L’interview de Anne-Sophie, en Lituanie


DSC02532

Anne-Sophie est une jeune femme qui a décidé d’aller vivre en Lituanie. Elle nous fait découvrir ce pays que nous connaissons si peu !

 

 

 

 

 

 

LituanieDécouvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Anne-Sophie
Age : 23 ans
Situation personnelle : Seule
Situation professionnelle : sale manager dans une compagnie de transport routier
Pays et ville d’origine : d’un peu partout en France
Pays et ville d’accueil : Siauliai, en Lituanie
Type et durée du visa : le visa n’est pas nécessaire
Début de votre expatriation : 29 janvier 2016
Motif de l’expatriation : retour dans le pays après un volontariat de 11 mois en Lituanie
Blog : http://www.aventurelituanienne.com/

 

Présentez-vous ?

Je m’appelle Anne-Sophie, 23 ans. J’ai obtenu ma licence en communication il y a deux ans à Nantes, puis j’ai décidé de participer au programme de volontariat SVE. Je suis partie 11 mois à Siauliai en Lituanie. Je suis actuellement remplaçante de professeur de français dans deux écoles, mais je serai bientôt en recherche d’emploi.

Pour ce qui est d’où je viens, je suis née à Istres mais j’ai déménagé une bonne vingtaine de fois en France, donc je n’ai pas de ville natale particulière. Les 6 derniers mois que j’ai passé en France étaient à Paris.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Mon blog est www.aventurelituanienne.com

Je fais ce blog parce que c’est un moyen de rester attentive à tout ce qu’il se passe autour de moi, et aussi, de les partager. J’aime beaucoup la Lituanie, qui reste peu populaire en France par nos manques de connaissances envers ce petit pays.

J’ai aussi le projet de créer une association ici. Pour l’instant, le projet est en attente, mais je voudrais partager mon expérience de la création d’une ONG à l’étranger.

Où vivez vous actuellement?

Je vis actuellement en Lituanie, à Siauliai. Je suis arrivée pour la première fois dans cette ville en septembre 2014, dans le cadre de mon Service Volontaire Européen. J’ai fait mon projet dans un lycée, dans leur radio plus exactement, où je suis restée 11 mois. C’était la première fois que je vivais à l’étranger, et j’ai aimé cette aventure et ce pays. Après un court retour à Paris pendant 6 mois, j’ai décidé de revenir pour créer une ONG et continuer à profiter des merveilles de ce pays.

 

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Ma vie en France était très normale. Avant mon volontariat, j’étais étudiante en communication, avec des cours, un stage et un job étudiant. Je n’ai passé qu’un an à Nantes, donc je n’avais rien à moi, et je n’attendais que de finir mes études pour partir à l’étranger. En soit, j’étais tout simplement une étudiante, qui rêvait de partir à l’aventure.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Cette question que j’entends 100 fois par jour ! Les lituaniens ont beaucoup de mal à entendre que je préfère être à Šiauliai (qui est une petite ville), plutôt qu’à Paris. Mais je ne suis venue ici, ni pour une opportunité de travail, ni pour une rencontre amoureuse, ni pour de quelconques avantages fiscaux ! Je suis venue parce que cette ville m’offre de la sérénité et une paix que je recherchais plus ou moins. Bien sûr, j’aime aussi la culture, la nature, les lacs, et les lituaniens !

Vivre à l’étranger est aussi un challenge quotidien. Et j’aime beaucoup cet aspect là. On apprend tous les jours de nouvelles choses, on doit s’intégrer, s’adapter, c’est une vie riche et palpitante pour moi. Peut-être aussi le désir d’aventure, de dépasser ses limites, et d’en apprendre plus sur soi-même.

 

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Je n’avais pas grand-chose à emmener, sauf des vêtements et quelques effets personnels. Je n’ai rien  à moi donc ça a été plutôt facile. Et j’ai recherché un appartement déjà aménagé afin de limiter les frais en arrivant. Le départ ne s’est pas fait dans la précipitation. J’avais prévu mon départ et trouvé un appartement grâce à des amis sur place. La mauvaise surprise à été les frais d’électricité beaucoup plus chers que prévu, et dont la propriétaire s’était abstenue de me parler. A part ça, tout a été plutôt facile.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Les premières semaines ont été plus difficiles que prévus. Même si j’avais déjà vécu ici pendant 11 mois, c’était du volontariat et le programme prenait tout en charge, que ce soit au niveau financier ou administratif. Je ne m’y attendais pas, mais j’ai eu à faire face à un certain moment d’adaptation dus à ma nouvelle condition de recherche d’emploi et de devoir gérer mon budget. Une fois que j’ai pris conscience de ce besoin de tout re-stabiliser et de trouver de nouvelles habitudes, tout s’est bien passé.

