L’interview de Audrey, au Canada


Audrey nous raconte ses expatriations en Amérique du Nord et sa nouvelle vie à Toronto, au Canada.

Découvrez son interview

Carte d’identité

Prénom : Audrey F
Age : 29 ans
Situation personnelle : en couple avec un Canadien Anglo-saxon/Polonais depuis 1 ans et demi
Situation professionnelle : Je travaille pour le gouvernement Canadien dans la planification, je suis diplômée de deux masters en marketing et en Sociologie mais ne trouvais pas de postes en France dans mon domaine qui me proposait un salaire en adéquation avec mon niveau d’étude.
Pays et ville d’origine : Paris, France
Pays et ville d’accueil : Toronto, Canada

canada

Type et durée du visa : PVT de 2 ans jamais activé car j’ai décroché ma résidence permanente après 6 mois de démarches
Début de votre expatriation : Décembre 2017
Partenaires d’expatriation : mon partenaire Canadien maintenant mais je suis partie toute seule et célibataire
Motif de l’expatriation : manque de l’Amérique du Nord où j’avais vécu 3 ans, ras le bol de la morosité de la région parisienne et traitement préférentiel des amis dans le monde professionnel, perspective professionnelle moindre pour mes diplômes

Présentez-vous ?

Salut, je m’appelle Audrey et j’ai 29 ans ! Je suis née et ais vécu en région parisienne toute ma vie jusqu’à une première expatriation aux USA à Orlando où je travaillais pour Disney à l’âge de 19 ans en dernière année de licence par l’intermédiaire d’un programme d’échange été étudiant pendant les vacances, et ensuite je suis repartie faire mes études 1 an au Connecticut par un échange universitaire MICEFA, avant de revenir et repartir travailler 1 an pour Disney à Orlando ! Grande passionnée des Etats-Unis depuis mon enfance, je ne me suis jamais sentie chez moi en France et avait une forte impression d’être née dans le mauvais Pays, les États Unis étaient pour moi le retour à la maison dès que j’ai posé les pieds sur le sol Nord Américain ! Fille d’immigrés j’ai grandis dans une double culture. De plus, l’envie de parler anglais dans ma vie quotidienne était devenue primordiale pour moi ! Avant de partir au Canada je travaillais en tant qu’Inbound Marketing et Trade Marketing coordinator pour une entreprise française de jouet.

Quelle est l’adresse de votre blog ?

Pas de blog, faute de temps et de sujets à partager sur ma vie ici, je trouve que les expatriés qui ont un blogs font déjà un magnifique travail sur la vie en Amérique du Nord, donc je ne ressentais pas le besoin de partager plus que ça.

Où vivez-vous actuellement ?

Je vis à Toronto en Ontario, je devais partir avec un PVT décrocher en 2016 cependant j’ai eu la chance de partir en temps que résidente permanente!  Je compte bien y rester à vie 🙂 ! Et non comme dit précédemment j’ai vécu plus de deux ans aux États unis sur la côte Est principalement.

Votre vie avant votre expatriation

Comment était votre vie dans votre pays d’origine ?

En France, j’avais ma famille (sauf mon frère qui vit depuis 6 ans hors de France) et quelques uns de mes amis. Je travaillais depuis mon retour des Etats-Unis dans le marketing pour une entreprise de jouets. Je m’occupais de leur inbound et trade marketing. La majorité de mes amis proches étaient aux USA (amis Disney et d’université) donc ma vie ici me rapproche car nous n’avons plus de décalage horaire (on est sur le même créneau:)).

J’habitais chez mes parents et ma voiture était la leur, donc en soit je n’ai pris que mes guitares et mes valises ! Je suis partie avec deux grosses valises sans logement mais juste une réservation airbnb et un poste que j’avais décroché en amont de France dans le marketing – un contrat de 3 mois prolongeable dans le temps pour une entreprise d’applications mobiles pour centres commerciaux Nord Américain. Je suis partie fin décembre et devais commencer mon contrat une semaine après au Canada en espérant trouver un logement d’ici là sans avoir aucun crédit score, juste ma PR et ma promesses d’embauche! Passionnée de guitare et de musique je n’ai malheureusement pas pu ramener mes deux guitares mais ça sera partie remise car on rentre en avril avec mon partenaire pour récupérer mes guitares qui me manque terriblement!

