L’interview de Magali, aux Etats-Unis

ou-est-ce

Magali nous parle de sa nouvelle vie en Californie, à Santa Cruz !

 

 

 

 

etats-unisOù est-ce ?

Il s’agit d’une plage à Santa Cruz, en Californie, aux Etats-Unis.

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Magali (alias Magouille)
Age : 29 ans
Pays et ville d’origine : France, Bordeaux / Paris
Pays et ville d’accueil : Etats-Unis, Santa Cruz
Type du visa : Visa J-2
Motif de l’expatriation : Suivi de conjoint
Date de début d’expatriation : Octobre 2013
Blog : Pendant ce temps à Santa Cruz : http://www.pendantcetemps.net

Présentez-vous ?

Je suis originaire du Sud-Ouest de la France. J’ai vécu plus de 7 années intenses à Paris, où j’ai démarré ma vie professionnelle, très riche en expériences et en rencontres. Quand ma moitié s’est vu offrir un poste à l’université de Californie, j’ai vu l’opportunité de souffler, de m’engager sur un nouveau chemin et de faire d’autres découvertes. C’est ainsi que nous avons atterri à Santa Cruz, une petite ville entre mer et montagnes.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Les Etats-Unis et la Californie font l’objet de beaucoup de clichés et fantasmes. L’envie de partager notre vision de l’intérieur et nos belles découvertes en termes de voyages a été moteur pour démarrer l’aventure du blog. Le blog http://www.pendantcetemps.net/, c’est notre carnet de bord. Il nous permet de correspondre avec la France, mais aussi d’échanger avec d’autres curieux ou aventuriers !

Où vivez-vous actuellement ?

C’est ma seconde expérience d’expatriation, avec plus de défis que la première. Auparavant, j’ai vécu un an à Amsterdam, aux Pays-Bas, grâce au programme d’échange Erasmus. J’avais 19 ans, j’étais dans un cadre étudiant. Tout était très différent, et surtout moins lointain. Aujourd’hui, je recherche un travail, ce qui n’est pas évident compte tenu du fait que mon métier de communicante est très lié à la langue et que Santa Cruz n’est pas un bassin d’emploi très actif. Au final, cette césure professionnelle est salutaire : elle me permet de m’investir dans des projets personnels qui me tiennent à coeur.

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Notre préparation au départ a été extrêmement courte et dense. Nous avons changé de vie en moins de 3 mois. Notre organisation a été plutôt efficace. Le soutien de notre entourage a été d’une grande aide. En arrivant sur place, nous pensions enfin pouvoir avoir l’esprit libre. Et ce sont là que les surprises sont tombées… les administrations américaines fermées avec le shutdown de 2013, le contrat qu’on pensait résilié et qui ne l’est pas, les problèmes de transfert d’argent, les entreprises dont on était clients en France qu’il faut relancer et qui ne répondent pas aux demandes, et autres nombreuses complexités administratives. Là encore, avoir des aides ou relais en France peut être d’une grande utilité !

Avez-vous des habitudes ?

Tout expatrié recrée son propre équilibre, j’imagine ! C’est une manière de ne pas chambouler trop de repères en même temps… Pour ma part, j’ai gardé beaucoup d’habitudes que j’avais en France : je fais toujours les mêmes petits plats, je consulte toujours les mêmes sites d’informations… A tout cela, j’ai rajouté un “twist américain”. Je me suis calée aux heures américaines (lève-tôt et mange-tôt) et je découvre les produits locaux (fruits, légumes, vin californien…), par exemple.

Décrivez votre cadre de vie ?

Santa Cruz est une petite ville californienne très agréable, entre San Francisco et la Baie de Monterey. Slow-tempo, relax, avec des habitants sympas ! Elle a parfois mauvaise réputation chez certains Américains, qui (pour schématiser) y voient un temple de vieux babas-cools alter-mondialistes ou se plaignent du nombre de SDF. D’autres la voient comme une station balnéaire idéale, avec ses attractions et ses restos. Mon ressenti, c’est que la vie y est douce : pas de stress, un climat favorable et la nature à proximité.

Le Broadwalk de Santa Cruz

Le Broadwalk de Santa Cruz

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Quitter un réseau social bien établi en France pour s’installer dans un environnement tout nouveau et lointain, cela rebat complètement les cartes. Nous avons été bien accueillis. Les Américains sont globalement ouverts et de nature bienveillante. Mais se faire de vrais amis, cela demande forcément du temps, de la patience, et puis surtout, de la chance pour trouver les bonnes affinités. Nous verrons vraiment quel bilan faire au bout d’un an.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Je parlais déjà anglais. Mais une fois immergée, je me suis rendue compte qu’il était nécessaire d’améliorer mon expression orale et ma compréhension de la langue. Par l’intermédiaire d’une association à Santa Cruz, j’ai été mise en relation avec une personne que je vois régulièrement. Nous avons des échanges très libres sur les différences Etats-Unis / France. C’est une excellente méthode pour aider à l’intégration, mieux connaître et comprendre son environnement et la culture du pays. Je la conseille, que ce soit en complément de “vrais” cours ou pas.

IMG_5790

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

L’enthousiasme débordant des Américains m’amène parfois à voir les traits râleurs et pessimistes des Français comme un côté pragmatique et réaliste (je dis bien “parfois”). En voyage à l’étranger, je trouvais souvent que les Français étaient sans gêne. Mais depuis que je suis aux Etats-Unis, je relativise aussi ce côté. Les Américains ne sont pas forcément mieux…

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Les Etats-Unis m’apportent un nouveau regard, tant sur le pays lui-même, sur la France, que sur moi. Je ne me suis pas expatriée par volonté de faire un “pied-de-nez” à mon pays. Et je ne suis pas du genre à penser que l’herbe est toujours plus verte ailleurs. Pour moi, mon avenir se trouve quelque part pas très loin de ma famille et de mes amis. J’ai donc pour projet de revenir un jour ! Mais pour l’instant, l’avenir n’est pas défini. On verra ce qu’il réserve.

IMG_7848

Conclusion

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Attention à ne pas sur-fantasmer l’expatriation ! C’est un changement de vie qui n’est pas anodin. On a beau s’y préparer avant. Il y a toujours une marge d’inattendus à gérer. Il faut construire de nouveaux repères, faire face à certaines difficultés. Mais c’est aussi ce qui en fait son côté ultra-enrichissant. Exposé à de nouveaux défis et un nouvel environnement, on approfondit sa connaissance de soi, on s’enrichit. C’est une démarche 100% globale. Il faut bien l’avoir en tête.

Comment vous voyez-vous dans le futur ?

Egale à moi-même, mais plus forte de cette expérience d’expat en Californie ? 🙂

Retrouvez Magali sur son blog

Le blog de Magali : http://www.pendantcetemps.net/
pendantcetemps

Remerciements

Merci à Magali d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie à Santa Cruz !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Magali sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.