L’interview de Emilie, en Australie

IMG_3585

Emilie, 27 ans, vit en Australie depuis 2 ans. Son copain a trouvé du travail à Melbourne, un peu par hasard. Deux mois après, il vivaient la tête en bas !

 

 

 

Où est-ce ?

australie

Ce n’est pas en Europe que cette photo a été prise, mais bien à Melbourne, en Australie.

Elle représente Federation Square, la place la plus connue de Melbourne avec ses restaurants et ses animations.

Découvrez son interview

Présentez-vous

Présentez-vous

Je m’appelle Emilie (ou Em pour les Australiens), 27 ans, originaire de Paris et j’habite depuis 2 ans dans la superbe ville de Melbourne. Je suis documentaliste dans une entreprise de télécommunication. J’adore les voyages, les livres, la danse. J’occupe mon temps libre au sport (cette ville est bourrée de sportifs, il a donc fallu s’y mettre), zumba et jogging la plupart du temps. J’aime aller au cinéma, boire un verre à St Kilda avec mes amis, écouter de la musique, m’essayer à la cuisine, faire un brin de shopping et partager un bout de ma vie sur mon blog Australia Here We Go-o.

Vous et les blogs/sites

Mon blog s’appelle Australia Here We Go-o (Australia Here We Go était déjà pris) : australiaherewegoo.wordpress.com/.

J’ai commencé ce blog dès notre arrivée au pays d’Oz. J’essaie de poster 2 ou 3 articles par semaines sur tout et n’importe quoi la tête en bas. Le but est de faire partager notre vie « made in Aussie » avec nos proches et toute personne qui s’intéresse de près ou de loin à l’Australie. Cela m’apporte une certaine satisfaction de me dire que dans ce monde ou nous vivons tous a 100 a l’heure, des personnes ont pris 5min de leur temps aujourd’hui pour me lire (et quand j’ai un commentaire, c’est bonus).

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis à Melbourne avec mon copain depuis 2 ans. Il a trouvé du travail à Melbourne un peu par hasard quand nous habitions sur Paris. Tout s’est fait très vite et en 2 mois, nous avions la tête en bas. Mon copain avait déjà vécu à Londres et était venu à Melbourne 1 semaine dans le cadre de son travail. Quant à moi, c’était une première !

Où viviez vous en France

Nous vivions à Paris, avions tous les 2 du travail, un cadre de vie plutôt agréable.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Changer d’air, découvrir un nouveau pays, des gens, une culture, voyager, apprendre ENFIN l’anglais correctement, tout ça nous a donné envie de partir. Sans parler d’un petit ‘ras le bol’ du métro-boulot-dodo parisien. Le travail de Joe a été la bonne occasion au bon moment.

Quartier de Southbank à Melbourne, à côté du Crown Casino, le long de la Yarra River.

Quartier de Southbank à Melbourne, à côté du Crown Casino, le long de la Yarra River.

Votre vie à l’étranger

Qu’est ce qui vous plait dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plait moins ?

J’aime Melbourne pour son côté «tout est faisable (pour ne pas dire facile) pour peu qu’on se bouge un peu ». Trouver du travail, un appart, se faire des amis. Ce qui est extraordinaire avec l’Australie, c’est que ses habitants ne vous traitent pas comme un « étranger » dans le sens négatif du terme. Pas une seule fois, je me suis sentie mal à l’aise d’être nouvelle dans le coin. Bien au contraire. Les gens sont curieux de connaitre votre histoire et non pas pour faire bonne figure mais parce que cela les intéresse VRAIMENT. Il est donc assez facile de se faire une place au pays des kangourous, et c’est ce que j’admire dans ce pays.

Ce qui me plait moins, et malheureusement on ne peut y faire, c’est la distance. L’Australie est un grand pays, trop grand. Il faut toujours prendre l’avion pour aller quelque part, et je ne parle même pas d’un vol international !

Par rapport à la vie en France, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Tout est mieux en Australie sauf la nourriture (les Oz’iens n’ont aucune véritable gastronomie), le shopping (la mode Australienne est désespérante) et le trou dans la couche d’ozone juste au-dessus de nos têtes.

Quel est le climat ?

Vous avez déjà entendu parler de 4 saisons dans une seule journée ? He bien, à Melbourne ce n’est pas un mythe. On oscille facilement entre 15 et 35 degrés dans la même semaine. Sans parler des vents du pôle Sud qui vous glacent les os l’hiver et vous maintiennent en vie l’été. J’écrirais un livre que je n’aurais pas tout dit sur la météo melbournienne alors je m’arrête la…

Au niveau du logement ?

Nous avons déménagé 3 fois en 2 ans… Ce n’est pas tant trouver un logement qui est difficile, c’est plutôt le garder ! Le bail est en général d’1 an renouvelable. Les principaux sites pour trouver un appart sont : www.domain.com.au et www.realestate.com.au Il vous suffit de vous rendre au rendez-vous fixé par l’agence. Petit conseil : venez avec votre dossier tout prêt. Si l’appart vous plait, vous n’avez plus qu’à donner le dossier à l’agent illico, ce qui sera grandement apprécié et vous fera gagner du temps. Vous pouvez télécharger le dossier (application form) sur le site de l’agence.

Au niveau de la nourriture ?

Chaque expatrié vit de manière plus ou moins violente le syndrome du « manque de la cuisine de maman ». Vous avez beau retourner toutes les échoppes du pays, ça ne sera jamais comme à la maison. Ceci dit, il ne faut pas se plaindre. Melbourne n’a pas de gastronomie mais cosmopolie oblige, il est facile d’y trouver les cuisines du monde entier. J’ai même pu déguster récemment des escargots dans un resto Français de la City. En fouillant un peu, il est possible de trouver son bonheur, comme de la tome de Savoie ou des escargots Lanvin, moyennant finance, bien sûr.