Pour quelles raisons vous êtes-vous expatrié ?

Une envie de changement et un manque de l’Amérique du Nord et de son territoire immense après une première expatriation. Je souhaitais aussi gagner en qualité de vie et ne plus avoir à travailler non stop (weekend, soirées, etc. – non payé)

Votre vie à l’étranger

Comment s’est passé votre départ ?

Je suis partie fin décembre 2017 avec deux valises, une promesse d’embauche sur place et ma carte de résidence permanente. J’ai déclaré à la douane Canadienne mes possessions en cartons que je compte bien rapatrier après – une fois notre maison achetée – par faute de place (possessions non taxables pour le coup car déclarées lorsque je suis officiellement devenue/activée ma résidence). Malheureusement j’ai dû laisser beaucoup de choses tels que des chaussures, livres et dvds que je ne retrouverai pas avant un certain temps dû au prix de l’immobilier ici. J’avais prévu 1 semaine de airbnb pour être prête à trouver mon logement sans credit score et était même prête à prolonger la réservation. Je suis partie un 30 Décembre et j’ai trouvé et signé mon logement (bachelor basement apartment) le 2 Janvier, le marché immobilier ici est ultra rapide !

Comment se sont passées les premières semaines sur place ?

Super bien ! J’avais déjà visité en repérage Toronto en Novembre pendant deux semaines pour mieux cibler. J’ai décroché mon travail de France en 2 semaines dû à mon visa permanent déjà en main (ça simplifie beaucoup les relations avec l’employeur car pas besoin pour eux de faire de la paperasse). J’ai eux 1 semaine de ‘vacances’ pour acheter mes meubles et déballer mes affaires, m’installer en faite, avant de prendre mes nouvelles fonctions début janvier. Si c’était à refaire j’aurais négocié 2 semaines avant de devoir commencer car faire l’administratif (permis, assurance, santé, téléphone, banque, SIN, etc.) une semaine était vraiment trop juste et mon arrivée n’a vraiment pas été de tout repos courant la journée et m’installant le soir entres l’airbnb et mon nouveau chez moi. Mes propriétaires étaient vraiment super par contre et j’étais la toute première loueuse car ils venaient de rénover le sous sol pour le louer. Eux-même issus de l’immigration ils m’ont fait confiance sans credit score et ont été extraordinaires pour mon intégration! J’avais déjà des amis ici et certains amis américains à NY ou FL sont venus me voir ici aussi. J’ai aussi rencontré mon partenaire, une semaine après mon arrivée au Canada, avec qui je vis désormais! Ma première semaine ici a vraiment été très mouvementée et pas de tout repos mais ça m’a beaucoup appris sur mes capacités d’adaptation et m’a donné davantage de résilience et appris à persévérer!

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre vie à l’étranger ? Qu’est-ce qui vous plaît moins ?

Les plus :

  • Santé 100% gratuite (examens compris) et couverte par la province de l’Ontario (pour les RP)
  • Medicaments couverts par mon assurance employeur
  • 4 semaines de vacances + 2 floating days + 10 sick days
  • 1 an congé maternité à partager entre le papa et la maman payer à 100% ou 1 an et demi payer à 75%.
  • L’ouverture d’esprit des gens
  • La gentillesses et bienveillance aux quotidiens
  • La politesse
  • L’entre-aide
  • La propreté des rues
  • Le non ralage des gens au quotidien (ça me change de Paris)
  • Cet esprit que tout est possible
  • 4 merveilleuses saisons avec un Été chaud (super chaud) un automne magnifique avec des millions de couleur, un hivers très froid et blanc (j’adore la neige perso et le froid car je ski)
  • la poutine !!
  • le hockey sur glace
  • Options alimentaire très diversifiés !
  • Multiculturalisme sur Toronto, un vrai melting pot de culture et un respect de chacun !
  • L’accent (Soory, eh, oot)
  • La nature, la magnifique faune/flore ici avec de magnifiques animaux (élans, raton-laveur, putoies, coyote, ours, grizzly…)
  • Passer d’une saison à l’autre du jour au lendemain !
  • Voitures automatique moins cher qu’en France
  • Les gens savent faire la queue et ne pas doubler ! Ici pour prendre les transports on fait une file et on ne double pas, cette civilité, personnellement, j’adore!
  • Les opportunités professionnelles, surtout pour les bilingues Francais/Anglais

