe certaines ambitions, on se dit aller je prends un boulot pendant 40 ans et après je fais ma vie. Alors que si cela se trouve dans 30 ans le système ne tiendra même plus en place et il nous restera que les yeux pour pleurer. Je préfère me motiver à bosser pour moi-même, épargner ou investir, tout en continuant à travailler le plus tard possible.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Pour l’instant je pencherais vers une île du Pacifique, au calme, loin de tout le brouhaha des villes. Mais dans la vie on ne fait pas toujours ce qu’on veut.

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Je ne veux pas être à la retraite, mais bon si un jour je change d’avis (ce qui est probable), ça sera surement en France !

Retrouvez Lucas sur son blog

Le blog de Lucas : http://www.skyzofou.fr/

skyzofou

Remerciements

Merci à Lucas d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous ses magnifiques photos et ses points de vue !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Lucas sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Il se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.