L’interview de Gaëlle, aux Etats-Unis



Westwood - Vue du balcon

Vivre à Los Angeles et y étudier, Gaëlle nous dit tout !

 

 

 

 

 

 

 

etats-unisDécouvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Gaëlle
Age : 24 ans
Situation personnelle : Célibataire et sans enfants
Situation professionnelle : Etudiante
Pays et ville d’origine : Bordeaux, France
Pays et ville d’accueil : Los Angeles, USA
Type et durée du visa : Visa F1 (étudiant) d’un an + prolongation d’un an avec EAD
Début de votre expatriation : Septembre 2014
Partenaires d’expatriation : Me, myself and I !
Motif de l’expatriation : Etudes
Blog : www. Gaelleinlosangeles.com

 

Présentez-vous ?

Gaelle, 24 ans. J’ai toujours grandi à Bordeaux, je suis partie faire mes études à Paris pendant 1 an mais je suis vite revenue dans le Sud-Ouest ! Je suis dans le milieu de l’entertainment, l’industrie musicale plus précisément. Bordeaux n’est pas forcément le meilleur endroit pour ça, et Paris très peu pour moi ! Après avoir eu un coup de cœur pour LA en 2012 j’ai décidé de venir finir mes études ici.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

J’ai démarré mon blog www.gaelleinlosangeles.com en 2012 quand je suis venue à Los Angeles pour la première fois. Ca me permettait de raconter ma vie et de poster des photos pour mes proches. Et puis quand je suis rentrée en France j’ai continué à écrire car je savais que j’avais l’intention de revenir. Dès que j’ai commencé les démarches pour UCLA j’ai tout raconté en détail, et je continue maintenant que je suis ici. Je suis une des rares personnes à tenir un blog en français sur UCLA Extension, beaucoup de futurs étudiants me contactent et j’aime pouvoir partager mon expérience et les aider.
Aujourd’hui mon blog fait partie de moi, répondre à tous les mails, faire des articles détaillés… tout ça prend beaucoup de temps mais je prend vraiment plaisir à le faire !

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis à Los Angeles, dans le quartier de Westwood précisément (à deux pas de UCLA). Je suis venue pour mes études. J’ai commencé les cours au Fall Quarter en septembre, je termine à la fin du mois de juin. J’ai une demande d’EAD en cours donc j’espère trouver un travail pour pouvoir rester une année de plus.

Depuis mes 15 ans j’ai eu la chance de partir faire des stages à l’étranger via mon lycée. En 2010 j’ai eu l’opportunité de partir travailler 3 mois à Disney World, c’était ma première fois aux USA et j’ai adoré. Je suis revenue en 2012 pour un stage, cette fois ci à LA, et c’est à ce moment là que j’ai su que je voulais venir m’installer ici !

 

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

J’avais démarré un master en septembre 2013 mais dès que j’ai fait le choix de partir à LA j’ai arrêté mes études et j’ai commencé à travailler pour économiser un maximum. Je n’avais rien qui m’empêchait de partir, aucune attache particulière, donc ça n’a pas été un soucis de quitter la France.

Pour quelles raisons vous êtes vous expatrié ?

Comme je l’ai dit avant, ce n’est pas à Bordeaux que je peux trouver du travail dans mon milieu (la musique), et j’avais eu un réel coup de cœur pour Los Angeles. UCLA Extension proposait une formation qui répondait à toutes mes attentes, le coût des études n’est pas si élevé comparé aux autres écoles américaines, et j’avais la possibilité de faire des stages et un OPT. Donc pour moi la décision a vite été prise. Pour travailler dans ce milieu, LA est vraiment la ville où il faut être, c’est ici que tout se passe. Avoir UCLA sur mon CV est un réel plus pour mon retour en France, et les stages que j’ai pu faire (et que je fais toujours) le sont tout autant.

Après on ne va pas se mentir, la Californie fait rêver, qui refuserait une vie sous le soleil et les palmiers ?! Et quand je vois les salaires, même en ayant un simple job d’assistant, ça me donne vraiment envie de travailler ici !

Janvier en Californie

Janvier en Californie

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Partant pour 1 an ou 2 je n’ai pas voulu déménager mes meubles, j’ai préféré tout acheter sur place. J’avais prévu de partir avec seulement une valise soute de 23 kg et une valise cabine. Je me suis un peu surestimée puisqu’au final je suis partie avec 2 valises de 24kg, une valise cabine qui débordait, un sac à main tout aussi rempli et une pochette d’ordinateur où j’ai fourré tout ce que je n’avais pas pu mettre ailleurs !