Les moins :

  • La bonne nourriture française me manque
  • Éloignement de ma famille
  • Trop de monde, à Toronto c’est surpeuplé
  • Vie cher
  • Immobilier hors de prix pour achat même avec bon salaire
  • Hivers parfois en mai et longs…
  • Pluies verglaçantes
  • Congestion des routes non stops
  • Prix exorbitants du day care alors que l’école ici ne commence qu’à 3 ans révolus!

Par rapport à votre pays d’origine, qu’est ce qui est mieux ? Qu’est ce qui est moins bien ?

La mentalité des gens et la bienveillance est beaucoup mieux ici ! Personnellement je déteste les gens qui râlent car cela n’avance à rien.

J’adore la bonne gastronomie française donc en moins bien – l’alimentation!

Quelles sont les caractéristiques de votre pays d’accueil ?

  • Le logement

On m’avait conseillé lors de mon entretien d’embauche Skype d’aller sur les annonces Kijiji.ca, et mon employeur m’avait aussi envoyé des annonces proches du travail. J’ai entamé mes recherches de logement de France mais malheureusement sans numéro de téléphone Canadien et n’étant pas sur place il est très difficile de trouver un logement à visiter car tout part très très vite, donc une annonce sera postée et prise dès le lendemain, ce qui a été le cas de 80% des logements que j’ai trouver en amont et qui étaient bien. Après sur place une fois qu’on a un numéro Canadien local c’est beaucoup plus simple, on décroche plus facilement des visites le jour même voire le lendemain. Kijiji.ca est un très bon site type craiglist pour les petites annonces (activités, mobilier, etc.) en tout genre donc attention aux SCAMS qui sont aussi très nombreux. Ce type d’annonce demande de payer en avance de louer, avant même de pouvoir visiter et donne une annonce fictive et envoie un e-mail bidon type : j’ai du me déplacer à l’étranger dernière minute pour une urgence, etc.  Donc faire très attention aux logements pas cher qui paraissent trop bien pour le prix ou les logements qui vous demande des mois de loyer en avance (car cela ne vous permettra pas de construire votre credit score). Pour l’achat d’une maison, c’est notre prochaine étape, mais a Toronto c’est très cher et ca part très vite pour un prix supérieur à celui annoncé, c’est une sorte de vente aux enchères, des fois le prix est le double de celui annoncé.

  • La nourriture

J’ai adoré la poutine avec du pulled pork et du bacon, ma meilleure découverte. Par contre la bonne nourriture Française me manque beaucoup, genre les cuisses de Canard confites, le foie gras, les pâtisseries en général, le vrai fromage de chèvres, la crème de marron, etc….

  • La scolarisation

Pour l’Ontario les enfants rentrent en pre-K à partir de 3-4 ans selon les écoles et les programmes. Mon partenaires et moi n’avons pas encore d’enfants mais c’est un projet que l’on souhaite dans le future proche. Nous espérons que nos enfants seront trilingues Polonais, Français et Anglais comme nous sommes tous les deux bilingues. A voir si on arrive à maintenir cela lorsque nous aurons des enfants, mais on espère.

  • Les vacances

Je possède 4 semaines et 2 floating days + 10 sick days que je peux poser comme je le souhaite. après 8 ans de service je passerai à 5 semaines et après 15 ans, 8 semaines il me semble.

  • La santé

Système de santé gratuit par la province d’Ontario OHIP tout est couvert hors médicaments qui eux sont couverts par l’assurance du travail. Donc je dépense moins qu’en France pour la santé. Je ne paye aucun examens médicaux (radio compris) à partir du moment ou j’ai une ordonnance en passant par mon médecin de famille. En cas d’urgence, on a ce qu’on appelle l’Urgent Care et l’ER 100% gratuits pour tous les examens qui y seront effectués. Par contre attention de bien trouver le bon médecin de famille car certains médecins sont super mais d’autres beaucoup moins.