Qu’est ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Ce qui me plaît, c’est le fait que tous les jours soient un challenge. Apprendre la langue, s’adapter, se faire de nouvelles connaissances… Chaque jour m’apporte quelque chose de nouveau et j’ai l’esprit constamment en éveil pour faire face à différentes situations et découvrir des choses.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Je ne sais pas vraiment. Je dirais que ce pays est plus traditionnel et les gens ont plus de respect pour leur culture, ce qui me plaît énormément. Avoir l’impression de pouvoir se rattacher à quelque chose de commun, comme les valeurs du pays ou un style de vie, est très important pour moi.

Pour ce qui est moins bien, je dirais peut-être le niveau de vie. La dimension sociale est beaucoup moins grande qu’en France, ce qui peut faire un peu peur parfois.

DSC01538

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

  • La mentalité des locaux

Les gens sont à première vue, froids et individualistes. Mais une fois que l’on essai de les connaître et qu’on entre dans leur cercle, ils se révèlent être généreux et toujours prêts à aider. Je n’ai vraiment jamais eu de soucis ici (sauf avec ma propriétaire qui a essayé de m’arnaquer, mais ça, ça arrive tous les jours et partout ! ).

  • Le climat

Le climat est plutôt rude. Les hivers peuvent atteindre les -30°C. Mais l’été, les températures peuvent être assez hautes. Le printemps reste le plus difficile parce que le chauffage central est coupé et il fait froid dans les appartements. Le temps est aussi très instable et l’on peut passer de la pluie au soleil en quelques minutes.

  • Le logement

Je n’ai pas eu de problème pour trouver un logement, et je me suis faite aidé d’une amie sur place, qui a contacté le propriétaire. J’ai recherché sur internet, et les offres étaient assez nombreuses. Ce n’est pas très cher de louer un appartement ici.

En ce qui me concerne, la propriétaire n’a pas déclaré qu’elle louait un appartement donc le contrat est illégal. Il n’y a pas eu d’état des lieux. Dans toutes les offres, il est notifié qu’il faut payer au moins 3 mois d’avance et souvent il faut signer le contrat pour un an. L’assurance logement n’est pas prise en charge par le locataire mais par le propriétaire.

  • La nourriture

J’adore la nourriture ici. C’est plutôt des plats un peu paysans, très lourds et nutritifs, à base de pomme de terre et de porc, généralement. Une fois que l’on se fait à cette alimentation, c’est assez facile de se nourrir, et je vous le promets, on arrête de prendre des kilos !

J’ai redécouvert il y a quelques semaines, les surelis, que l’on trouve au rayon frais. C’est un genre de barre chocolatée, fourrée avec un genre de cottage cheese. Il y en a à tous les parfums. Je n’aimais pas avant, parce que cottage cheese, la varske en lituanien, est vraiment ce que je déteste.

Le fromage me manque, ainsi que les boulangeries avec pâtisserie et compagnie. Mais avec le temps, j’apprends à cuisiner différemment et à découvrir de nouveaux produits qui peuvent les remplacer. Donc ça me manque, mais que de temps en temps finalement.

  • Les vacances
Nous avons 4 semaines de vacances par an.
  • La santé

Je n’ai pas encore eu à aller chez le médecin, mais je sais que même pour trouver un médecin généraliste, il faut aller à l’hôpital. Je pense que les médecins libéraux n’existent pas ici.

  • La conduite

Il ne faut pas repasser son permis et on roule à droite, comme en France. Parce contre, certaines règles de conduite changent, et au début, j’ai eu un petit temps d’adaptation pour savoir où et comment traverser. Les lituaniens sont assez nerveux au volant, donc je fais très attention quand je traverse, surtout en hiver, par temps de neige et de verglas.

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Depuis le passage en euro en septembre 2015, les prix ont augmenté. La nourriture reste peu coûteuse (sauf les produits français), ainsi que les abonnements internet ou de téléphonie, mais les vêtements, l’électroménager, les médicaments sont au même prix qu’en France ou parfois plus cher. Mais dans ce cas, pour les vêtements et chaussures par exemple, il y a beaucoup de magasins de seconde main, où l’on peut trouver beaucoup de choses. Pour le reste, on peut trouver par le biais d’amis, ou un site qui est l’équivalent du boncoin.fr.

 

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Parfois, j’ai l’impression que les lituaniens sont un peu pessimistes. Je peux comprendre parce que c’est assez difficile de trouver un bon travail et un salaire correct, mais c’est ce qui m’ennui le plus, et il faut souvent que je fasse attention à ne pas me laisser décourager.

Avez-vous des «habitudes» ?

Je cuisine différemment, j’ai appris à me changer 10 fois par jour à cause des changements de température, je peux faire mes courses à 22 ou 23 heures et/ou le dimanche, je fais de longues marches quotidiennes, je respecte les feux pour traverser,…

Est-il facile de partir en weekend ?

