L’interview de Héloïse, en Angleterre


ou-est-ce

Héloïse est une jeune maman de deux petits garçons expatriée depuis un peu plus de 4 ans en Angleterre.

 

 

 

 

 

angleterre

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Héloïse
Situation personnelle : Mariée, deux enfants
Situation professionnelle : Etudiante
Pays et ville d’origine : France
Pays et ville d’accueil : Angleterre
Date de début d’expatriation : Juin 2010
Partenaires d’expatriation : mon mari (fiancé à l’époque)
Blog : http://www.itsamumslife.fr

Présentez-vous ?

Je m’appelle Héloïse, je suis mariée et nous avons deux garçons de bientôt 2 ans et 6 mois. J’ai fait une formation d’instit’ et je suis en ce moment en pré-formation sage-femme pour commencer l’école l’année prochaine (autrement dit, je prépare mon dossier et le concours d’entrée en faisant tout plein d’exams et de stages).

Quelle est l’adresse de votre blog ?

www.itsamumslife.fr

C’est plutôt un blog sur lequel je partage des petites anecdotes de ma vie de maman (en dessins), mais j’ai aussi une rubrique « ma vie d’expat ». J’ai choisi un titre en anglais justement parce que j’habite en Angleterre.

Où vivez-vous actuellement ?

Je suis en « East Midlands ». Je suis partie pour faire une année d’internat pour apprendre l’anglais, je suis restée pour mes études. Maintenant que j’ai construit ma vie là-bas, je me vois mal repartir…

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

J’ai toujours su que je voulais partir alors je n’étais pas encore vraiment installée en France. Oui, j’avais un petit studio mais à 20 minutes de chez mes parents, et peu de possessions matérielles. Je travaillais comme auxiliaire de vie scolaire pour pouvoir me payer le voyage.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Pour apprendre l’anglais tout simplement (je ne savais pas que je resterai !).

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Je suis partie avec mon fiancé (à l’époque), on avait trois grosses valises. Les au revoir avec nos familles ont été assez difficiles, même si on savait qu’on se reverrait. On a de la chance d’habiter dans un pays très proche quand même ! En fait, on a amené que nos vêtements, quelques livres, des petits trucs qui nous tenaient à cœur… On n’avait pas de meubles ou autre donc c’était vite fait avec des valises en soute.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Comme j’étais en internat, je vivais dans une famille d’accueil. J’avais beaucoup de mal à comprendre ce qu’on me disait, j’ai eu des maux de tête terribles les trois premiers mois… J’ai eu beaucoup de mal à me faire à la nourriture. Je n’ai pas eu internet tout de suite et ça n’a pas aidé, je me sentais un peu coupée du monde et je commençais même à remettre mon année en question.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est-ce qui est mieux, qu’est-ce qui est moins bien ?

Les anglais sont plus sympas, très polis (trop parfois…). La nourriture française me manque beaucoup par contre… et le soleil aussi !

canal

 

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

  • Le climat

Il fait gris tout le temps, ça mine un peu le moral. L’été, il fait plutôt bon, mais pas vraiment très chaud comme dans le Sud de la France. L’hiver il fait très froid ! La première année c’était un peu le choc, il a fallu s’habituer !

  • Le logement

La première année j’étais en famille d’accueil. Ensuite, on a galéré. Pour avoir les mêmes droits que les anglais, il faut avoir vécu au moins 3 ans en Angleterre. Donc, sans métier (j’allais à la fac), sans famille sur place pour être garant, ça a été très dur de trouver un logement. On a vécu un an dans une « shared house » Quand je suis tombée enceinte, on a déménagé dans un tout petit appart. C’est un ami anglais qui s’est porté garant pour nous, on ne le remerciera jamais assez.

  • La nourriture

J’aime beaucoup les scones et les english sausages ! Je n’aime pas le gravy (la sauce qui accompagne les viandes). Ce qui me manque le plus, ce sont les quenelles (mon plat préféré, introuvable ici…), et le foie gras. Mais depuis qu’on a trouvé un super site anglais qui vend des produits français, on revit ! Du coup, quand ça va pas, ou pour les occasions, on s’offre un panier de courses françaises (le site : https://www.frenchclick.co.uk/).