  • La conduite

Il y a une entente avec la France pour l’Ontario, il suffit d’aller à Service Ontario pour échanger son permis. Littéralement l’échanger car il garde l’ancien permis en papier francais (demande du gouvernement français lorsque j’ai demandé pourquoi car à l’échange aux USA ils me l’avaient rendu).

  • La censure

Non, les canadiens sont extrêmements polies. Il y a une grande liberté et aucun jugement de valeur.

Ce qui coûte cher dans votre pays d’accueil / ce qui ne coûte pas cher

Cher :

  • Immobilier
  • Day care pour enfants de moins de 3 ans
  • Certains aliments
  • Posséder une voiture (assurance voiture et parking sont super cher ici + pneus neige obligatoire à partir de Novembre)
  • Prix de la carte de transport en commun PRESTO (140 CAD par mois pour GTA et 140 CAD pour downtown Toronto, donc 280 CAD par mois pour le tout)

Pas Cher:

  • Poutine 🙂
  • Activités (chants, musique, sports, etc.)
  • Restaurants

Est-il facile d’emprunter ?

Oui, surtout ici. Par contre il faut avoir un très bon credit score. Après 6 mois ici ils m’avaient lever mon credit limit.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Rien en faite, j’adore tout ici au niveau culturel.

Avez-vous des «habitudes» ?

Oui haha je dis Soory pour tout maintenant, je finis mes phrase par Eh et comme je côtoie aucun Français ici mais uniquement des Canadiens j’ai pris quelques expressions québécoises. J’ai aussi pris l’habitude de finir ma journée de travail à 16h30 pile et d’être chez moi à 17h et mon partenaire fini à 16h et est ici à 16h20. J’ai enfin une vie après le travail et pour moi cela était primordiale de pouvoir profiter car bossant avant en marketing digital je n’avais pas le temps de vivre après le travail.

Est-il facile de partir en weekend ?

Oui très, on part souvent en weekend dans les parcs provinciaux type Algonquin, on part aussi en weekend camping car on adore la nature. Nous sommes plus nature que ville bien qu’habitant à Toronto, on part souvent vers la campagne, il y a énormément de magnifiques paysages en Ontario.

Décrivez votre cadre de vie ?

J’habite à York Ontario qui fait partie de Toronto. C’est une ville très active et non stop. Cependant, je suis plus nature et camping.

Racontez-nous une anecdote ?

La première fois que je suis allée à Toronto Downtown je m’attendais à ce que les personnes retiennent la porte. Non, ici lorsqu’il fait froid ils vous ferment la porte au nez donc à vous de l’ouvrir. J’ai failli me prendre plusieurs portes à mon arrivée mais ce comportement est juste en hiver pour éviter le froid. Donc si vous êtes de visites par ici retenez bien la porte car ils vous la fermeront dessus.

Pouvez-vous nous raconter une journée typique ?

Journée de semaine : je me lève à 6h30, je prends le bus pour 7h30 et je travaille pour le gouvernement Canadien de 8h30 à 16h30 du lundi au vendredi. J’ai mon permis Canadien mais comme j’ai un bus direct de 20 minutes qui va jusqu’à mon travail en face de chez moi, je prends donc le bus pour économiser et parce que j’ai conduit que très rarement sur la neige. Mon partenaire a sa voiture donc je l’utilise de temps en temps. Je travaille dans l’administratif, j’ai une heure de pause le midi plus 30 minutes de pause la journée, je finie à 16h30 et reprends le bus pour être chez moi pour 17h et relaxer.
Les weekends on part souvent en vadrouille dans la nature ou nous promener.

Votre adaptation

Votre intégration a-t-elle été facile ?

Oui très, je connaissais déjà beaucoup de Canadiens avant mon arrivée. J’ai aussi rencontré mon partenaire de vie après avoir vécu ici 1 semaine.

Avez vous rencontré facilement les “gens du pays” ?

Oui très, mes collègues et des amis d’amis majoritairement.

Voyez vous / côtoyez vous d’autres personnes de votre pays d’origine sur place ?

Une amie et ancienne collègue de France qui a immigré avec sa petite famille après avoir fait ses démarches de résidences permanente dans son cas à Ottawa avec son mari et ses deux jeunes enfants. Aucune nouvelle connaissance Française ici car je côtoie à 99% des Canadiens Anglo Saxons, je dirais que je parle 1% de Français depuis mon arrivée ici.