J’aurais envie de dire que je suis partie avec le minimum mais c’est faux, j’ai pris avec moi la moitié de ma garde robe. Et mes parents m’ont fait parvenir l’autre moitié par colis quelques semaines après (shame on me mais je suis une fille, que voulez-vous?!).

J’avais plutôt bien planifiée mon arrivée, tout était assez carré, je savais à quelle heure j’arrivais, à quelle heure je récupérais mes clés d’appart, à quelle heure arrivaient mes meubles. Dans ce genre de situation -d’autant plus quand on est seul- l’improvisation n’a pas vraiment sa place !

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

A vrai dire lorsque j’ai posé les pieds sur le sol américain je suis directement partie en vacances pour 3 semaines avec une amie. Ma vraie arrivée à LA s’est faite en suivant, mais du coup j’avais eu 3 semaines pour me remettre dans le bain américain, me réadapter à la langue et aux habitudes.

J’avais déjà signé le lease de mon appartement depuis la France donc dès que je suis arrivée à Los Angeles j’ai pu m’installer. Je m’adapte assez rapidement en général, d’autant plus cette fois ci car je connaissais déjà la ville et le quartier où j’habitais, donc j’ai vite repris mes repères, même si ma dernière visite datait de 2 ans auparavant.

Qu’est ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Difficile de dire ce qui me plait le plus dans cette vie, je dirais que c’est justement cette vie en général qui me plait : pouvoir étudier dans une des plus grandes université américaine, faire un stage dans l’entreprise que j’avais toujours rêvé d’intégrer, me réveiller le matin avec le soleil et la vue sur les palmiers, habiter un quartier où il fait bon vivre, aller travailler en prenant une des avenues les plus mythiques (Sunset Boulevard) … Même moi qui aime pourtant avoir mon intimité, j’adore vivre en colocation. Pour avoir habité seule pendant 4 mois, je me rends compte que ma vie en coloc est vraiment différente, et beaucoup plus sympa !

Au niveau de ce que je n’aime pas je dirai le fait d’être toujours dans une sorte de « stress », on a toujours des délais, lorsqu’on est sous visa on ne fait pas ce qu’on veut, encore moins sous visa étudiant. On a l’interdiction de travailler, et c’est vraiment frustrant de devoir vivre sur des économies, et donc ne pas pouvoir profiter comme on pourrait le faire si on avait un revenu.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Mieux : le climat. Moins bien : la nourriture ! 😉

D’un point de vue personnel, le climat est un gros point positif, ça donne envie de sortir, se balader, profiter. D’un point de vue professionnel, les opportunités ici sont énormes. Si on se bouge, qu’on va à la rencontre des gens et qu’on montre qu’on a envie, les portes s’ouvrent facilement.

Coucher de soleil Beverly Hills

Coucher de soleil Beverly Hills

Les caractéristiques de votre pays d’accueil

  • La mentalité des locaux

Les gens sont beaucoup plus ouverts, beaucoup plus souriants. On le dit et ce n’est pas un mythe : les français râlent toujours pour rien (du coup depuis que je suis là je travaille dessus!). Les américains ont le contact facile et même si ça reste toujours très bref, ça fait toujours plaisir de discuter 5 minutes avec quelqu’un !

  • Le climat

Soleil, soleil, soleil (ou presque!). On m’avait dit qu’il pleuvait uniquement 6 jours/an à LA, pas de chance cette année on aura eu bien plus. Mais en général il fait beau, on ne va pas se mentir ! J’ai commencé à bronzer au bord de la piscine dès le mois de janvier. On a eu des journées à 30 degrés en décembre, ce qui est vraiment surprenant quand on arrive de France ! L’hiver est doux, la température la plus basse dont je me souviens était 10 degrés.

Par contre, même si il peut faire 30 degrés la journée, une fois que le soleil se couche il fait très vite frais, donc toujours avoir une petite veste avec soi.

  • Le logement

J’ai trouvé mon premier appartement par internet alors que j’étais encore en France. C’était un complex donc je suis passée par un leasing office et non un particulier, c’était beaucoup plus simple et sûr. Aucune visite, je me suis lancée les yeux fermés en faisant confiance aux photos (et je n’ai pas eu de mauvaises surprises).
Au niveau du dossier ça a été assez simple : document de l’immigration, preuve de fonds ou garant, dossier de la résidence rempli et signé, caution.

