L’interview de Dominique à Mayotte

VLUU L200  / Samsung L200

Dominique et sa tribu vivent à Mayotte depuis 4 ans dans le cadre d’une mutation professionnelle.

 

 

 

 

mayotteOù est-ce ?

Il s’agit d’un petit village du sud visible de la colline lors d’une balade (village de Bambo probablement).

 

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Dominique
Age : 45 ans
Situation personnelle : Marié avec enfants
Situation professionnelle : Enseignant
Pays et ville d’origine : France / Castelnaudary
Pays et ville d’accueil : Mayotte / Dembéni
Type de visa : Pas de visa (DOM)
Motif de l’expatriation : Demande de mutation professionnelle
Bloghttp://lesaventuresdelatribu.over-blog.com/

Qui êtes-vous ?

Je suis Dominique, j’ai 45 ans, je suis enseignant depuis 6 ans. Avant cela j’ai travaillé dans l’industrie pendant 12 ans. J’ai commencé à enseigner en Isère. C’est la quatrième année que nous sommes à Mayotte.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

http://lesaventuresdelatribu.over-blog.com/
J’ai débuté ce blog quelques semaines avant notre départ en juillet 2010. Il a vocation à laisser une modeste trace pour nous, nos familles et nos amis et éventuellement ceux qui projettent, comme nous, de quitter temporairement la métropole pour découvrir d’autres terres.

Où vivez-vous actuellement ?

Nous sommes partis dans le cadre d’une demande de mutation professionnelle. La durée initiale du séjour est de 2 ans, renouvelable une fois. C’est la première fois que nous vivons hors métropole. C’est un peu un test (positif en l’occurrence). Petit à petit se dessine le souhait de partir à nouveau, et pourquoi pas à l’étranger.

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Notre « vie d’avant » était classique et modeste à la fois. Nous vivions près du Vercors dans une maison de location en milieu rural. Les activités du week-end étaient ponctuées par des sorties rando en été, et sorties raquettes, ski de fond en hiver. L’arrivée de nos 4 enfants ne nous laissait peu de place pour des voyages hors de France. Nos vacances se concentraient sur la découverte de régions françaises en camping ou en gîtes.

plage de Moya (sur Petite Terre) visible à partir du cratère du lac Ziani. Une des plages où les tortues viennent pondre.

plage de Moya (sur Petite Terre) visible à partir du cratère du lac Ziani. Une des plages où les tortues viennent pondre.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

Nous avons décidé, en famille et après un vote à la majorité, de demander cette mutation pour découvrir d’autres lieux, cultures et gens, aidés en cela par des conditions financières de mutation  favorables.

Comment s’est passé votre départ ?

Beaucoup d’infos sont déjà disponibles sur le net pour ce genre de démarche. Nous avons décidé de partir avec de quoi nous installer sur place en arrivant, soit un container de 30m3 y compris notre vieille voiture. Le reste des affaires étant entreposé chez quelques amis de bonne volonté et dans un garde-meuble. Nous n’avons pas eu de surprises particulières. Le container est arrivé comme prévu. Pour la partie administrative, nous avons réalisé un tableau (du type : reste à faire, par qui, quand, …), histoire de lister les opérations.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Nous avions trouvé, de métropole, un logement temporaire d’accueil, laissant ainsi le temps de chercher notre logement définitif. Ce fut l’immersion par la noyade puisque nous avons logé dans une maison de village avec les avantages et les inconvénients d’un village.

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Ce qui me plait le plus c’est principalement le rapport au temps. La vie est moins speed et dans un environnement très agréable fait de plages, de lagons et d’eaux chaudes de l’océan indien.

îlots Choizil (au nord de l’île)

îlots Choizil (au nord de l’île)

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

  • La mentalité des locaux

Population musulmane à 98%. Forte pression sociale, relation à la famille et à l’enfant très différente.

  • Le climat

Saison sèche de mai à octobre, du vent et peu ou pas de pluie
Saison humide de novembre à avril : taux d’humidité très important, pluies régulières, peu ou pas de vent.

  • Le logement

Nous avons recherché avant notre départ via le journal d’annonces locales dispo sur le net. Avons pré-réservé avant notre arrivée puis choisi sur place 2 jours après notre arrivée.

  • La nourriture

Nourriture moins variée qu’en métropole et plus chère. Grande variété de fruits et manioc, fruit à pain, jaque. Ce qui manque le plus les vrais bon fromages et charcuterie du sud de la France.