Au niveau des vacances ?

Nous avons officiellement 4 semaines de congés payés avec bien souvent 2 semaines obligatoires à Noël. Nous avons aussi 10 jours de maladie (à savoir que vous n’avez besoin d’aucun justificatif médical si vous êtes « malade » une journée).

Au niveau de la santé ?

Medicare est notre sécu française. Cependant, si vous avez un holiday ou working visa, vous n’avez pas droit à Medicare. Il faut donc souscrire à une mutuelle privée (la plus connue est Bupa).

Au niveau de la conduite ?

A mon grand désespoir, on roule à gauche. Et bien souvent, les voitures sont automatiques. La France ayant un partenariat avec l’Australie, il est très facile de faire son permis australien (aucun examen n’est requis). Il suffit de prendre rendez-vous sur le site de Vic Road (si vous habitez dans l’Etat du Victoria), de vous munir de votre passeport, permis français, justificatif de domicile, et le tour est joué. Les Australiens sont TRES respectueux du code de la route (70 c’est 70 !) et la police ne rigole pas DU TOUT.

Y’a-t-il de la censure ?

S’il y en a, ça ne se voit pas.

Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

Il y a énormément de choses à voir, que ce soit dans l’Etat du Victoria ou ailleurs (grandeur du pays oblige). Toutes nos escapades sont sur le blog.

Racontez-nous une anecdote

Ce qui m’étonne toujours en Australie (pour le cerveau français que je suis) c’est la confiance des gens. L’autre jour, je déjeune au resto italien sur une terrasse qui donne directement sur une rue avec beaucoup de passage… Un papa déjeune avec son fils qui a une soudaine envie de pipi. Le papa part donc aux toilettes avec sa progéniture en lassant sur la table IPhone, lunettes de soleil, clés et portefeuille. MAIS IL EST FOU ??!! Ah non, tout va bien, nous sommes juste en Australie…

Brighton Beach, la place la plus connue de Melbourne

Brighton Beach, la place la plus connue de Melbourne

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Très facile. Melbourne est une ville d’immigrés, il ne faut pas l’oublier.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Oui, très rapidement. Les Australiens sortent entre collègues (pubs, restos, événements sportifs) ce qui aide à se faire des connaissances.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres français sur place ?

Melbourne a été envahi par les Français depuis quelques années… Restez 30 min à St Kilda, vous entendrez parler Français au moins 1 fois.

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Très facilement. Le plus difficile fut la barrière de la langue. Il faut se lancer et ne pas penser au ridicule.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Je pensais « connaitre » l’Anglais en arrivant et j’ai vite déchanté… Il m’a fallu des séances intensives de visionnage de films et news en tout genre. Sinon, il faut se forcer à parler avec les gens (surtout ne pas se fermer dans sa coquille), essayer de lire sur les lèvres (ça marche !), parfois deviner, faire des gestes, demander de répéter, ou parfois faire semblant d’avoir compris même si vous n’avez pas capté un mot ! Après 6 mois de dur labeur, vous sentez les progrès. Apres 1 an, vous êtes à l’aise. Et l’épreuve du feu : le téléphone. Si vous pouvez tenir une conversation au téléphone, félicitation, vous êtes bilingue.

Flinders Stations a Melbourne

Flinders Stations a Melbourne

Votre lien avec la France

Face à quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Aucun, je pense même entre moins clémente avec les Français aujourd’hui.

A quelle fréquence rentrez vous en France ?

J’essaie de rentrer en France 1 fois par an pour voir la famille et les amis mais je me garde des vacances pour visiter l’Australie et les environs. Les vacances en France ne sont d’ailleurs pas de « vraies » vacances car vous essayez de voir tous vos proches en un temps record. Vous devez toujours être en forme car votre entourage (content de vous voir) vous organise pleins de dîners et sorties en tous genres, sans parler du décalage horaire… Vous rentrez donc en général plus fatigué qu’en partant !

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté en France ?

Je n’aurais qu’une chose à dire : vive la technologie ! Je skype mes parents 2-3 fois par semaine et mes amis 1-2 fois par mois. Sinon, on s’envoie des messages avec WhatsApp ou bien des emails. Il faut savoir que tout cela demande du temps et de l’énergie. Vous avez votre vie d’expat, vos amis en Aussie, et il faut aussi faire le lien avec votre pays d’origine. Nous avons la chance d’avoir des proches qui aiment voyager. La plupart sont déjà venus nous rendre visite. Et c’est un véritable bonheur de faire découvrir sa nouvelle vie à ceux que vous aimez.

Avez vous prévu de revenir vivre en France un jour ?

Je pense déménager un jour mais peut-être pas en France. Je suis assez tentée par l’Angleterre, Irlande, Italie ou pourquoi pas USA ou Canada. Le majeur problème de l’Australie se résume en un mot « distance »… c’est beaucoup trop loin ! Je voudrais pouvoir prendre un billet du jour au lendemain pour passer un « long week-end » en France si jamais j’en ai envie !

Et pour finir…

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Lancez-vous, gardez l’esprit ouvert et tout se passera bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retrouvez Emilie sur son blog

Le blog de Emilie : http://australiaherewegoo.wordpress.com/

blog

Un an plus tard

Découvrez ce qu’est devenue Emilie dans cette nouvelle interview :

Un an plus tard

Remerciements

Merci à Emilie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous ses magnifiques photos d’Australie !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Emilie sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.