J’ai déménagé quelques mois après, je suis maintenant en colocation donc je n’ai pas eu de dossier à fournir car j’ai rejoint un appartement déjà rempli. Juste une caution à fournir et 40$ de frais auprès du leasing office pour être ajoutée sur le lease et avoir ma clé.

J’ai fait tout un article à propos de la recherche d’appartement et des documents à fournir, vous pouvez le lire par ici : http://gaelleinlosangeles.com/welcome-west-la/

  • La nourriture

Je connaissais déjà la nourriture américaine donc ça n’a pas été une vraie découverte. Tout ce qui est burgers, cupcake, nourriture grasse ce n’est pas trop mon truc donc je ne mange pas vraiment de « typique » américain. Par contre moi qui adore les sushis je suis très contente d’en trouver partout et pour un bon prix ! Je mentirai si je disais que le pain et le fromage me manquent parce que j’en trouve à Trader Joe’s juste en face de chez moi. C’est juste le prix qui me rebute, du coup j’en achète rarement. Ce qui manque le plus c’est de pouvoir me faire un bon plateau de fruits de mer. Et aussi des bricoles comme le saucisson, les Knackis, les yaourts La Laitière, les escargots, les pommes noisettes, le magret de canard 😉

  • La scolarisation

Pour le coup c’est moi qui suis à l’école ! Je suis à UCLA Extension, c’est de la formation continue donc les horaires sont adaptés aux professionnels. J’ai cours 2 ou 3 fois par semaine de 19h à 22h. Je marche en quarter (4 x 3 mois). Je change de cours à chaque quarter. Qui dit diplôme dit examens, j’ai donc des mid-terms et des finals pour la majorité des cours, mais suivant le diplôme préparer les cours et examens seront plus difficiles/carrés que d’autres. Moi en Music Business c’est assez cool mais c’est le milieu qui veut ça.

  • Les vacances

Pas de vacances avec UCLA ! On a 10 jours de break en septembre entre le summer et le fall quarter mais c’est tout. Donc si on est en cours + en stage à côté c’est du non-stop ! Mais c’est courant en Amérique, en général les salariés ont très peu de vacances, une semaine/an il me semble.

  • La santé

J’évite tout ce qui touche à la santé tellement c’est hors de prix ! J’étais couverte par l’assurance de UCLA pour mon premier quarter mais c’était très cher donc maintenant je passe par ISO. J’ai du aller aux urgences en novembre, on m’avait dit que c’était gratuit avec mon assurance. L’accueil était super, tout le monde est gentil et souriant, on m’a attitré une chambre en attendant qu’un médecin vienne me voir. Vraiment bien, très bel hôpital … Egalement très belle facture de 200$ reçue quelques mois après, malgré l’assurance ! Depuis ce jour j’ai décrété que si je n’avais pas la jambe coupée je me soignais par moi-même !

  • La conduite

En Californie le permis français/international est valable uniquement les 3 premiers mois. A partir du moment où on reste pour plus de 6 mois on est considéré comme résident, il faut donc avoir son permis californien. Il faut d’abord passer le code (ce que je viens de faire), puis la conduite. Ce n’est pas un échange donc on garde notre permis français.

La conduite est la même qu’en France, les différences majeures sont qu’on roule avec des boîtes automatiques, les feux se trouvent de l’autre côté de la rue donc il faut s’arrêter avant, et on tourne à droite au feu rouge. Et aussi il y a le « carpool », la voie à gauche sur les autoroutes qui est réservée aux voitures avec 2 personnes minimum. C’est fait pour favoriser le covoiturage, et donc avoir moins de voitures sur les routes. La où ça ne rigole pas par contre ce sont les amendes. Les prix sont excessifs !

  • Ce qui cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas très cher

Les loyers à LA sont très chers, surtout vers là où j’habite. Entre 800 et 1000$ pour partager une chambre, 1500 à 2000 pour avoir sa propre chambre/appart. Niveau nourriture, dès qu’on touche aux produits internationaux les prix augmentent en flèche. Par contre on peut facilement manger en dehors de chez soi pour moins de 10$, il y a beaucoup de choix, autre que le traditionnel fast food.

A côté de ça je trouve les transports en commun bon marché (avec la carte étudiante), et l’essence ne coûte rien comparé à la France !