  • La scolarité

Même système scolaire qu’en métropole. Seul changement notable en primaire. L’effectif est important et le nombre de salles de classe insuffisant, les enfants travaillent soit le matin soit l’après-midi. Le niveau général étant plus faible, il est souhaitable de bien soutenir la scolarité des enfants par un travail à la maison et calqué sur la métropole.

  • La santé

Même système de santé qu’en métropole.

  • Les vacances

Mêmes vacances qu’en métropole au total mais réparties un peu différemment (1 mois à Noël et 6 semaines en « été »).

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Ce qui coûte cher : les produits de consommation, le logement.
Ce qui coûte moins cher : le poisson acheté directement aux pêcheurs.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

La position de l’enfant dans la famille : famille souvent nombreuse, il est rapidement confronté à l’autonomie (même s’il y a des exceptions).
Autre sujet localement d’importance : l’île de Mayotte fait partie intégrante géographiquement et culturellement de l’archipel des Comores. Elle a été unilatéralement rattachée à la France, en plusieurs étapes à partir des années 70. L’instauration d’un visa (en 95) pour circuler entre les autres îles et Mayotte a fortement compliqué la vie des comoriens. Il s’est donc installé petit à petit une « distinction » entre comoriens de Mayotte et comoriens des autres îles (Anjouan, Grande Comore et Mohéli). Beaucoup de personnes viennent, au péril de leurs vies et de façon clandestine, chercher une vie meilleure ici, augmentant ainsi les tensions sociales existantes en raison principalement du fort taux de chômage.

Est-il facile de partir en weekend ?

Plages, lagon et balades à l’intérieur des terres.

plage des 3 baobabs (dans le sud)

plage des 3 baobabs (dans le sud)

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Plusieurs mois sont nécessaires tant du point de vue climatique que social.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Non, une relation d’amitié sincère n’a pas été possible.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Oui majoritairement des métro.

Vous êtes vous facilement adapté à votre pays d’accueil ?

Oui.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Non.

Musicale plage à marée basse avec en premier plan une pirogue à balancier traditionnelle (laka)

Musicale plage à marée basse avec en premier plan une pirogue à balancier traditionnelle (laka)

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

L’impatience, le besoin de possession.

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Durant notre séjour de 4 ans nous sommes rentrés une seule fois en métropole (en milieu de séjour).

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Les contacts sont réguliers avec la famille et les amis proches (via le téléphone ou l’internet) et plus espacés avec les autres. Je ne vois pas de différence avec notre vie en métropole hormis le contact physique. Les véritables amis sont toujours proches de nous même si pour certains les contacts sont peu fréquents. En revanche, dans certains cas l’éloignement géographique a permis d’opérer un rapprochement dans notre relation…

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Oui bien sûr. Dans notre cas la durée du séjour est connue à l’avance. Retour prévu en juillet 2014 !!

tombant de la plage de N’gouja (au sud) : récif coralien accessible facilement du bord de la plage (env. 100m)

tombant de la plage de N’gouja (au sud) : récif coralien accessible facilement du bord de la plage (env. 100m)

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Notre mode de vie occidental est un modèle et non pas LE modèle. LA course après le toujours plus toujours mieux n’est qu’un choix que nous faisons mais le plus important à vivre …

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Oublier ses propres repères et schémas de pensée pour être prêts à en accueillir d’autres.

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

Nos aînés seront, probablement, en études supérieures, nous pourrons, je l’espère, envisager une autre mutation soit en territoire d’outre-mer soit à l’étranger.

Comment vous voyez-vous dans 20 ans ?

Dans 20 ans, j’espère être en vie et en bonne santé (pour pouvoir profiter de mes proches et aussi continuer à découvrir d’autres terres).

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Même si l’Afrique continue de m’attirer, je rêve de vivre dans un (coin du) monde de tolérance et de respect de l’autre …

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

retraite … ????

petite plage au sud de l’île accessible à pieds ou en bateau, appelée communément plage des sychelles

petite plage au sud de l’île accessible à pieds ou en bateau, appelée communément plage des sychelles

Retrouvez Dominique sur son blog

Le blog de Dominique : http://lesaventuresdelatribu.over-blog.com/

lesaventuresdelatribu

Remerciements

Merci à Dominique d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie sur l’île de Mayotte !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Dominique sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Il se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • vivre a petite terre mayotte