  • La scolarisation

15h de crèche gratuite par semaine à partir de 3 ans (ou 2 ans pour ceux qui reçoivent des aides de l’Etat), l’école commence officiellement à 5 ans. Généralement les horaires sont 9h-15h mais les écoles offrent des « out-of-hours clubs » pour les parents qui travaillent plus tôt/plus tard. Bon, j’aurais beaucoup de choses à dire sur le système scolaire puisque j’ai fait ma formation d’instit’ ici, mais ça prendrait trop de temps !

  • La santé

C’est le NHS qui dirige le système de santé. Le docteur est gratuit, les soins à l’hôpital sont gratuits aussi. Par contre, il faut payer ses médicaments soi-même, ainsi que le dentiste (sauf si on a une exemption – les femmes enceintes ne paient rien pendant toute leur grossesse et jusqu’aux 1 an de l’enfant par exemple).

  • La conduite

Les permis européens sont acceptés il me semble… On roule à gauche. Les anglais sont beaucoup plus relax sur la route que les français !

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

De dîner à l’heure du goûter ! J’exagère à peine, mais les anglais dînent super tôt (autour de 18h). Bon, évidemment, on mange aux heures françaises. Mais la première année (en famille d’accueil), il fallait s’y faire. Pareil quand on est invité chez des amis.

Est-il facile de partir en weekend ?

Dans ma ville, il n’y a rien d’intéressant… Mais pas mal de choses autour. Dommage, on n’a pas de voiture ! On n’est pas très loin de Londres, on y va en train parfois.

Racontez-nous une anecdote

Au début, quand je ne comprenais pas ce qu’on me disait, je disais systématiquement « oui, oui… » Résultat : je me suis retrouvée à accepter des responsabilités sans le savoir !

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ?

C’est difficile parce que je ne travaille pas. En ce moment ma journée peut soit être complètement relax (je me lève assez tard, je passe du temps avec ma famille, on va faire les courses, on sort au parc, on va chez des amis, je dessine, puis j’étudie un peu quand même…), soit être « manic » comme disent les angliches. Ce dimanche passé par exemple, il a fallu se lever tôt, faire 1h de route pour passer la journée en formation avec une sage-femme libérale, refaire une heure de route, compléter mes devoirs et finir une disserte. L’année prochaine, si je réussis mon concours d’entrée à l’école, ce sera encore différent. Et l’année d’avant, en école d’instit’, c’était différent aussi !

paysage

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Non. Les 5 premiers mois je n’osais pas parler. J’avais du mal à comprendre ce qu’on me disait, surtout pendant les conversations de groupe. Le soleil, la nourriture, la famille me manquaient. Je ne m’entendais pas super bien avec ma famille d’accueil.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Une fois que je me suis mise à comprendre et à parler, oui !

Côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Oui, deux familles françaises qui ont chacune deux enfants.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui et non… C’est toujours difficile d’être dans une culture différente, mais c’est chouette aussi !

Connaissez-vous la langue du pays ?

Oui maintenant, je parle couramment. Je ne pense pas qu’on m’aurait laissé donner des cours aux pauvres enfants de primaire sinon, hahaha. Je n’ai pas pris de cours, mais j’avais passé mon bac dans un lycée international et j’ai bien appris pendant mon année d’internat. Rien de tel que de se plonger dans le pays pour en apprendre la langue !

ville 1

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Une fois par an.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Oui, Skype avec ma famille et FaceTime avec la famille de mon mari. Bien sûr qu’ils nous manque !

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Sans doute, mais pas tout de suite…

 

Conclusion

Avez-vous grandit ou évolué depuis votre départ ?

Oui, je suis devenue plus cool. Je suis plus flexible et plus à l’écoute aussi. En ce moment, je regarde (je lis) de loin les réformes sur le système scolaire en France. Je compare un peu avec ce qui se passe chez nous en ce moment. Pareil pour les soins, ça aide à relativiser. Je ne supporte plus les français qui ne font que râler et se plaindre !

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Si vous ne parlez pas la langue en arrivant, prenez du doliprane…

Comment vous voyez-vous dans le futur ?

Maman de famille nombreuse (on veut beaucoup d’enfants !) et sage-femme. Je me le souhaite !

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Il y a beaucoup de pays que j’aimerais visiter, mais pas y vivre. Je suis trop famille pour partir loin. L’Angleterre me convient très bien, c’est plutôt « cosy » et surtout c’est juste à côté de la France…

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

En France (dans le Sud).

Retrouvez Héloïse sur son blog

Le blog de Héloïse :

itsamumslife

 

Remerciements

Merci à Héloïse d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie en Allemagne !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Héloïse sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.