  • Est-il facile d’emprunter

Je n’ai pas encore été confrontée à ça, mais je sais que tout est une histoire de Credit History. Si notre score est bon, alors on peut facilement emprunter à des taux avantageux. Si on a un mauvais credit history, ou qu’on en a tout simplement pas les choses se compliquent.

Hollywood Sign

Hollywood Sign

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

S’il y a vraiment quelque chose qui me dérange chez les américains, c’est le fait qu’ils ne savent pas dire non. Ils trouveront tous les moyens d’éviter de répondre et ils changeront de sujet. Ils ne savent pas dire quand quelque chose ne leur plait pas, ou si ils n’ont pas envie. Apparemment c’est pour ne pas faire de mal, du coup nous français passons pour des personnes rudes quand on dit que quelque chose ne nous plait pas. C’est vraiment la chose que je retiens le plus parce que je suis confrontée à ça dans diverses situations dans la vie de tous les jours.

Avez-vous des «habitudes» ?

Je me suis assez facilement habituée à la vie et aux coutumes. Les gens à LA se lèvent tôt, tout se fait plus tôt. Du coup je prends souvent mon diner à 18h, mais avec l’habitude ce n’est plus choquant. Et les soirées commencent tôt aussi : 21-22h pour terminer à 1h du matin. Au début on se faisait avoir puisqu’on est habitué à commencer nos soirées à 23h, mais maintenant on a pris le truc !

Est-il facile de partir en weekend ?

Il y a énormément de choses à faire à LA et autour de LA ! On est à 2h de San Diego, 4h de Vegas. San Francisco est à 1h en avion. Donc à ce niveau là ça va, on est pas au milieu de nulle part ! On peut aller aussi bien à la plage, faire des randonnées, aller skier (la station la plus proche est à 2h) donc tout le monde peut trouver son bonheur.

Décrivez votre cadre de vie ?

J’habite en colocation avec 3 autres filles, 2 américaines et une allemande/marocaine/belge qui partage ma chambre. Je suis à deux pas du campus de UCLA donc le quartier est très jeune et bien adapté aux étudiants. J’ai tout autour de chez moi, que ce soit les supermarchés, les restaurants, les boutiques, les bars, les magasins, la banque, AT&T, La Poste … J’ai également beaucoup de bus qui relient presque tout la ville donc c’est pratique pour se déplacer.

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ? De travail puis une journée de weekend ?

Les jours où je travaille, je me lève vers 9h et prends le bus à 10h30 pour me rendre à mon lieu de stage sur Hollywood Boulevard. Je travaille de 11h30 à 19h. En général je me prends une pause vers 14h, soit je vais manger un bout dehors, soit je vais en salle de pause, soit je reste devant mon ordi à faire mes trucs perso. Je rentre chez moi vers 20h, je mange, je geek un peu et je dors. C’est très métro-boulot-dodo pour le coup ! Les jours où j’ai cours c’est beaucoup plus relax, je n’ai pas d’heure pour me lever donc je me repose, parfois je vais au sport, parfois à la piscine, j’en profite pour m’occuper du blog, aller me balader … Même si en général j’en profite surtout pour traîner chez moi avant de partir en cours à 18h30.

Palms Drive

Palms Drive

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Ça a été très simple pour moi de m’intégrer parmi un groupe de français, par contre pour les américains c’est autre chose. Je vivais seule donc si je ne sortais pas je ne rencontrais pas grand monde. Au début c’était un peu difficile de faire connaissance avec les gens de ma classe mais avec le temps ça allait mieux. Maintenant tout va bien, j’ai mon cercle d’amis et je parle facilement avec les nouvelles personnes, c’est une question d’habitude.

Avez-vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

La plupart des étudiants à UCLA Extension sont des étudiants internationaux, il n’y a pas tant d’américains que ça. J’en ai rencontré quelques uns mais la plupart de mes amis sont européens, ou franco-américains. En plus de ça les américains ont un rapport à l’amitié très différent des français, ce n’est pas facile d’avoir une vraie relation avec eux.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Ma coloc étant belge, même si ce n’est pas vraiment mon pays je parle tout le temps français. La majorité des personnes que je cotoie fréquemment sont des français. Mais maintenant j’essaye de ne plus rencontrer de français, je veux parler anglais donc je garde mon petit cercle et je m’ouvre aux américains !

