L’interview de Jasmin, au Canada

9171019b74141085a9af1cd758d4a40d

Jasmin, 34 ans, originaire de Reims, est partie au Canada dans le cadre d’un PVT. Elle y vit maintenant depuis 7 ans !

 

 

 

 

 

canada

Où est-ce ?

Ce n’était pas facile de trouver où avait été prise cette photo… Londres, Paris, Canada, vous avez beaucoup hésité !

C’est une photo de la rue St clair, à Toronto, au Canada (en Amérique).

Toronto, est la plus grande ville du Canada, la capitale de la province de l’Ontario et l’une des plus importantes villes du continent américain.

 

 

Découvrez son interview

Carte d’identité

Alias : Jasmin (il est orthographié en allemand, on dit “yasmine” en français)
Age : 34 ans
Profession : Aide enseignante dans une école secondaire francophone
Situation personnelle : Célibataire, sans enfant, un chat Roméo (je sais, c’est cliché)
Pays et ville d’origine : France, Reims
Pays et ville d’accueil : Canada, 2 ans à Montréal et à Toronto depuis plus de 5 ans
Partenaires de voyage/d’expatriation : PVT puis résidence permanente (et non, je ne demande pas la citoyenneté)
Bloghttp://leblabladejasmin.blogspot.ca/

Qui êtes-vous ?

Je suis française (avec une maman allemande) et j’ai un BTS assistante Trilingue. J’ai fait toutes mes études à Reims et une fois mon diplôme en poche j’ai fait un Service Volontaire Européen (éducatrice) d’un an en Allemagne. Ensuite, je suis partie travailler un an et demi à San Francisco en tant que réceptionniste dans un hôtel. Quand j’ai habité en Californie, j’ai travaillé et fait de la colocation avec une autre française qui préparait sa demande de résidence pour le Canada. Je me suis dit pourquoi pas. Je ne me voyais pas vivre en France et ce que j’avais vu de ce pays me plaisait. Alors à mon retour, j’ai lancé une demande moi aussi (c’était plus facile à l’époque) et j’ai immigré le 1 juillet 2006. Je dis bien “immigrer” car je n’avais pas d’emploi qui m’attendait là-bas (contrairement à l’expatriation).

Mais j’ai décidé de rentrer définitivement en Europe l’été prochain et j’ai choisi de m’installer à Bruxelles que je connais un peu et pour qui j’ai eu un coup de coeur.

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

En France, je n’ai été qu’étudiante. J’y ai travaillé de très courte durée ce qui veut dire que je ne sais pas vraiment ce que c’est d’y travailler comme adulte indépendante. Je n’y ai jamais eu d’appartement ni d’abonnement quelconque!

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous expatrier ?

J’ai décidé de partir car j’avais besoin d’évasion, de changement et surtout de me trouver. Vivre à l’étranger m’a permise de mieux me connaître, me comprendre, de pousser mes limites et surtout de me faire confiance. Et puis paradoxalement, être loin m’a rapprochée de ma famille.

Comment s’est passé votre départ ?

Je suis très organisée donc mon départ s’est bien passé. Et puis comme j’étais déjà partie auparavant, je n’étais pas vraiment nerveuse. J’étais plutôt soulagée de quitter la France qui me frustrait de plus en plus.

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Très bien! J’avais réservé une chambre en colocation (pour 2 mois) à distance et ça été une très bonne surprise. Ensuite j’ai trouvé un appartement que j’ai partagé avec deux amies. Je n’ai pas travaillé tout de suite (par choix) et je le regrette un peu car j’ai dilapidé mes économies en sorties et voyages pendant les deux mois d’été. J’étais prise dans l’euphorie du moment (et la folie de Montréal ! ) donc je sortais tout le temps et j’ai fait la connaissance d’un tas de gens.

Jasmin, dans son quartier

Jasmin, dans son quartier

Qu’est-ce qui vous plait dans le pays où vous vivez actuellement ?

Ce que je trouve agréable ici c’est l’ouverture d’esprit. A Toronto, tout le monde peut y trouver sa place, peu importe sa culture, sa religion ou son orientation sexuelle. Il est également très simple de se loger, rien à voir avec la France.

Qu’est-ce qui vous dérange dans le pays où vous vivez actuellement ?

Le manque de passion, le système de santé, les transports, le prix des abonnements internet et de téléphone et le fait que bien manger coûte cher. Et puis voyager en dehors du Canada n’est pas donné. Du coup, il m’arrive parfois de me sentir un peu coincée dans ce grand pays. Mais en 7 ans et demi, j’ai pu voir beaucoup de choses quand même!