Partir en weekend est assez facile parce que la ville est bien située. Et c’est bien desservi pour ce qui est des trains et bus. La ville est à une heure de la frontière lettonne, et le pays est petit donc en deux heures, on peut être à Vilnius (capitale lituanienne), Riga (capitale lettonne), Klaipeda (sur la côte),… Mais on peut aussi faire des balades à vélos, aller faire un tour dans une petite ville à côté,… Il y a de très beaux endroits et il faut juste prendre le temps de les découvrir.

Décrivez votre cadre de vie ?

J’habite à Siauliai, la quatrième plus grande ville du pays. C’est une petite ville qui est calme, avec un lac à 50 mètres du centre ville. Le rêve ! Mon appartement est dans le centre ville, au 9ème étage (et sans ascenseur !). J’ai une vue magnifique et j’assiste depuis là-haut, tous les soirs à un magnifique couché de soleil.

Pouvez-vous nous raconter une anecdote ?

L’année dernière, je me suis perdue en pleine nuit, sur un lac gelé et sous la neige, avec deux amis. Nous sommes entrés dans une propriété et nous avons frappé aux carreaux pour demander de l’aide. Une femme seule (et un peu apeurée je dois dire), nous a aidé à retrouver notre chemin. Malgré une mauvaise communication parce que nous ne parlions pas la même langue, elle fait tout ce qu’il fallait pour nous aider à trouver la bonne route. Je trouve que ça traduit très bien l’hospitalité et la gentillesse des lituaniens.

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ? De travail puis une journée de weekend ?

Une journée typique en semaine :
5h30 : lever
7h15 : départ pour le travail
8h00 : la journée de travail qui commence
17h00 : le travail est fini et retour à l’appartement
18h00 : activités « détente » : pétanque, club d’anglais, promenade au bord du lac…

Journée typique en weekend :

Pas d’horaire précis, mais les journées se composent surtout de courses, ménages, beaucoup de marche, bronzette s’il fait beau, pétanque, lecture, préparation de mes cours,…

PENTAX DIGITAL CAMERA

PENTAX DIGITAL CAMERA

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

L’intégration a été assez facile. Si l’on a des activités extérieures, que l’on s’investit dans des associations, c’est assez facile de rencontrer des nouvelles personnes. Et les personnes âgées ont la discussion facile, donc même si on ne parle pas la même langue, on peut toujours échanger un peu.

Avez vous rencontré facilement les « gens du pays » ?

Mon intégration a été facile parce que j’avais fait un volontariat ici donc je connaissais quelques personnes. Les lituaniens sont aussi intéressés par la France donc ils aiment poser des questions ou partager ce qu’ils connaissent de notre pays.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Non, je ne connais pas de français ici.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Je me suis facilement adaptée parce que c’est un mode de vie simple, qui est accord avec ma façon de vivre en générale. Ça a été facile de prendre des nouvelles habitudes. Peut-être qu’au début, le manque de politesse dans les transports en commun ou les magasins m’a agacé, mais je m’y suis faite.

Connaissez-vous la langue du pays ?

La langue lituanienne est très difficile. Elle fonctionne avec des déclinaisons, comme en russe, et ça prend un certain temps pour maîtriser cet aspect de la langue. J’ai eu des cours pendant mon volontariat, et j’en ai pris à Paris, mais cela reste difficile de communiquer aujourd’hui. Cela dépend des situations. Je continue d’apprendre seule.

DSC02532

 

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Je ne sais pas encore, je suis revenue en Lituanie il y a quelques mois seulement.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Oui, nous communiquons régulièrement grâce à Skype ou Facebook.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Pour le moment, non. Je me sens bien ici et je pense que si je devais partir, j’essaierai de découvrir un autre pays.

 

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Oui, et même si je n’ai pas encore réellement trouvé ce pourquoi j’étais faite dans la vie, vivre ici m’apporte de la stabilité et m’aide à construire des projets sur du long-terme. Même si je ne sais pas combien de temps je resterai, je sens que cette nouvelle vie est une étape importante pour moi.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

La Lituanie est un pays magnifique, et si vous souhaitez vivre ici, je pense que c’est parce que vous l’aimerez réellement. Il y a quelques aspects qui peuvent être rebutants (climat, salaire,…) mais avec le temps ont s’y fait et on apprécie les choses.

Comment vous voyez vous dans le futur ?

La vie est souvent pleine d’imprévue et je change aussi beaucoup d’avis. C’est assez difficile de m’imaginer dans le futur. J’essai déjà de profiter d’aujourd’hui et on verra comment les choses évoluent.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Je ne sais pas, du moment qu’il y ait de la nature et que mon environnement soit simple et naturel.

Où aimeriez vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Dans un endroit en pleine nature, et près d’un lac surtout.

Retrouvez Anne-Sophie sur son blog

Le blog de Anne-Sophie : http://www.aventurelituanienne.com/

aventurelituanienne

 

Remerciements

Merci à Anne-Sophie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie en Lituanie !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Anne-Sophie sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.