Vous êtes-vous facilement adaptés à votre nouveau pays ?

Oui 🙂 les Canadiens sont vraiment super avenant et gentil.

Connaissez-vous la langue du pays ?

Oui, je parle et comprends l’Anglais depuis l’enfance mes parents m’ayant appris l’Anglais lorsque j’étais enfant. J’étais déjà bilingue lors de ma première expatriation aux Etats-Unis. J’ai plus de mal à m’exprimer à l’oral en Français désormais car je perds l’habitude du quotidien.

Votre lien avec votre pays d’origine

Face à quelle mentalité/habitude/défaut de votre pays d’origine êtes-vous plus clément, avec le recul d’habiter à l’étranger ?

Je dirai plutôt que je ne supporte plus les gens qui râlent par contre je suis devenue beaucoup plus patiente et positive.

A quelle fréquence rentrez vous dans votre pays d’origine ?

Rarement, nous rentrons en France avec mon copain en avril afin qu’il découvre la France et rencontre ma famille. Cependant, comme il est Canadien, je pense que nous ne rentrerons que très rarement en France car je souhaite plutôt découvrir le reste du monde. J’espère rentrer tous les 4-5 ans quand même.

Avez vous des contacts réguliers avec votre entourage resté dans votre pays d’origine ?

Oui, chaque semaine par WhatsApp et Facetime. Ma famille me manque beaucoup et mes amis en France aussi mais la technologie fait que c’est plus pratique de rester en contact. Les 6h de décalages horaires nous obligent très vite à nous débrouiller avec certaines situations. J’ai par exemple raté la naissance du fils de ma meilleure amie que je ne rencontrerai que lorsqu’il aura déjà 4 mois et ensuite il aura sans doute 4-5 ans. Donc oui, on rate beaucoup d’événements importants types anniversaires, etc.. Mais j’ai la chance d’avoir la famille de mon copain ici, ce qui rend les choses beaucoup plus facile car ils m’ont vite intégrée pour les fêtes.

Avez vous prévu de revenir vivre dans votre pays d’origine un jour ?

Non, jamais, en tout cas cela n’est pas prévu sauf urgence ou événements de forces majeures. Ma vie est ici désormais, je suis chez moi, enfin. Mon copain est Canadien et ne parle pas Français. Donc non, mise à part en tant que touriste, je ne rentrerai pas en France.

Conclusion

 Avez-vous évolué ou grandit depuis votre départ ?

Oui, j’ai appris à me débrouiller et être beaucoup plus indépendante. Je suis beaucoup plus patiente aussi. Ma vision de la vie a définitivement évolué, j’apprécie beaucoup plus la nature. J’ai aussi enfin une vie après le travail.

Avez-vous des conseils pour les futurs-expatriés ?

Faites bien vos recherches, faites très attention aux visas fermés car les assurances et les frais de santé au Canada sont cher si on est pas résident permanent avec l’assurance provincial et ici on peut être viré du jour au lendemain, si on a un visa fermé, c’est retour en France sauf si on a de la chance donc attention si vous venez en famille avec visa de travail. Attention aux arnaques sur Kijiji et surtout économiser car la vie au Canada coûte cher.  Pour les PVTistes, faites vos démarches de résidence permanente tôt car 2 ans paraissent long, mais il faut au moins 1 ans de démarches le temps d’être tiré au sort, 1 an pour l’expérience Canadienne et 6 mois pour amasser les différents tests et papiers demandés.

Comment vous voyez vous dans le futur ?

Ici avec une maison, mon partenaire, 2 enfants et un chien 🙂 À faire du camping le plus souvent possible.

Remerciements

Merci à Audrey d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions et d’avoir partagé avec nous sa vie au Canada !

Vous avez des questions ?

Si vous souhaitez poser des questions à Audrey sur son interview, n’hésitez pas à lui laisser des commentaires sous cet article. Elle se fera un plaisir d’y répondre !

Vous souhaitez participer ?

Si vous souhaitez participer et partager votre expérience de vie à l’étranger, envoyez nous un petit message via le formulaire de la page Comment participer.