L’interview de Cindy, au Canada

CB1

Cindy, étudiante en Chimie, originaire de Nice, en France, fait son doctorat à Montréal, au Canada.

 

 

 

 

canadaOù est-ce ?

Il s’agit du centre-ville de Montréal vu depuis une tour d’immeuble dans le quartier du plateau Mont-Royal

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom: Cindy
Age : 25 ans
Situation personnelle : En couple non marié
Situation professionnelle : Étudiante en chimie
Pays et ville d’origine : Nice (France)
Pays et ville d’accueil : Montréal (Canada)
Partenaires d’expatriation : Mon conjoint
Type et durée du visa : Visa d’études de 3 ans renouvelable
Motif de l’expatriation : Études
Bloghttp://www.cetomontreal.blogspot.ca/ 

Qui êtes-vous ?

Bonjour, mon nom est Cindy et je viens de Nice en France je suis actuellement étudiante au doctorat en chimie et blogueuse à mes heures perdues. J’adore partir à la découverte de Montréal et de ses petits recoins inattendus.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Mon blog au départ me servait de carnet de voyage pour que ma famille puisse suivre mes aventures canadiennes et puis j’ai investi beaucoup de temps dans ce passe-temps en y prenant de plus en plus de plaisir. J’ai pu rencontrer des tas de gens intéressants grâce à ça et je l’en remercie pour ça ! Retrouvez-moi ici : http://www.cetomontreal.blogspot.ca

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis à Montréal au Québec avec mon conjoint. Au départ, nous avons décidé de partir pour 5 ans (la durée minimum de mon doctorat) mais on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve et ce qui va se passer… J’ai jamais eu l’occasion de vivre à l’étranger auparavant alors ce fut une véritable aventure pour nous !

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

Juste avant de partir au Canada j’étais étudiante en maîtrise de Chimie à Mulhouse, et nous étions vraiment tenté par une expérience à l’étranger avec mon conjoint c’est pourquoi nous avons décidé de leur faire alors que cette belle opportunité de doctorat c’est présentée à nous. Étant donné que nous étions encore étudiants et que nous vivions loin de chez nous depuis déjà 5 ans,  il a été plus facile pour nous de partir (pas d’enfants, pas d’appartement et aucune chose de grande valeur). Ce qui est le plus dur c’est d’entretenir nos relations à distance avec nos amis proches, mais cela nous a permis de faire un peu le tri car seul les vrais restent…

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

La raison principale de mon départ a été les études, et nous avions un peu le goût de l’aventure. Nous avions visité le Canada quelques années auparavant et ce pays à moitié francophone nous avait séduit.

Oratoire Saint Joseph dans le quartier Côtes-des-neiges

Oratoire Saint Joseph dans le quartier Côtes-des-neiges

Comment s’est passé votre départ ?

Le départ a été extrêmement facile j’ai jeté toutes mes affaires ! Et nous avons stocké le plus important dans le garage de belle-maman. Pour quelques livres et autres documents indispensables à mes études mon papa m’a envoyé une cantine en métal mais cette cantine contient tout ce que je possède de plus important quelques souvenirs d’enfance et de gros bouquins de chimie.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

J’adore arriver dans une nouvelle ville et tout découvrir : les plats locaux, les gens, les supermarchés. Je suis émerveillée par tout ce que je vois et ça me rend tellement heureuse. Il nous a fallu un peu de temps pour créer notre routine de courses et pour savoir quels magasins de vêtements nous convenaient le plus mais ça n’a pas été trop dur dans l’ensemble. Ce qui est le plus dur à gérer est le manque de nos proches.

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ? Qu’est ce qui vous plaît moins ?

Il y a beaucoup de choses qui me plaisent et d’autres moins alors je ne vais en citer que quelques-unes en vrac : Les paysages sont fantastiques quand on aime la nature par contre on évite le resto car ça revient vite cher.

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

Ce qui est mieux les gens polis et respectueux, ce qui est moins bien le système de santé est moins performant même si les docteurs sont très bons ils sont justes surchargés et chers.

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

C’est un pays immense (le deuxième plus grand du monde) avec des paysages divers et variés, dont le produit le plus connu est le sirop d’érable (délicieux sur les pancakes).

  • La mentalité des locaux

Les gens sont respectueux et assez individualistes selon moi.

  • Le climat

Climat très froid en hiver mais très chaud en été ! Le froid on s’habitue avec les couches de vêtements mais le chaud est vraiment dur à vivre pendant quelques semaines.

  • Le logement

J’ai trouvé mon logement facilement grâce à une annonce à l’Université. Nous avons visité l’appartement et nous étions les premiers de la journée. Ici la règle le plus souvent appliquée est premier arrivé premier servi, donc si vous arrivez tard il est possible que vous vous soyez déplacés pour rien.

  • La nourriture

La nourriture est très différentes de ce nous avions l’habitude de manger en France, même si elle a des consonances européennes. J’adore la junk food et en même temps je la déteste pour s’agripper comme ça à mes cuisses !

  • Les vacances

Il faut faire une croix sur les méga-congés payés et les RTT ici on a droit à deux semaines de vacances (pour moi) et deux semaines de vacances + une semaine pour Noël (pour les autres).

  • La santé

Il n’y pas de médecins généralistes comme en France, ici on doit se rendre dans une clinique pour voir un médecin si ce n’est pas grave on peut consulter un pharmacien qui peut aussi nous prescrire des médicaments.