En me lisant, vous allez certainement penser que beaucoup de choses me dérangent au Canada, c’est vrai, mais je suis aussi redescendue de mon petit nuage et de l’excitation du début.

c114722356794f707381f04b62d492edQuelles sont les caractéristiques de votre pays d’expatriation ?

  • Le climat

L’hiver est difficile et long, bien qu’à Toronto il soit plus facile à vivre qu’à Montréal. En général, il fait très chaud en été et l’automne est magnifique ici.

  • La mentalité des gens

Les canadiens sont très sympathiques et les anglophones adorent la France et l’Europe en général. Ça m’a surprise au début car j’avais l’impression qu’ils l’aimaient même plus que moi ! Je n’ai eu donc aucun mal à m’intégrer. Par contre, il est difficile de s’y faire des amis locaux.
Ici le positivisme est de mise, ce qui est reposant mais parfois cela est un peu exagéré et vous aurez rarement un échange houleux avec un canadien car ils évitent la confrontation. Ce qui empêche parfois d’aller au fond des choses ou de parler de certaines choses, comme la politique.

  • Le rythme de travail

En ce qui concerne mon emploi, j’ai de la chance car étant aide-enseignante, j’ai de bons horaires (8h30-4h) et je bénéficie des vacances scolaires. Par contre, la norme ici c’est 2 semaines (ou 3 si vous êtes chanceux) de vacances payées par an. Honnêtement, je ne sais pas si je serais restée aussi longtemps si je ne faisais pas le travail actuel. Personnellement, je travaille pour vivre et non le contraire !

Qu’y a-t-il à visiter près de là où vous habitez ?

Si vous voulez visiter Toronto, venez de mai à septembre, ainsi vous pourrez visiter les différents quartiers (Kensington Market est à voir absolument) qui font le multiculturalisme de cette ville. Et surtout, prenez le ferry pour aller sur l’île, vous pourrez y faire une jolie balade et avoir une jolie vue de la ville. Si vous n’avez pas le vertige, montez en haut de la tour CN! Je ne l’ai pas encore fait mais cela sera mon incontournable avant de partir.

2984be0ac24ae08acb3dc3fd70750194

Quel(s) lien(s) gardez-vous avec votre pays d’origine et votre vie là-bas ?

Pendant longtemps, j’étais fâchée contre la France, mais avec ces années à l’étranger et le recul de l’immigrée, je suis moins sur la défensive. J’ai toujours suivi l’actualité française (télé, journaux, radio) et je ne pourrai pas faire autrement. J’y ai également mes amis du temps du lycée et tous ceux que j’ai rencontré ici et qui sont retournés vivre là-bas (ils sont nombreux ! ). Je suis régulièrement en contact via internet avec mon père et j’appelle ma mère toutes les semaines.

Quels liens comptez-vous entretenir avec votre pays d’origine et votre pays d’expatriation ?

Je suis restée très française (et un peu allemande) malgré toutes ces années ici. Je suis contente d’avoir conservé de bonnes habitudes alimentaires et d’avoir importé l’apéro ici (je ne suis pas la seule bien sûr)! Évidemment, rentrer en Europe ne sera pas simple, le Canada fait parti de moi et j’entretiendrai toujours un lien affectif avec ce pays qui m’a tant offert.

Tenez-vous un blog à propos de votre expatriation ?

Mon blog http://leblabladejasmin.blogspot.ca/ parle un peu de tout mais évidemment vous y trouverez de nombreux articles sur l’immigration.

Qu’avez-vous à ajouter pour conclure ?

Parfois, je me dis qu’on aurait du remplacer le service militaire par une année obligatoire à l’étranger. Parce que partir, en général, ce n’est que du positif. On se remet en question, on fait face à une nouvelle culture, de nouvelles personnes et on voit son pays d’origine différemment.
Certains partent pour toujours et d’autres pour mieux revenir. Quoiqu’il arrive, n’agissez pas dans la précipitation ou en ayant une idée toute faite de ce qui vous attend, car vous pourriez être pris au dépourvu et finir déçus.

Alors soyez prêts et surtout… ouverts!

47cb84d5d1ab192022cb3e3406c2ee44

Retrouvez Jasmin sur son blog

Le blog de Jasmin : http://leblabladejasmin.blogspot.ca/.

leblabladejasmin

Remerciements

Merci à Jasmin d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous ses 7 ans de vie canadiennes.

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Jasmin sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.