Vous êtes vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Je suis presque une vraie américaine maintenant !:)

Connaissez-vous la langue du pays ?

Je parlais déjà anglais avant d’arriver, grâce aux différentes expériences que j’avais eu aux Etats-Unis auparavant. Je n’étais pas bilingue, je ne pense pas l’être à aujourd’hui mais je n’ai pas de soucis pour comprendre et être comprise (mis à part l’accent bien entendu!). Je n’ai pas eu besoin de prendre de cours, mes résultats aux examens d’anglais avant de démarrer UCLA étaient bons.

Newport Beach

Newport Beach

Votre lien avec votre pays d’origine

A quelle fréquence rentrez-vous dans votre pays d’origine ?

Je viens tout juste de rentrer en France, ce n’était pas un retour prévu j’ai planifié ça à 7 jours du départ ! Je n’avais pas spécialement prévu de rentrer, je pensais revenir seulement à la fin de mes études quand je n’aurai plus le choix à cause de mon visa. Finalement j’ai fait un bref retour d’une semaine je me suis dit que c’était l’occasion, je ne sais pas encore si je rentre en juillet 2015 ou juillet 2016, donc comme ça je serai passée dire bonjour dans tous les cas ! Je n’ai pas de manque particulier, je suis bien à LA, je n’avais pas vraiment ce « besoin » de rentrer. Pour tout dire, à quelques jours du départ j’étais plus triste de quitter LA que de retrouver Bordeaux ! Et une fois en France, j’attendais le retour avec impatience ! D’ailleurs je ne « repartais » pas à LA, je « rentrais » à LA !

Avez-vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

J’appelle très fréquemment mes parents, beaucoup plus souvent que quand je suis en France finalement ! Avec tous les réseaux sociaux, le blog, Facebook, Facetime, Whatsapp, Viber etc… je peux joindre tout le monde très facilement.
J’ai été habituée à partir de chez moi, c’est la première fois que je suis aussi loin mais finalement que je sois ici ou à Paris c’est pareil, je ne suis pas à Bordeaux ! Donc à ce niveau là je le vis bien !

Avez-vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ? Pourquoi ?

J’aimerais dire non, j’ai vraiment envie de rester vivre à Los Angeles mais je sais que ce n’est pas facile à cause du visa donc si je dois rentrer je rentrerai, mais à aujourd’hui ce n’est pas du tout prévu.

unnamed (3)

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Je pense que quand on part vivre à l’étranger, on évolue forcément. On voit et vit des choses différentes, on se débrouille par nous-même en tentant de s’adapter, et ça fait forcément grandir. Je ne pense pas avoir changé de mentalité, disons juste que je me suis plus adaptée à la mentalité américaine et je m’en rends compte maintenant que je suis de passage en France ! Ma vision des choses a changée dans le sens où je me rends compte de certaines choses, de certaines futilités auxquelles je portais tant d’attention avant alors que ce ne sont que des futilités.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

N’hésitez pas, lancez-vous ! Ça ne sera pas forcément facile mais c’est justement ça qui est bien, c’est le fait que tout ne nous tombe pas dessus, ça met du piment dans la vie !

Pour ceux qui ont le même profil que moi, c’est à dire les étudiants, lancez-vous aussi ! Partir faire ses études à l’étranger c’est toujours un point positif pour votre avenir ! Et partir faire ses études aux USA, d’autant plus dans une Extension permet d’acquérir une vraie expérience pro, et de s’ouvrir des portes pour obtenir un visa de travail.

Comment vous voyez-vous dans le futur ?

Je me verrai bien toujours à Los Angeles, toujours à Live Nation mais avec un vrai visa (ou carrément une green card!), totalement adaptée à cette vie, entourée d’amis américains et européens, profitant de la ville et du LA Way of Life !! Ce n’est pas facile de se projeter dans l’avenir quand on dépend de l’immigration, donc je vis au jour le jour, tout en gardant ce rêve dans un coin de ma tête. Mon retour en France m’a fait me rendre compte que je me voyais vraiment vivre à LA, donc je vais tout faire pour y arriver !

Westwood - Vue du balcon

Westwood – Vue du balcon

Retrouvez Gaëlle sur son blog

Le blog de Gaëlle : http://gaelleinlosangeles.com/

gaelleinlosangeles

Remerciements

Merci à Gaëlle d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie à Los Angeles !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Gaëlle sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.