  • La conduite

Pour la conduite, lorsque l’on est français on peut faire un « échange » de permis à la SAAQ. Le permis est payant et les plaques de la voiture aussi que l’on paye chaque année le jour de son anniversaire… merci le cadeau !

  • La censure

Non, pas vraiment à part quelques vidéos au contenu explicite sur youtube canada.

  • Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Ce qui est cher : La nourriture, les frais médicaux // Ce qui ne coûte pas cher : Les loyers, et l’électricité.

La biosphère dans le parc Jean Drapeau

La biosphère dans le parc Jean Drapeau

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Ce n’est pas vraiment grave mais les portions géantes sont un problème pour moi, j’ai souvent du mal à finir mon assiette au restaurant (vive le doggy bag), et je prends toujours la portion enfant au fast food.

Avez-vous des «habitudes» ?

Nous avons adapté nos habitudes françaises au Canada, donc oui elles ont changé mais sont restées fondamentalement les mêmes. Par exemple, nous continons de faire nos courses au marché, sauf qu’ici nous devons faire attention où nous achetons nos produits car les prix peuvent varier d’un supermarché à l’autre.

Est-il facile de partir en weekend ?

Le Québec est un territoire immense, il y a beaucoup de choses à faire à Montréal et alentours. De plus, les États-Unis sont très proches et les petits-frenchies fraîchement débarqués adorent se jeter dans le premier bus pour New York, et je ne les blame pas c’est une ville sympa mais je préfère explorer le Québec.

Racontez-nous une anecdote ?

Certaines expressions québécoises et françaises sont identiques mais n’ont pas la même signification, alors j’ai été un peu surprise la première fois que j’ai pris le bus. Le chauffeur nous dit « Allo » pour dire Bonjour et nous répond « Bonjour » pour dire en revoir et « Bienvenu » pour dire de rien.

Racontez-nous une journée typique ?

Les journées typiques ici sont 9h / 17h car les semaines de travail sont de 40h.Ce qui permet aux gens de se lever assez tard et de faire plusieurs activités le soir, personnellement en doctorat mon rythme est complètement différent et je dois faire attention à bien gérer mon temps si je veux suivre plusieurs activités.

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Mon intégration a été assez facile dans mon milieu de travail car je suis d’un naturel sociable, mais je regrette de ne pas avoir pu m’insérer plus facilement dans la société québécoise car il est difficile de se faire des amis québécois au travail, ceux que j’ai rencontré séparent très distinctement leur sphère professionnelle et leur sphère amicale.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Je me suis fais de amis français de France mais j’ai du mal à me faire des amis québécois, peut-être que je devrais sortir plus souvent ?

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Cependant, j’ai pu rencontrer plusieurs personnes d’horizons différents comme des colombiens, des mexicains, des allemands et j’en passe.

Vous êtes vous facilement adapté à votre nouveau pays ?

Il a fallu un petit temps d’adaptation avant de pouvoir me sentir comme chez moi au Canada, mais cela n’a pas duré très longtemps. Juste histoire de me repérer facilement au supermarché et de comprendre le fonctionnement des rues.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Heureusement pour moi, le Québec est en très grande majorité francophone, mais je suis dans un environnement anglophone au travail ce qui m’a permis d’améliorer mon anglais sans prendre de cours. J’ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet sur le blog récemment.

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Mon pays n’est pas toujours très tolérant envers les immigrés mais maintenant que je suis dans cette situation dans mon nouveau pays je comprends mieux le rejet dont peuvent être victime les immigrés.

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Je ne peux pas me permettre de rentrer souvent étant donné que je suis étudiante et que les billets d’avion sont très chers. En général une fois par an, plus généralement tous les deux ans.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

J’ai appris à mes parents comment utiliser skype avant de partir, et nous nous voyons une fois par semaine. Le dimanche c’est sacré !

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Pour l’instant je ne sais pas si je vais rentrer mais si je le fais ce sera pour ma famille.

Vue sur le Mont Royal depuis l'avenue Parc

Vue sur le Mont Royal depuis l’avenue Parc

Conclusion

Avez vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Bien sûr que j’ai grandi, j’ai trois ans de plus que lorsque je suis arrivée ici, peut-être que je suis plus adulte maintenant mais je ne pense pas que mon expatriation ait quelque chose à voir avec ça.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Le conseil que je donne à chaque fois et qui a son importance : Venez passer un séjour dans votre futur pays avant d’entamer les démarches pour une immigration définitive. Le climat canadien pourrait vous surprendre.

Comment vous voyez vous dans 5 ans ?

J’espère avoir mon doctorat et commencer à chercher un travail dans ma branche mais où je ne sais pas encore.

Comment vous voyez vous dans 20 ans ?

J’en ai aucune idée c’est beaucoup trop loin pour moi.

Dans quel coin du monde rêvez vous de vivre ?

Là où je suis en ce moment c’est mon rêve depuis que j’ai 10 ans et que j’ai découvert le Canada dans un livre que mes parents avaient à la maison.

Où aimeriez-vous vivre une fois que vous serez à la retraite ?

Avec mon amoureux, peu importe l’endroit tant qu’on est ensemble.

Retrouvez Cindy sur son blog

Le blog de Cindy : http://www.cetomontreal.blogspot.ca/

ceto_montreal

Remerciements

Merci à Cindy d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie canadienne !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Cindy sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.